🚨Voici 18 Dangers d’Introvertis

Pourquoi les introvertis semblent-ils plus concernés par l’échec que les autres tempéraments ?

L’introversion impopulaire aujourd’hui mène ses introvertis à des impasses polymorphes ; ces dernières ayant pour spécificité de n’en dévoiler aucune résolution malgré leur constatation ou aménagement. Néanmoins, certaines prises de conscience aboutissent à des solutions : mots sur maux.

L’introversion : un prétexte serviable ?

Oui, il faut bien l’admettre et non, et il nécessite de le déplorer : quel introverti ne s’est-il pas justifié, complaisamment drapé d’introversion, se pardonnant quelquefois des refus en coopération, purs et simples. Une torpeur que l’introverti invoque en prétexte d’introversion, en dissonance souvent, qu’un ajournement d’efforts explique purement et simplement. Et, quel introverti démotivé n’autoentretient-il pas quelques mensonges tentant vainement de couvrir une forme de manquement trompeur vis-à-vis de soi ; une forme de lâcheté, certes, acétylcholinergique, néanmoins trahissant des failles motivationnelles que l’introverti discerne et pourtant, ne contraint pas, par commodité ou crainte, voire un peu des deux. Un confort envers des cognitions tatillonnes que les introvertis pourraient tout à fait contourner avec détermination. Une volonté raisonnée puis, évitée froidement. Les introvertis se méfient des désirs et les interrogent sagement, à bon escient, cependant, comment trouver les ressorts stimulant l’introverti refroidit face à la combustion ?

À Lire Aussi : Les 10 Causes de l’Épuisement Verbal des Introvertis

Introverti rime-t-il avec monotonie ?

En réalité, il s’agit du contraire le plus strict. Hyperstimulés et sensitifs quelquefois à l’extrême, les introvertis composent avec une nature sacrifiant peu d’espace aux afflux sensoriels, résultat : les introvertis semblent d’apparence ascétique en quelques aspects, bien que le fourmillement interne abandonne peu de répit aux concernés si discrets… dehors. Parce que dedans, c’est la Bérézina intérieure absolue, une sorte de fiesta en persistance, passant des vents violents aux ensoleillements surexposant l’introverti à une intériorité vivace et drainante. Quelle espace reste-t-il aux restes ? Des pans d’énergie épargnés que l’introverti économe averti n’use qu’en ultime recours, chichement, ajouterait-on justement. Pas d’apathie chez les véritables introvertis, au contraire, un influx nerveux qu’il convient d’encadrer au risque d’autoimploser rudement.

La physionomie comportementale ordinaire

Une société de moins en moins continente : tout se montre, affirme, exhibe, voire impose, sans filtre. Évidemment, les introvertis bénéficient autant des privilèges en communication, permettant de redorer une écorce ébréchée de tant d’élucubrations proférées à leur sujet, par ceux, ignorant tout des divergences en diversité cognitives, celles des cerveaux différents. Une uniformité expansive, que l’extraversion incarne, en exemple, depuis la fin des modèles antiques, et du couronnement des manifestations ostensibles d’attributs, quels qu’ils soient. Une dissidence passive que l’on reproche tacitement et implicitement aux introvertis bien qu’ils ne demeurent pas responsables des interprétations nettement projectives que l’on attribue à tort aux porteurs du tempérament introverti. Revoici une mise en garde listant les dangers d’une introversion marquée, balisant le parcours d’introvertis authentiquement concernés.

Introvertis Éternels Incompris ?⚠️18 Risques Encourus

À Lire Aussi : 20 Signes : Introverti et Vraiment Heureux

Une motivation inopérante

Cette distance reste la plus inconfortable, notamment envers les introvertis inconscients – et ils sont nombreux – de leur atypie en neurodiversité. De la sorte, ces natures introspectives omettent d’estimer distinctement la source de leurs empêchements divers et tout aussi variés. Endurés comme injustes, les reculs régressifs que les introvertis éprouvent à se lancer dans l’arène de leurs aspirations, évoquent un mur d’incompréhension qu’une démotivation endogène raconte catégoriquement.

Une individualité isolante

Un danger imminent parfaitement distinguable des introvertis concernés par les solitudes pathogènes : enfermés en renfermement persistant, ces derniers piégés en leurs incompétences sociales rencontrent les véritables dangers d’un isolement irrésolu hors changement radical en routines d’habitudes artificiellement réconfortantes. Une réassurance factice, voire anxiogène que le temps vexe quelquefois d’autant plus. Combien d’introvertis vivent-ils seuls, sans personne à qui parler ? Trop, tristement. L’isolement reste le premier facteur de troubles menant aux somatisations bientôt pernicieusement maladives.

À Lire Aussi : 10 Causes de L’Addiction à La Solitude des Introvertis

Un alcoolisme masqué

L’addiction à l’alcool se masque aisément chez les introvertis, consommateurs de ce psychotrope aux actifs toxiques si la mesure administrée dépasse une dose admise du corps médical, unanimement : deux verres de vin par jour pour l’introvertie et trois verres de vin par jours chez les messieurs introspectifs par nature. Au-delà de ces dosages et équivalences, l’on déborde et bascule dans la maladie alcoolique. Un introverti reste plus difficilement identifiable, sa froideur distante ne laisse en aucun cas prédire une faille quelconque : c’est l’absence d’affection compréhensive qui fait boire, le manque de lien, d’attaches de rattachement. Si compréhensible et pourtant, impossible à contrer.

Une amicalité défaillante

De multiples introvertis déplorent une inaptitude à la rencontre amicale, ces liens si voisins de l’amour dit romantique restent néanmoins dénués d’enjeux sexuels et délicats à construire. Dans la mesure évidente où les individus apparaissent massivement ambivertis et que ces derniers majoritaires perdurent, rattachés aux extravertis plus proches et complémentaires instinctivement. Bien que l’introversion demeure une compétence davantage qu’une tare, les personnes tendent à fuir les introvertis dont ils ignorent tout, des fantaisies et excentricités dissimulées de l’œil nu.

À Lire Aussi : La Consommation d’Alcool des Introvertis

Une sentimentalité évitée

Cette aptitude émotionnelle reste évidemment vivace introspectivement et précieuse aux bénéficiaires, les partenaires d’introvertis qui découvrent un puits sensitif quelquefois inexploité et inexploré, éruptif, à l’instar du volcan stagnant qu’une poussée tectonique conduit à un réveil larvé, aux températures volcaniques. Un potentiel affectif jeté aux orties des oubliettes, sous le tapis persan, noyé tel un poisson…

Une cessation sociale

L’inactivité sociable induit une immobilité en réseau, ce dernier incontournable aux accomplissements : qu’aboutir sans soutiens ni mises en relation indispensables aux individus ? Puisque rien ne s’achève sans aide ni chance. Provoquées par des mains tendues impossibles à saisir par l’introverti retranché dans ses compensations d’inconforts, saisissant pleinement que son ascétisme social mène à rien, ou si peu.

À Lire Aussi : 12 Signes : Les Introvertis Et la Dépression Souriante

Une dépendance à l’isolement

Plutôt qu’à l’isolation, c’est par fidélité à la solitude, cette dulcinée bienveillante en créativité généreuse qui enferme jalousement l’introverti en une méditation continue. Ces monologues silencieux ou non, nous l’avons constaté dans cette publication portant sur les introvertis bavards en solo, qui aboutissent à considérer toute interaction comme intruse, une intrusion troublant une harmonie solitaire que l’introverti adepte aboutit à déplorer, après de longues années de disette sociale. L’on peut considérer que l’immense majorité des moines, femmes et hommes, répondent aux critères d’introversion marquée, particulièrement avantageuse en pareille circonstance… toutefois piètrement par le monde d’aujourd’hui.

Une émotivité claustrée

Renfermée en un rempart d’une forteresse chaperonnée de garde-fous ingénieux qu’un introverti soucieux de son bien-être interne, renvoie en des pratiques de sauvegarde cognitive. Les introvertis restent significativement plus sensitifs que les autres tempéraments que d’aucuns nomment hyposensitifs, à bon escient. Une hyper sollicitation refoulée sans instinct, mais à raison, afin de conserver des aptitudes créatrices que les introvertis chérissent par-delà cette conscience gardée qu’un esprit agile blinde résolument.

À Lire Aussi : 12 Raisons : L’introverti N’aime Pas les Gens

Une dépendance atypique

À la « marie-jeanne » ? Pas fatalement, bien que ce type de consommation interdite en France, faut-il le rappeler, reste partiellement responsable de nombreuses manifestations systématiques entrainant une addiction : un métier peut tout à fait représenter un frein à la collectivisation, comme toute activité exigeant un temps et une dévotion, continus. Les artisans, artistes, les intellectuels, les scientifiques et créatifs incarnent les pendants introvertis des autres tempéraments plus exubérants qui œuvrent dans les sphères expansives à l’instar des industries commerciales, politiques, caritatives et humanitaires, médicales ou paramédicales et évidemment, des sphères médiatiques et assimilées.

Une accoutumance réactionnelle

Le tabac n’est pas l’unique dérivatif socialement admissible, il en subsiste de divers, associés à des comportements que les introvertis emploient en usages quotidiens : les évitements restent à déplorer en troubles du comportement, qu’un analyste comportementaliste aurait tôt fait d’identifier comme une manifestation réactant des carences dont l’introverti se distingue porteur. Une aptitude expérimentée en retrait intérieur conduit à des sources de contentement compensatoire. Lire trop, voir trop de film, jeûner ou au contraire, hyper manger, se priver, ou pas assez, fuir, se cacher, habiter la crainte, déserter le risque inéluctable, insuffisamment donner ni recevoir, et s’assécher le cœur…

À Lire Aussi : Introvertis : 6 Raisons de Quitter les Médias Sociaux

Une carrière niée

Méconnu, l’introverti éprouve parfaitement ses carences relationnelles qui aboutissent fatalement à une reconnaissance professionnelle ajournée, voire inaboutie. Cet état de choses reste une frustration majeure que les introvertis authentiques endurent silencieusement, coupables d’une nature abandonnant peu de champ mondain à ses porteurs marqués en introversion. Bien qu’auteurs de multiples accomplissements, quelquefois majeurs, certains introvertis, victimes de leur discrétion, subsistent injustement à l’ombre de monopolisateurs d’attention. Et, d’incompétents.

Une existence austère

Anecdote : le résultat récent d’un test administré par un algorithme a conclu que l’ascétisme marqué analysable en des réponses de votre autrice introvertie – plaidons encore une fois coupable – devrait faire l’objet d’une vidéo répondant à une série de questions portant sur cette configuration d’introversion marquée manifestant une appétence certaine envers l’ascèse. C’est bien involontairement que cette physionomie, pourtant évidente, échappe aux foules dont les uniques objets demeurent de se réunir et de consommer encore et toujours davantage… cette réserve comporte un revers : la marginalisation implicite.

À Lire Aussi : Pourquoi les Introvertis Ont-Ils Besoin de S’Isoler ?

Une inéquation sociale

Que cette série de risques encourus des introvertis passionnés d’élans introspectifs déplorent régulièrement : peu entrainés aux interactions, les introvertis manquent de cette énergie primesautière que les extravertis manifestent involontairement. Une aura énigmatique entoure l’introverti, inquiétant les autres peu familiers des profondeurs introspectives, malaisant notamment les individus nombreux, fuyant l’intériorité. Une soirée ? L’introverti ne sait quelquefois plus faire, et abdique en le regrettant peu ou énormément, selon la situation.

Un détachement émotionnel

Salvateur et opiniâtre, le refus d’identification pratiqué par les introvertis authentiques reste une des échappatoires les mieux appropriées à la survivance sociale d’introvertis captés par les stimuli non verbaux que le monde expose inconsciemment encore une fois. Toutes ces énergies formant des égrégores telluriens symboliques auxquels les introvertis, connectés au monde invisible d’inconscient collectif, refusent de s’allier, par crainte de perméabilité. Une intégrité détachant du groupe, rattachant à soi. Immodérément.

À Lire Aussi : Introvertis : On Rencontre de Nouveaux Amis ?

Une chefferie niée

Autrement qualifié leadership, la capacité à diriger demeure largement éludée des extravertis peinant à réaliser la compétence de l’introversion. Réputée timorée ou assimilée à tort – et c’est dommageable – à la timidité, l’introversion des introvertis méconnus et mésestimés apparaissent moins sollicités que les autres aux positions managériales bien que leurs aptitudes nombreuses leur confèrent des attributs incomparables aux tâches en responsabilité, les introvertis restent des dirigeants fiables et compétents, au-delà du commun imaginaire restreignant.

Un potentiel gâché

Une perte sèche envers les introvertis qui n’ont pas pu se réaliser pleinement en un environnement peu enclin à accueillir l’altérité introspective. Une alternative non déployée manquant à l’appel, une perte sèche unique, puisque chaque individu manifeste une essence inimitable, propre, à l’instar de l’empreinte digitale… Loupant leurs assignations et confinés aux portes des collectifs inconscients d’une société fermée rejetant l’altérité divergente, les introvertis se gâchent contre des ouvertures misérabilistes limitées à quelques thèmes redondants.

À Lire Aussi : Rencontre : Les Introvertis Ne Font Pas 10 Choses

Une sexualité ignorée

Un tabou qu’une lucarne exiguë ouvrirait en perspective épanouissante : éventuellement, l’érotisme en coït systématique ne convient pas aux introvertis. Les orientaux pratiquent une sexualité spirituelle, que d’aucuns nomment taoïsme, du Tao de l’art d’aimer ou encore des recettes tantriques multiples issues des pratiques méditatives, que la pulsion sexuelle porte autant que toute autre activité menée vers un unique objectif : la maîtrise de l’élévation de l’esprit par la matière. La sexualité expansive semble nocive aux introvertis marqués en introversion, en revanche, l’intimité d’une offre différente parait une alternative estimable envers ces derniers, perméables aux génitalités frivoles.

Une vie amoureuse réduite

L’absence de libidos biochimiques – autrices véritables des histoires dites d‘amour romantiques, ce dernier dépendant davantage d’une construction délibérée – les introvertis restent pénalisés en leur capacité à cumuler les relations dont la statistique évidente aboutit à une restriction relationnelle. Les introvertis font moins l’amour que les extravertis, et fréquentent moins que les autres plus ambivertis ou expansifs. Un danger, puisque le manque d’amour conduit à la détresse du cœur. Un cœur inconsolable, esseulé, comme son introverti de porteur qui risque tout simplement de cheminer son chemin, observant ces couples danser d’une rive opposée, sans menotte à enlacer.

TheIntrovert💀Singer

Image, merci à : Sebastian Sorensen, Ruslen Alekso, Pixabay, Cottonbro, Anete Lusina, Edward Jenner, ArtHouse Studio, Anna Shvets

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!