L’Introversion Par la Science En 10 Points

Qu’est-ce que l’introversion selon la science ?

C’est une période intéressante, car nous avons le privilège d’assister à la fin d’une ère de placardisation de l’introversion. Quand la science valide, l’obscurité et les spéculations qui l’accompagnent laissent place à des informations structurées balayant tous nos doutes. Pas de croyances associées à l’introversion, mais des faits scientifiques que nous allons résumer dans cet article.

La génétique comportementale travaille sur nos traits de personnalité. Grâce à des études menées sur des fratries, jumeaux compris, on a pu mettre en évidence que notre personnalité est acquise, c’est-à-dire héritable à hauteur de 70 % environ. L’on peut envisager mille et une hypothèses, pour expliquer les tempéraments à l’échelle de l’évolution. Quelles sont les tangibles différences entre les extravertis et les introvertis ?

À lire Aussi : Qui Est Timide et Qui Est Introverti ?

Des solistes dans la nature

Exerçons un panorama rapide sur ce que pensent les auteurs d’ouvrages consacrés à l’introversion. L’on pense que la population serait globalement composée d’un tiers d’extravertis, la norme actuelle des sociétés occidentales. Un tiers d’individus se considérant mi-introverti, mi-extraverti, c’est-à-dire ambivertis, et un tiers d’introvertis, c’est-à-dire préférant au moins 7 à 8 fois sur 10, l’introversion. Une préférence est une facilité. Tous les droitiers sont capables d’utiliser leur main gauche pour écrire, néanmoins favorisent la main droite par simplicité.

La définition de l’introversion :

Selon l’encyclopédie Britannica, l’on définit l’introversion comme l’attention tournée vers l’intérieur.

Carl Gustave Jung décrit l’introversion comme l’énergie psychique dirigée en interne.

En typologie de personnalité jungienne, l’on distingue l’introversion par la perte d’énergie psychique en groupe, reconnaissant cette divergence comme un besoin de retrait afin de recouvrer ses capacités énergétiques et cognitives.

Solo versus Unisson

L‘on nait avec un patrimoine génétique introverti. La génétique a mis en évidence des combinaisons dans notre génome, indiquant nos caractéristiques de personnalités. L’imagerie médicale, une des disciplines employées en génétique comportementale, procure de la sorte, des précisions par l’image.

1 Le cerveau :

On sait aujourd’hui que les introvertis sont des cérébraux à tendance hypersensible. On a constaté un fonctionnement atypique en trois volets : l’hypersensibilité aux stimulations. L’hyperactivité sanguine dans le lobe temporal. L’hypertrophie du cortex préfrontal.

S’ajoutant à ces trois aspects, une réaction divergente aux neurohormones, aux neurotransmetteurs et neuromédiateurs connectant les neurones. Si les introvertis ne sont pas mutants, l’on n’en est peut-être pas loin…

2 Les introvertis seraient plus intelligents

Les introvertis possèdent un cerveau présentant une vraie et considérable anomalie : la matière grise est plus consistante, plus dense. La matière grise est plus importante dans le cerveau d’un introverti.

Le cortex préfrontal abrite de nombreuses facultés associées à l’intelligence. Si l’on possède plus de matière la produisant, des capacités créatives et cognitives potentiellement décuplées en sont les effets. On doit cette étude à Randy Bruckner et son équipe, professeur de la chaire de neurosciences de l’université de Harvard.

3 Le cerveau hypersensible

Parce que des chercheurs ont tenté de comprendre pourquoi les introvertis sont différents, Hans Eysenk, médecin allemand et ses collaborateurs, ont analysé que les introvertis sont stimulés rapidement.

Cet éveil cortical ou activité cérébrale, confirmé plus tard par imagerie médicale, valide l’hypersensibilité aux stimulus : lorsqu’un introverti répond à une stimulation, l’on constate un afflux d’agitation, alors que l’expérience demeure agréable envers un cerveau extraverti. Les introvertis sont plus vifs cérébralement, davantage vigilants et leur attention se mobilise rapidement.

4 Le cerveau bouillonnant des introvertis

À lire Aussi : Les Introvertis Ont-ils des Difficultés À S’Exprimer ?

C’est une réalité scientifique ! Les introvertis présentent une activité sanguine plus élevée que les autres. Le flot sanguin constaté a validé l’hypothèse précédente, de Hans Eysenck. On constate un flot sanguin plus important au sein du lobe temporal, facilitant la communication entre le cortex préfrontal (plus dense en matière grise), l’aire de Broca et le système limbique. Cela signifie qu’en plus des compétences en planification, en résolution de problème et en matière de prise de décisions, l’aire de Broca du langage irriguée, indique un monologue critique permanent chez certains introvertis.

Le système limbique ne déchiffre pas exclusivement les émotions, une aptitude qui lui est usuellement attribuée, mais le langage et la mémoire verbale : cette étude considérable a été menée par l’équipe de Georg Stenberg du département de neurophysiologie de la Lunds Universitet en Suède.

5 Le chemin acétylcholinergique versus dopaminergique : la récompense

Le chemin extraverti

L‘on constate que le chemin dopaminergique est le plus couramment utilisé, c’est le circuit de récompense. La dopamine tant recherchée par les extravertis, indispose le cerveau introverti, rapidement noyé et sur-stimulé. L’on pourrait qualifier ainsi les introvertis de ‘sensibles dopaminergiques’ quasi intolérants.

Les introvertis utilisent le chemin acétylcholine

Signifiant que les introvertis emploient une combinaison plus complexe et longue. L’acétylcholine est un neuromédiateur parcourant les données par des aires du cerveau totalement différentes, 7 étapes contre 5 :

Un chemin court, que les introvertis imitent lorsqu’ils l’ambitionnent !

Le chemin extraverti (dopamine) : 1-le système Activateur ascendant (la réticulée) ; 2-l’hypothalamus, 3-le thalamus supérieur, 4-l’amygdale et 5-le lobe temporal (mémoire à court terme, entre autres).
Le chemin introverti (acétylcholine) : 1-le système Activateur ascendant (la réticulée) ; 2-l’hypothalamus, 3-l’amygdale, 4-l’aire de Broca, 5-le lobe frontal, 6-l’hippocampe et le 7-thalamus supérieur.

Un chemin plus long se traduisant par de nombreuses différences que l’on observe : de la mémoire de travail, à la sexualité, jusqu’aux fonctions exécutives. Les introvertis ne conçoivent incontestablement rien comme tout le monde, remarquablement.

6 Le génie du cortex préfrontal

C’est le grand chef d’orchestre. L’instigateur de chef-d’œuvre. Le cortex préfrontal agit en des compilations et des combinaisons aboutissant à la magie.

Les introvertis sont des penseurs divergents. Les introvertis demeurent abondamment mieux pourvus en matière de créativité.

Ce sont de nombreuses aires du cerveau sollicitées en permanence, par un cortex préfrontal favorisant de transmettre toutes sortes de données, émotionnelles et sensorielles ou comportementales. C’est dans cette partie du cerveau que l’on démontre le plus d’inventivité spécialement en cherchant plusieurs types de solutions envisagées originalement. La créativité visionnaire est issue d’un cortex préfrontal sportif, un peu comme celui des introvertis.

7 l’homéostasie introvertie

Les extravertis ‘préfèrent’ le système nerveux sympathique responsable des réactions au stress « Fuir ou Combattre », dilatant les pupilles, accélérant le cœur et la sudation. Les neurotransmetteurs associés demeurent la noradrénaline et l’adrénaline.

Les introvertis préfèrent le système nerveux parasympathique, responsable de l’état de détente et de relaxation et du ralentissement des fonctions de l’organisme. Le neurotransmetteur associé au système nerveux parasympathique dépend naturellement de l’acétylcholine.

Les introvertis restent indubitablement des individus fonctionnant à l’opposé des majorités ambiverties. L’organisme d’un introverti ne saurait pas être accueilli sans un minimum de respect envers ses besoins spécifiques nombreux. L’on observe exceptionnellement les introvertis aux pupilles dilatées, dames et messieurs… leur constriction demeurant une contre-réaction typiquement introvertie.

8 La mémoire de travail à long terme

Matthew D. Lieberman de l’université de Californie, a observé les extravertis et les introvertis, utilisant une mémoire de travail opposée. Comme on peut s’y attendre, la mémoire de travail à court terme, usuelle, est supplantée chez les introvertis, par la mémoire à long terme (MLT).

Les introvertis apprennent en analysant : la MLT expliquant pourquoi un introverti n’a pas à pratiquer un apprentissage, mais simplement à l’observer puis d’en découler une pratique.

Le cerveau introverti ne cède en aucun cas à la simplicité. Un introverti conceptualise toutes données stockées non par image, simplement par idée ou concept. Que signifie cette divergence supplémentaire ? Il s’agit de la capacité d’abstraction : une compétence évoquant la faculté de comprendre les dimensions complexes de toute information.

9 Le langage des introvertis

Les extravertis stockent des données sous forme d’images, cependant les expriment de façon abstraite. Ce sont des chercheurs de l’Université Libre d’Amsterdam dont l’équipe a constaté l’emploi par les extravertis, d’un langage abstrait dans l’articulation de leurs idées, néanmoins très concrètes.

Les introvertis stockent des données en concepts toutefois, les expriment assistés d’un langage davantage factuel et concret. Aboutissant à cette étude : Les introvertis communiquent plus explicitement que les extravertis.

10 L’art figuratif et les introvertis

À lire Aussi : Les Introvertis Se Disputent-ils Comme les Autres ?

Inutile de chercher des illustrations de visages humains chez les introvertis. Inna Fishman, de l’Université de San Diego a mis en évidence l’absence de réactions différenciées chez les introvertis, à la vue d’image représentant des fleurs et des visages d’humains photographiés. Les introvertis ne différencient pas un objet d’un visage.

Les extravertis ont comme de bien entendu, significativement réagi : l’on discerne mieux comment certaines industries ne cessent de progresser et l’on éprouve de la sorte identiquement, quel tempérament est ciblé et la consomme, et davantage pourquoi.

Selon quelques formidables chercheurs de Princeton, les solitaires sembleraient prédisposés à sauver le monde. Cela n’a-t-il pas régulièrement été le cas ?

TheIntrovertSinger

Fishman, Inna & Ng, Rowena & Bellugi, Ursula. (2011). Do extraverts process social stimuli differently from introverts? Cognitive neuroscience. 2. 67-73. 10.1080/17588928.2010.527434.

Thomas Rammsayer, Petra Netter, Wolfgang H. Vogel, A neurochemical model underlying differences in reaction times between introverts and extraverts, Personality and Individual Differences, Volume 14, Issue 5,1993,Pages 701-712,ISSN 0191-8869,https://doi.org/10.1016/0191-8869(93)90118-M.

G. Stenberg, J. Risberg, S. Warkentin, I. Rosén, Regional patterns of cortical blood flow distinguish extraverts from introverts, Personality and Individual Differences, Volume 11, Issue 7,1990, Pages 663-673, ISSN 0191-8869, https://doi.org/10.1016/0191-8869(90)90251-L.

Gonda X, Fountoulakis KN, Juhasz G, Rihmer Z, Lazary J, Laszik A, Akiskal HS, Bagdy G. Association of the s allele of the 5-HTTLPR with neuroticism-related traits and temperaments in a psychiatrically healthy population. Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci. 2009 Mar;259(2):106-13. doi: 10.1007/s00406-008-0842-7. Epub 2008 Sep 19. PMID: 18806915.

Beukeboom, C. J., Tanis, M., & Vermeulen, I. E. (2013). The Language of Extraversion: Extraverted People Talk More Abstractly, Introverts Are More Concrete. Journal of Language and Social Psychology, 32(2), 191–201. https://doi.org/10.1177/0261927X12460844

Michael X. Cohen, Jennifer Young, Jong-Min Baek, Christopher Kessler, Charan Ranganath, Individual differences in extraversion and dopamine genetics predict neural reward responses, Cognitive Brain Research, Volume 25, Issue 3,2005, Pages 851-861,ISSN 0926-6410,https://doi.org/10.1016/j.cogbrainres.2005.09.018.

Introversion and working memory: central executive diff€erences : Matthew D. Lieberman

Le cerveau créatif : Marie de Montalembert, Maud Besancon

Loners help society survive, say Princeton ecologists : princeton.edu

The Rise Of Introverts: Science Says Introverts Will Save The World By Marissa Anne : likely.com.my

Photo : David Cassolato, Monstera, JESHOOTS.comPok Rie, Tima Miroshnichenko 

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!