10 Points : Surdouées Introverties Cachées

Pourquoi de nombreuses introverties plus intelligentes que les autres le dissimulent ?

Les raisons expliquant le camouflage des femmes surdouées sont plurielles et les conséquences tout autant multiples. On pourrait imaginer qu’une femme surefficiente se perçoive favorablement cependant il n’en est rien. Les constructions sociales liées au genre persévèrent à mener leur sinistre œuvre. Négligeant une minorité certes, pourtant bien vivante celle-ci, contrainte de se fondre dans un décor opposé à son fonctionnement atypique, cette complétude cognitive spécifique des femmes brillantes. Évidemment, une femme intelligente et introvertie se heurte à une double peine, cheminant à contre-courant depuis son rattachement terrestre, un atterrissage douloureux que l’atmosphère gravitationnelle collective maintient sous terre. Situation.

Homme charismatique et aventurier versus femme agressive et instable (ou bien hystérique)

Une femme introvertie multipotentielle ? On tente d’étouffer l’intelligence en l’asphyxiant par des trivialités passives agressives auxquelles les femmes introverties et hors normes sont invariablement assimilées. Tout individu dont les cognitions sont surdéveloppées précocement perçoit son environnement sensitivement : très tôt, les petites introverties surdouées manifestent leurs pensées divergentes en l’exprimant distinctement involontairement. En résulte une étiquette qu’il faut désormais porter, quelle qu’elle soit. Dans le cas nous préoccupant, l’anxiété des imprédictibilités humaines existentielles induisent un rapport au monde contradictoire à ce que l’on observe usuellement chez une fillette. Cette dernière, introvertie surefficiente devenue femme est invariablement mise en cause, ces attaques personnelles sont rarement élaborées sur des faits, on reproche implicitement à ces introverties plus intelligentes que les autres leur tempérament non genré. Leur personnalité affirmée, multipotentialités et atypie demeurent une menace pour nombre d’individus mis en difficulté par ces introverties décalées.

À Lire Aussi : L’Introverti Invisible En 20 Points

L’autodésaveu de l’introvertie surefficiente

Rabaissées dès le berceau envers de nombreuses introverties qui déséquilibrent un ordre établi arbitrairement. Une petite fille doit démontrer qu’elle appartient bien à son groupe sociobiologique dont l’injonction reste d’en manifester les codes. Les introverties surdouées apprennent précocement à masquer leur divergence en gommant leurs irrégularités. On pourrait tout à fait affirmer que les femmes introverties plus intelligentes que la moyenne – c’est-à-dire présentant un quotient intellectuel supérieur à 130 – miment le caméléon animal sur les mêmes motifs : survivre. Ces rabaissements continus sont évidemment triangulaires : on cite en comparaison les autres enfants de sexe identiques présentant des aptitudes stéréotypées. Une petite introvertie qui ose exprimer, voire éclairer un adulte masculin en pointant son incompétence machinalement, se trouve cloitrée psychiquement, renvoyée à son identité de genre consistant à se muer en carpe béate de dévotion, soumise aux ordres établis, dont la culture ne remet pas en cause un agencement précaire. Une introvertie surefficiente est insubordonnée de fait, cette enfant intelligente crée inconsciemment par sa présence dérangeante – et pas au sens psychanalytique – un chaos psychique qui la suivra toute son existence.

L’injonction contradictoire du conformisme des normopensants

Justement, on vante les parcours féminins socialement valorisants néanmoins, on l’applaudit surtout chez les autres. Une dame nécessite de justifier d’une carrière, si possible valorisante socialement notamment envers le conjoint, néanmoins sans produire d’ombre. Être brillante précautionneusement, au risque d’encourir une inculpation pour castration et l’attribution de toutes sortes d’intentions abracadabrantesques. Une femme introvertie et intelligente porte et transmet une double contradiction en antagonisme intégral des archétypes féminins : les femmes sont soumises implicitement à un rôle social, ce dernier impliquant une liste précise d’attentes que les individus de sexe féminin remplissent comme un devoir. Une femme introvertie surdouée vit hors des sentiers battus toute son existence, en conséquence de ses cognitions, dont les avantages sont autant de défaveurs vis-à-vis des lieux communs communautaires. Les femmes sont quelquefois plus sexistes que les hommes et sont autant d’obstacles à l’éveil des consciences concernant la diversité cognitive. La neurodiversité inquiète ces dames du collectif normopensant, pointant du doigt leurs limitations genrées.

La transgression androgyne des introverties surdouées

Brave et vulnérable, loyale et aventureuse, hypersensible et critique. Une infraction au code de bonne conduite affecté aux individus de sexe féminin. Les femmes introverties surdouées sont remarquables en ce qu’elles repoussent toutes les restrictions ordinaires, ces frontières grossières que l’on impose en invoquant une hiérarchisation déficiente que les introverties intelligentes méprisent intimement. Les femmes surdouées risquent ainsi de s’enfermer en solitude, et on sait que l’intelligence, associée à l’introversion en certaines circonstances, prédisent des conduites addictives. L’épidémiologie cognitive – discipline scientifique corrélant l’intelligence à la morbidité – pose de nombreuses questions sur l’influence du QI sur les circonstances de vie. Or, les femmes introverties plus intelligentes que les autres sont désignées pathologiquement par leurs entourages. Une société rejetant la douance sur un fondement purement sexiste, abaissant un individu à sa génitalité : une indignité envers ces esprits farouchement intelligents que l’on atteint sciemment, mais à quelles fins ?

Le rejet latent des femmes douées et introverties

Prend sa source en ce que les femmes atypiques introverties doivent elles-mêmes procéder à des aménagements de personnalité conséquents afin de ne pas subir toute interdépendance. Un épuisement permanent et une estime abîmée restent les véritables problématiques auxquelles ces introverties brillantes sont confrontées. Un auto reniement accompagne la majorité de ces discrètes remarquables, aboutissant à intégrer un pan de personnalité contrefait, abandonnant aux agresseurs une victoire sans virtuosité, indue et injuste.

Une injustice banalisée par les femmes elles-mêmes, ces complices associées « identitairement » à un rôle génital, y compris chez celles dont les apparences laissent envisager le contraire. Les femmes introverties surdouées bravent un parcours complexe, jonché d’impostures, ces constructions sociales sans lesquelles quantité de femmes et hommes normopensants se trouvent désorientés. Dissouts ?

À Lire Aussi : L’introverti Indifférent à La Socialisation en 20 Points

Castratrice ? La personnalité paranormale de ces introverties brutalement critiquée

Une introvertie intelligente cumule des mandats opposés à son appartenance biologique, sa naissance prédisant un rôle de reproductrice ainsi remis en question, l’entourage organise sournoisement un travail de sape collectif, qui sacrifie de nombreuses surdouées amoindries psychiquement et vulnérables. Un leadership féminin contentieux et menaçant, des accusations visant à dénigrer sérieusement les compétences observables des introverties surefficientes. On les dépeint volatiles, dispersées, voire distraites et incapables, alors que ces individus de sexes féminins développent des aptitudes substantielles et des talents uniques, trop continuellement inexploités. On vilipende leur personnalité affirmée et leurs capacités décisionnelles et intellectuelles en les sacrifiant sur l’autel des conformismes sexués, ces creusets fétides conçus à des fins domestiques, au service des médiocrités féminines et masculines.

10 Raisons Formulant le Camouflage des Introverties Surdouées

I Passer inaperçue

L’unique explication, centrale et périphérique demeure cette nécessité de conservation et de survivance, dévouant un espace de rémission aux femmes introverties surefficientes conscientes qu’une atypie féminine reste une disgrâce sociale, et ce, depuis leurs mémoires les plus juvéniles. Tues dès la très petite enfance, ces femmes introverties développent des stratégies de compensation visant à inspirer la neutralité. Une autocensure à laquelle l’introvertie surdouée se contraint involontairement, par réflexe conditionné par des errances relationnelles, professionnelles, familiales et sociales que ces discrètes intelligentes font en sorte de pacifier en camouflant leur intelligence remarquable. Un masquage salvateur offrant une zone de quiétude au quotidien, une armure, un colifichet mal ajusté qui laisse couramment ces introverties brillantes soupçonnées des pires avaries : double personnalité, hypocrisie, fausseté, manipulation. On est loin de la réalité de ces introverties qui endurent en silence sempiternellement, dont l’anxiété quotidienne alourdit considérablement l’existence. Prétendre être quelqu’un d’autre consomme une énergie considérable.

II Éviter de susciter l’envie

Les femmes surdouées et introverties savent que se démarquer ne suscite pas la sympathie à tous les coups. Ces discrètes reçoivent invariablement un monceau d’agressivité injustifiable et incompréhensible que certains individus jouissent à projeter. Un antagonisme que ces introverties subtiles ne souhaitent en aucun cas invoquer, l’intelligence désignant invariablement la conscience de ses limites, ces femmes surdouées cherchent avant tout à ne pas attirer l’attention sur leur anormalité, allant jusqu’à la nier. Empêchant ainsi les débauches de colère de certaines et certains moins dotés cognitivement, parfaitement éveillés à la singularité de l’introvertie et de ses compétences hors du commun. Ces personnalités envieuses savent comme personne, répandre le doute dans l’esprit de l’introvertie clairvoyante. Redoutable arme d’annihilation envers ces esprits féminins hyperactifs et ultra sensitifs.

III Protéger leur hypersensitivité

Que l’on ne devrait en aucun cas assimiler à de la sensiblerie. Dès les premières années de vie, les introverties surdouées sont conscientes des confusions existentielles, angoissées par leur asynchronie, ce développement intellectuel remarquable s’accompagne rarement de la même compétence du point de vue affectif et des diverses cognitions : un décalage qui suit l’introvertie surdouée durant de longues années incertaines, livrant aux adultes en charge continuellement incompétents, le soin de sécuriser une enfant trop avertie pour affronter des réalités anxiogènes. Ces introverties qui manifestent des troubles anxieux précocement, apprennent à bloquer leur hypersensibilité afin de nager en eau trouble collectivement. Un camouflage autant exténuant qu’inefficace à terme.

À Lire Aussi : Introvertis : 10 Mythes Sur la Confiance En Soi

IV Déguiser leur ennui

Les femmes brillantes et introverties se trouvent rarement captivées par leurs interlocuteurs, bien qu’il ne s’agisse en aucune manière d’élitisme intellectuel, davantage une quête d’authenticité et de valeur du lien. Les femmes surdouées et introverties laissent peu d’entourage les approcher intimement et à ce titre, maquillent leur difficulté à bénéficier de liens sociaux primordiaux à l’équilibre humain. Les femmes introverties isolées socialement, savent comment entrer en relation, elles emploient leur intelligence constamment à cet effet cependant, manquent d’affinités de qualité, de proximité psychique incitant au partage véritable.

V Dissimuler leurs doutes

L’intelligence pardonne peu à soi. Une femme introvertie et surdouée demeure perfectionniste et sans répit à exiger davantage de soi-même, impitoyablement. Une discrète brillante se réfère peu aux systèmes de valeurs habituels, ces femmes doutent de tout et d’elles-mêmes avant tout. Une incertitude exploitable accidentellement si elles ne prennent pas garde à ôter leur masque hâtivement ou à abandonner à des personnes retorses un passe-partout frayant une pente glissante. Les femmes introverties masquent leurs divergences et capacités intellectuelles remarquables par humilité, par modestie sincère : plus on en sait, plus l’ignorance éprouve de ses limitations.

VI Prévenir les scénarios du passé

Infériorisées fréquemment, et lorsque cela ne s’est pas produit par le biais de la famille nucléaire et étendue, la vie infantile et sociale aggravent un fardeau déjà anxiogène : si les petites filles introverties et surdouées ont bénéficié d’un entourage parental édificateur, les dégâts sont, évidemment, nettement moins considérables, toutefois, rares sont les témoignages allant dans ce sens, assurément. Les introverties qui camouflent leurs différences agissent de la sorte par pragmatisme malheureux, une malédiction que rien décharge, si ce n’est que les bassesses humaines et leurs lots sacrifient ces martyres à leurs traumatismes. Le masquage reste une compensation inéluctablement induite sans consentement. Une sanction imméritée.

À Lire Aussi : Introvertis Les Sites de Rencontres En 13 Points

VII Considérer un partenaire de vie

On attend des femmes qu’elles clonent une personnalité codifiée : un groupuscule considérable d’individus, qui se soumet invariablement à ces codes sociaux lobotomisant la conscience d’un pourcentage de femmes introverties et surdouées difficile à quantifier. Ces introverties brillantes s’adaptent à des exigences rassurantes envers leurs partenaires. Un autre abus imposé à ces introverties rejetant clandestinement toutes les questions liées au genre et à leurs attributions au sein du collectif. Ces introverties se trouvent en échec sentimental puisque cantonnées à un rôle éreintant que ces esprits brillants savent maintenir temporairement, non sans générer des blessures intimes irrattrapables et d’autres somatisations que l’on conçoit sans effort.

VIII Conserver un emploi

Un supérieur hiérarchique moins compétent qu’Elle ? L’introvertie surdouée éprouve de ce fait la frustration d’occuper un poste subordonné à une autorité illégitime. Un concept, l’autorité, que les femmes intelligentes et introverties de surcroît, rejettent implicitement depuis leurs plus jeunes années, suscitant des foudres accompagnées ou non d’admiration. Dans les deux cas, des déséquilibres sont observables puisque peu de femmes disposent du courage de mettre en cause l’autoritarisme établi sur des fondements hypocrites. Les introverties surdouées vivent au rythme d’injustices réitérées tout au long d’un chemin de vie escarpé. Les introverties surdouées et accomplies professionnellement demeurent tout de même esclaves d’un ordre grossier que nombre d’individus, femmes et hommes confondus, remettent en cause collectivement en minorité. Peu d’humanités admettent l’équité de genre.

IX Brouiller leur lacune relationnelle

L’intelligence avantage abondamment : un raisonnement profond et complexe, des compétences plurielles, des capacités d’apprentissages démultipliées, une sensibilité artistique démesurée, cependant tout se calcule ici-bas. Le prix élevé demeure le manque de relation sociales et affectives, un trou béant au curriculum vitae psychique des introverties en double fardeau, puisqu’elles sont plus adroites que sobrement acceptable universellement et balbutiantes socialement. Une hyperesthésie associée instaure ainsi régulièrement la nécessité d’un retrait récupérateur et de ce fait, un tissu relationnel restreint. Une autre injustice que l’on devrait réparer en adhérant à des associations de surdoués. Un masquage presque honteux, et bien que l’on ait déjà accès à toute sorte d’ouvrages décortiquant les interactions humaines et leurs enjeux, les femmes introverties et surdouées sont doublement lésées aux assemblages sociaux et affectifs.

À Lire Aussi : Éviter les Gens : 50 Confessions d’Une Introvertie

X Briser la dynamique de l’isolement social et affectif

Un isolement incité par une dissidence sous-entendue illustrée par l’impossibilité humaine à se regrouper autrement qu’en conformité collective. L’humanité a pour habitude néfaste d’excommunier la diversité, se confortant ainsi en position dominante, en multitude. Un conformisme isolant par conséquent les divergences quelles qu’elles participent, les femmes introverties et surdouées aboutissent incessamment ainsi à une forme de nihilisme analytique, rompu par quelques affects parcimonieusement semés en sécurité. Une nécessité humaine élémentaire que de se constater en compagnie tranquillisante et cognitivement compatible. Un achoppement subsidiaire envers ces femmes introverties remarquables de vivacité intellectuelle ayant en conclusion peu de choix en matière de camaraderie, se trouvant à gommer leur douance afin de briser une solitude démesurée en certaines situations. Le suicide chez les femmes intelligentes demeure une réalité occultée. Une injustice additionnelle qu’aucun sait assainir.

TheIntrovertSinger

Miraca U.M. Gross (1998) The “me” behind the mask: Intellectually gifted students and the search for identity, Roeper Review, 20:3, 167-174, DOI: 10.1080/02783199809553885

Deary IJ, Batty GD. Cognitive epidemiology. J Epidemiol Community Health. 2007 May;61(5):378-84. doi: 10.1136/jech.2005.039206. PMID: 17435201; PMCID: PMC2465694.

Tomlinson-Keasey, C., Warren, L. W., & Elliott, J. E. (1986). Suicide among gifted women: A prospective study. Journal of Abnormal Psychology, 95(2), 123–130. https://doi.org/10.1037/0021-843X.95.2.123

Hull L, Petrides KV, Allison C, Smith P, Baron-Cohen S, Lai MC, Mandy W. “Putting on My Best Normal”: Social Camouflaging in Adults with Autism Spectrum Conditions. J Autism Dev Disord. 2017 Aug;47(8):2519-2534. doi: 10.1007/s10803-017-3166-5. PMID: 28527095; PMCID: PMC5509825.

Images : George Milton, cottonbro, MART PRODUCTIONEngin Akyurt, Andrea Piacquadiohermaion 

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!