4 Obstacles À l’Amour Entre Introvertis ?

Pourquoi les introvertis finissent-ils en couple avec un extraverti ?

*Non, les opposés ne s’attirent pas, une étude le confirme. Une relation avec un semblable est tellement plus enrichissante d’évidences, qu’il est dommage de ne pas se battre pour l’entreprendre. En effet, c’est au moment de la rencontre, que les chances d’aboutir sont plus faibles entre introvertis, en cause ? Le cerveau introverti et sa chimie impassible, qu’il faut dépasser pour avoir droit à l’intimité incomparable d’un couple introverti.

Un possible gâchis

D’opportunités de se trouver dans une relation idéale, au partenariat véritable, profond. Quelle meilleure configuration, que de se retrouver plongé dans un véritable berceau sensoriel d’affinités ? Avec toute la diversité des profils introvertis ! Car c’est dans cette richesse de caractères introvertis opposés, qu’on peut décrire à l’aide de quelques exemples, illustrant la disparité des tempéraments chez les introvertis.

La multiplicité introvertie

La communauté introvertie ne doit pas être confondue avec la timidité. Il existe autant d’introversion que de types d’extraversions. Nous utilisons tous nos savoirs, nos cognitions, chacun à sa façon. On sait qu’un esprit logique matérialiste, ne partage pas le point de vue d’un idéaliste sensible.

N’épousant pas non plus la vision de l’intuitif cartésien ou hypersensible. Certains emploient leurs sentiments : on connaît tous les romantiques introvertis, créatifs ou non, dont la perception leur est unique. ‘Un prosaïque’, concret et rigide, contre un introverti très artistique et éclectique. Ou au contraire, minimaliste.

Pas une introversion, mais des introvertis

On sait que l’introspection des introvertis leur est commune. Cependant, au sein de cette originalité, coexistent des cerveaux plus ou moins capables d’abstraction, et d’autres ne repoussant pas le matérialisme.

On envisage un couple d’introvertis, sans insister sur le genre, question mineure. Deux personnalités aux polarités opposées, mais toutes deux introverties. Comment s’apprécier, quand on est deux introspectifs, frileux ? N’ayant que peu de points communs, si ce n’est cette belle énergie psychique dont on doit faire usage avec précaution.

On se comprend mieux entre introvertis

Absolument, mais les introvertis peuvent aussi se sentir délaissés dans une relation avec un caractère trop éloigné de leur univers. Là, un fossé intangible, mais gigantesque, se met entre deux introvertis, laissant certainement s’accumuler des incompréhensions.

Entre introvertis, l’existence est simplifiée, car on est débarrassé des compromis pénibles. Notamment des réflexions portant sur la personnalité et les jugements d’un partenaire plus extraverti, frustré par un compagnon de vie mono tonal. Les couples mixtes en tempéraments peuvent être toxiques.

Tous les introvertis ne sont pas casaniers

Il y a de nombreux introvertis ayant la bougeotte, d’envies de voyages et d’exotisme. Les introvertis baroudeurs peuvent souffrir, coincés dans une relation avec un introverti cherchant son confort, par la routine du quotidien. Beaucoup d’introvertis ont investi le champ de la recherche ou une carrière à l’extérieur, pour assouvir leurs besoins en sensations.

Tout le monde n’est pas géologue ou paléoanthropologue. Ou bien archéologue avec son sac au dos. L’introversion est trop riche pour l’appauvrir à une réduction de ses multiples. Facteurs nombreux, dont en simplifier les conséquences, n’apporte aucun éclairage aux introvertis, en quête d’un partenariat, au sein duquel s’inscrire dans la durée. C’est largement le cas, car les introvertis aventuriers tentent toutes sortes d’aventures et expérimentent comme les extravertis… à méditer pour les idéalistes, pensant avoir ‘des garanties’ avec un introspectif. Faut-il encore savoir choisir son introverti, car certains sont certainement plus complices avec des extravertis, que de leurs semblables.

Des vides à combler

Une relation entre deux introvertis peut souffrir de manques. Que les introvertis comblent en choisissant de se mettre en couple avec un extraverti ou ambiverti. Dont ils partagent le système de valeurs. Ou ils cèdent à la facilité de la rencontre, car les extravertis transforment les impulsions en élan relationnel, ce que les introvertis maîtrisent nettement moins bien.

Les couples s’unissant aujourd’hui ne durent pas. L’une des raisons pour lesquelles les unions s’écourtent aussi fréquemment, est liée au choix du partenaire. On choisit son partenaire pour des sentiments d’attraction, dont on connait les fragilités éphémères. Deux introvertis font la paire, ils se comprennent sans mots. Se donnant l’espace dont ils ont besoin, vivant l’intimité avec la même intensité. Ils sont souvent loyaux et fidèles, mais pour en arriver à vivre une belle histoire, les introvertis doivent débloquer quelques freins, empêchant la réalisation “des contes (sans fées)” introvertis.

I – Initier la Rencontre

Les introvertis ont pour défi de dépasser la première barrière, l’inconnu. Stade repoussant, voire décourageant, pour les introspectifs, dont le moindre mouvement furtif peut aboutir à une fuite suffocante. Les introvertis ne sont pas pour autant timides ou anxieux. Juste très hésitants.

Cependant, les extravertis raflent la mise, en matière de séduction superficielle. Cette obligation que la culture extravertie nous impose, incontournable. Des rituels permettant de mettre la locomotive relationnelle en route, de faire moteur, enclencher la machine amoureuse. Les introvertis peuvent attendre de longs moments, avant de contempler l’idée de concrétiser un lien. C’est là que l’extraverti vient faire son nid. Les introvertis sont également influencés par la culture extravertie, se sentant attirés par les expansifs. Ainsi, ne pas ressentir d’attirance pour leurs semblables, par conformisme presque inconscient.

II – Une Communication Télépathique

Présente de nombreux obstacles, laissant des flous s’installer. Les introvertis, nous le savons bien, communiquent leurs idées avec précisions. Toutefois, ils ne ressentent pas forcément de besoin d’approbation. Cette validation qu’utilisent la majorité, pour se sentir acquiescé en compagnie, n’est pas le moyen de réciprocité préféré des introvertis.

Volontiers secrets, mais pas par goût du mystère. Plutôt par originalité de caractère, peut aussi faire mur entre deux individus introspectifs. Deux introvertis en couple, n’ayant pas pour habitude de chercher le regard de l’autre, peuvent se sentir piégés dans une solitude à deux. Les introvertis choisissant le retrait, évitant les conflits, se trouvent rapidement dans des impasses relationnelles. L’introversion peut tout à fait faire passer des moments extraordinaires, à deux introvertis complices intellectuellement ou agir à l’inverse tant redouté.

III – Vivre à l’Économie

Sans aller jusqu’au manque de générosité. Cependant, on peut tout à fait employer l’image d’un économe en ardeur et potentiel amoureux. L’introverti calcule ses mouvements et ses investissements relationnels. Pour certains introspectifs, comme on tient son relevé de compte. Faire des additions et soustractions en amour, une formule à éviter par tendresse.

On ne peut pas faire fonctionner l’alchimie et l’érotisme, en le calculant. Donner, est ce qui devrait motiver toute relation. On ne peut pas recevoir sans altruisme, puisque c’est le don qui rémunère. Les introvertis dont la frilosité légendaire et l’énergie qu’il faut réguler, peuvent aussi s’éloigner de l’intimité, gage de longévité du couple. La proximité psychique et affective, offre la possibilité d’une sexualité traduisant un lien libéré de toute arrière-pensée.

IV – Indépendance versus Indifférence

En conformité avec l’air du temps, on valorise l’indépendance. Celle des introvertis est telle, que s’engager devient une sorte de pacte avec la mort de soi. Les introvertis peuvent interpréter le lien marital ou permanent, comme une pression sociale conformiste. Ne pas ressentir la pulsation du mouvement, pour aller vers la conclusion tissant un lien d’interdépendance.

Les indécisions sont rarement vectrices de croissance sentimentale. Dévitalisées, comme les terres arides ou trop neutres à fertiliser. Deux introvertis risquent l’échec par le doute. Ou absence d’enthousiasme d’un des partenaires. Il manque cet élan de passionné nécessaire aux marques d’affection. La tiédeur fait rarement alliance entre deux inclinations naturellement réticentes. Le manque d’effort amoureux recouvre de son ombre, l’empreinte indifférente.

TheIntrovertSinger

* New study finds our desire for ‘like-minded others’ is hard-wired. Efforts to get partners to change could be futile, even detrimental : Sciencedaily.com

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!