Pourquoi Engager Un Introverti ?

Quelles valeurs ajoutées les introvertis apportent-ils à l’entreprise ?

Les recruteurs n’ont pas l’opportunité d’évaluer les candidats introspectifs à leur valeur juste. Puisque l’introversion manifeste ses talents à l’épreuve du temps. La durée d’un entretien ne permet pas de mettre en avant tous les avantages à collaborer avec un introverti. Portrait

Les introvertis préjugés

Les introvertis sont des gestionnaires de ressources nés, qu’elles soient humaines ou bien matérielles. Ce sont des esprits solides et fiables, à qui l’on peut déléguer des responsabilités en toute confiance, les yeux fermés. Leur conscience ne trouve d’égale qu’en leur capacité d’analyse. Le management des caractères introspectifs est élémentaire, dont l’indépendance offre à l’organisation une collaboration fiable, sans état d’âme, à la consistance nécessaire à tout succès d’entreprise. On pense à tort qu’un candidat expansif est plus efficace, lorsque au contraire, de nombreuses études démontrent l’énorme potentialité de travail des introvertis. C’est précisément en équipe que les introspectifs, contrairement aux idées reçues, montrent leur supériorité relationnelle. Puisque les discrets sont des experts en écoute active, allégeant ainsi la charge managériale. On sait à quel point les interactions humaines sont vectrices de pertes d’efficacité. Engager plusieurs introvertis, régule les équipes, fixées sur leurs objectifs professionnels.

Les introvertis passent inaperçus

Un chargé de recrutement finit par faire son choix en l’établissant à partir une impression générale, à compétences égales. Quelle aberration que de juger sur la présentation des candidatures complexes ?

Combien d’erreurs de recrutement sont déplorées ? On en évoque la moitié des embauches échouant, sur une période de 18 mois.

On pense avoir obtenu la collaboration d’un candidat idéal, aboutissant à son remplacement prématuré après des stades critiques de désillusions aux conséquences évitables. Sans évoquer les pertes financières et humaines d’une erreur de distribution.

Remarquer l’introverti requiert attention

Les introvertis ne se vendent pas, ils estiment ne pas avoir à prétendre ce qu’ils sont. Il existe autant de types d’introversion que d’introvertis. Ce sont avant tout des individus capables de performances extraordinaires, dans une quiétude innée.

Néanmoins, conscient de la compétition, un introverti perd son identité et toutes ses qualités en cherchant à se conformer à la norme extravertie.

Lors d’un entretien de recrutement, les introspectifs demeurent ceux dont les silences indisposent, induisant malaise. On sait que les introvertis ne traitent pas les données sémiologiques comme les extravertis. C’est un univers différentiel que l’on ignore et sous-estime par absence d’information.

Des héros trop discrets

Les introvertis sont méconnus, et mal reconnus, alors que ces collaborateurs font potentiellement la différence dans une équipe, en y équilibrant l’énergie.

Agent modérateur par exemplarité, notamment à la faveur de certaines personnalités manifestant des traits de personnalité faibles en rectitude. Quelle que soit la branche dans laquelle un introverti souhaite candidater, les recruteurs devraient réfléchir à deux fois, avant de classer verticalement le CV des caractères apparemment effacés. Pourtant, les discrets ne le sont qu’en apparence.

Une Économie à l’Échelle Introvertie

L’Économie énergétique

Selon un article paru dans le journal Applied Psychology, les extravertis sont plus susceptibles de mettre en péril l’entreprise, par des comportements déviants. Les introvertis sont des administrateurs ou administrés loyaux par nature. Leur fonctionnement atypique aménage des solutions originales, hors des sentiers battus.

Un introspectif offre à l’entreprise, ou à l’équipe avec laquelle il collabore, la rigueur nécessaire à toute initiative. Un introverti respecte et considère avec sérieux sa mission, toute ressource est régie avec transparence et rigueur.

L’Économie sémantique

Les introvertis sont des penseurs critiques, pesant chaque mot avant d’en prononcer le moindre. L’observation d’un introverti est pertinente, ou bien n’est pas exprimée, notamment en cas d’argument induisant un doute. Cela ne désigne pas un manque de spontanéité, mais l’emploi de leurs fonctions cognitives très différemment.

Les discrets ne cultivent pas de compétence en bavardage, non sans humour. Ils sont meilleurs langagiers que les extravertis, utilisant cette fonction plus concrètement.

Ils articulent et argumentent de façon plus structurée leurs réflexions. Selon une étude*, les extravertis, emploient un langage abstrait, dont on peut soupçonner l’inefficience, spécifiquement dans le cadre de relations à une clientèle exigeante.

L’Économie motivationnelle

Les introspectifs sont plus facilement mobilisables à la motivation. C’est certainement un des comportements les plus paradoxaux.

Malgré l’absence de circuit de récompense dopaminergique, les introvertis sont plus naturellement stimulés par la reconnaissance, et sont nettement plus sensibles aux encouragements, y répondant avec attention.

Il nécessite beaucoup moins de maintenance attentionnelle à un introverti pour se sentir valorisé et redoubler d’efforts dans ses missions. Les introvertis entretiennent peu d’attentes vis-à-vis des validations, ils sont des collaborateurs autonomes et indépendants d’esprits.

L’Économie éthique

Les introvertis sont moins agressifs que les extravertis dans les communications verbales et non verbales. Les introvertis ont une propension à éviter le colportage inapproprié.

C’est avec un risque de conflit extrêmement faible qu’un collaborateur introverti chemine au sein de l’entreprise. Évitant la confrontation par nature, les introvertis peuvent tout à fait encadrer une situation délicate.

Les introvertis sont des collaborateurs laissant un espace d’expression à chaque individu, maîtrisant l’écoute bienveillante avec un leadership attentif et un respect des procédures caractéristiques.

Un introverti apporte à son entourage professionnel, la maturité nécessaire en cas d’opposition d’idées, proposant un arbitrage neutre et dépassionné.

L’Économie de temps

Comme l’adage bien connu confirme que perdre du temps coûte. Les introvertis sont des gestionnaires incomparables des biens limités, dont on connaît le plus onéreux : le délai butoir.

Une étude démontre que les introvertis demeurent efficients dans l’urgence*, ne perdant rien en efficacité en situation exceptionnelle, contrairement aux extravertis immobilisés par les échéances et les impératifs structurels ou conjoncturels.

L’Économie réelle

Les introvertis sont d’excellents vendeurs. Les idées reçues selon lesquelles l’introversion freine les interactions sociales, sont fausses. En réalité, quand on combine les qualités cognitives des introvertis, on s’aperçoit : qu’ils traitent les informations de façon nettement plus complexe que la majorité.

En tenant un langage très concret et une capacité d’abstraction vive, les introvertis peuvent conceptualiser un argument de vente sophistiqué, avec un vocabulaire précis, apprécié par des prospects indécis.

Techniciens et spécialistes dans leur domaine, les introvertis, souvent perfectionnistes, cultivent des communications directes et sourcées, avec une clientèle cherchant avant tout à acquérir de la valeur.

L’Économie créative

Les introspectifs sont créatifs, et leur créativité est prédictible. Ils savent travailler avec une productivité identique, capables d’assumer une charge de travail supérieure aux extravertis.

Grâce notamment à leur prédisposition intellectuelle à la concentration et leur faculté d’analyse supérieure à la moyenne.

Une étude fait le lien entre la créativité des personnalités très introverties, exprimant leur intelligence en trouvant des solutions originales, apportant leur clairvoyance décalée. Les introvertis n’utilisant pas leur mémoire de travail comme les autres, pensant en concepts, traduisant leurs visions logiquement, s’appuyant sur un langage minutieux.

Des leaders respectés

Les introvertis sont des collaborateurs organisés, profitables à toute entreprise, cherchant à diversifier les aptitudes de travail de leurs équipes. Si l’introversion est mal perçue par les recruteurs, c’est parce qu’elle est mal connue, souffrant d’une réputation inexacte, fondée sur des croyances erronées.

L’introversion désigne avant tout une chimie du cerveau particulière. Il est dommage de se passer de leurs personnalités originales et discrètes, car ils sont des individus achevant leurs mandats dans la constance.

Intuitifs, mais cartésiens, persévérants et perfectionnistes, un introverti télétravailleur en vaut 2.

Des orateurs performants

On oublie que certains extravertis sont modérés en communication, quand d’autres introvertis sont des speakers talentueux.

Dans certaines branches, comme l’informatique ou la recherche, les introvertis sont surreprésentés.

On pourrait être surpris par l’introversion, capable partout. Un introverti est repoussé à l’idée de survendre ses compétences, parce qu’il n’en ressent pas la motivation.

Si un recruteur refuse d’allouer le temps de recevoir un discret introverti, son entreprise pourrait passer à côté d’un collaborateur dont le talent unique dévolu à la concurrence.

TheIntrovertSinger

Gralton, M. A., Hayes, Y. A., & Richardson, J. T. (1979). Introversion–extraversion and mental imagery. Journal of Mental Imagery, 3(1-2), 1–10.

Are Dishonest Extraverts More Harmful than Dishonest Introverts? The Interaction Effects of Honesty‐Humility and Extraversion in Predicting Workplace Deviance : iaap-journals.onlinelibrary.wiley.com

Introversion and working memory: central executive di€fferences : Matthew D. Lieberman

9 Reasons CEOs Should Hire Introverts, Not Extroverts. Extroverts get most of the attention and credit, but it’s the introverts who actually get the job done : inc.com/geoffrey-james

TheIntrovertSinger

Learn More →
العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!