Le Salaire des Introvertis Est-Il Inférieur ?

Pourquoi le montant de ma rémunération est-il lié à ma personnalité ?

C’est un constat sans appel. Les introvertis sont moins bien payés que les extravertis. C’est le bilan préoccupant d’une publication, indiquant clairement cette injustice. Les introvertis sont effectivement moins rémunérés, à compétences et qualifications égales. On évoque un montant de 600,000 dollars de différence en traitements et salaires, sur l’ensemble d’une carrière. Il est peut-être temps de se réveiller.

Dans le même ordre, se montrer gentil et serviable serait défavorable à hauteur 270,000 $, préjudice à imputer à l’absence d’agressivité.

Un article édifiant

Miriam Gensowski est économiste et professeur à l’université de Copenhague, s’intéressant aux conséquences des inégalités humaines. Elle a publié un article mettant au jour ces injustices flagrantes. Son travail éclaire sans l’ombre d’un doute, ce qu’on peut citer sans aucune hésitation, comme une forme de discrimination.

Une distinction commençant très tôt, il y a bien longtemps pour l’introverti. Avec cette impossibilité, par exemple, de se sentir attiré par les sports d’équipe (être le dernier choisi). Exclure, alors qu’on pourrait simplement offrir aux jeunes introvertis, la possibilité de ne pas avoir à participer à ces jeux extravertis, s’il le souhaite. Ces lois prédatrices, dont on subit les conséquences, jusqu’à son compte bancaire, le reste de sa vie. L’enfance de tous les introvertis n’est pas identique, ni constituée que de mauvais souvenirs, mais la différence est rarement fédératrice.

La prime enfance annonciatrice

Cette injustice sociale se manifeste au jardin d’enfants, avec un peu de chance, la famille et l’entourage de l’introverti, ne le stigmatisent pas trop.

Il a peut-être un parent, ou un professeur un peu taciturne comme référent. Cependant, un introverti peut tout à fait s’être construit dans des environnements inadaptés. Marie Gensowski n’a pas étudié la rémunération de monsieur et madame tout le monde. Son travail exceptionnel portait sur les données de l’étude Terman, aux profils “très hauts QI”. Confirmant cette discrimination, dont les introvertis font les frais.

Une carrière entravée

“Le modèle des big five” qualifie l’introversion et l’extraversion selon des termes précis. Les hommes de l’échantillon étudié pour cette étude, étaient tous issus de l’éducation supérieure.

Ceux montrant des traits de caractères combatifs se détachent du reste de l’échantillon par le montant de leur salaire entre 40 et 60 ans. Ce sont les hommes plus assertifs et extravertis (faibles en “agréabilité” ou amabilité), selon les termes du modèle des big 5. Pour bien mesurer l’étendue de cette discrimination, il faut envisager qu’il s’agit d’hommes au QI supérieur à 140, à compétences et qualifications égales. Dont la carrière fut suivie, de leur 18ᵉ anniversaire jusqu’au 75ᵉ depuis 1922.

Un constat consternant

Quand on est introverti, on sait que tout fonctionne comme ça. Comme une fatalité, qu’on accepte de guerre lasse, pour de multiples raisons. Il y a d’abord un conditionnement insidieux, qu’on ne nomme pas, existant néanmoins.

L’étude de Miriam Gensowki, démontre qu’ayant les mêmes compétences, au QI identique, l’introversion fait perdre de 290,000 $ à 760,000 $, pour des titulaires de masters ou de doctorats.

Cette légère absence de motivation, ce manque d’esprit de prédation, n’est-ce pas cela ? Sans la carotte qu’emploient les extravertis, dopaminergique et (nor)adrénaline, boosters. Leur omniprésence sur les lieux de travail, leur goût immodéré pour la compétition, ne peut que faire de l’ombre aux introspectifs. Détachés de ces questions, les introvertis ne mènent aucun combat égotique. Ils ne courent pas après la validation des reconnaissances sociales superficielles.

Salaires par MBTI®

Le modèle MBTI® a servi de support à un classement des rémunérations. Basé sur une étude menée par Truity Psychometrics LLC, confirme encore une fois, que selon son type de personnalité, on gagne moins bien sa vie si on naît introverti. Les “sensors- sensation’ extravertis surreprésentés, gagnent plutôt bien leur croûte, avec pas moins de 30K dollars par ans de plus qu’un introverti. Les introvertis créatifs sont évidemment les plus pénalisés.

Avoir l’air heureux

On doit avoir l’air béat, être le ‘winner’, briller d’un sourire carnassier. Respirer la joie de vivre est devenu obligatoire. On ne peut plus faire la gueule tranquillement. Ça commence à faire quelques siècles qu’on nous met en codicille, qu’une joie apparente hypocrite de façade, est vivement requise pour exister. Puisque ce sont ces compétiteurs farouches qui fabriquent leurs règles, contre lesquels il est impossible de s’opposer.

C’est le dernier qui a parlé qui a raison

En entreprise, celui parlant plus fort, battant de l’air avec plus de talent fait sensation. Qu’il soit plus compétent ou non, n’a rien à voir avec le montant de son salaire. On rémunère grassement le show, les paillettes, et la poudre aux yeux

On aime les voyous, le culot. On s’énamoure pour les gros bras, les gouailleurs. Peu importe le contenu, c’est le contenant que l’on admire. On revient toujours aux mêmes, les baratineurs, la tête haute, toisant d’arrogance, portée aux nues par leurs pairs. Les introvertis n’ont aucun talent sur ce terrain-là. Leur douance porte sur leurs capacités de travail, pas sur l’emballage de leurs savoir-être.

La Force des introvertis

Susan Cain, dans son ouvrage “la force des discrets, le pouvoir des introvertis dans un monde trop bavard”, évoque non sans humour, les chemins complexes, par lesquels les introvertis perçoivent le monde autour d’eux.

Même si cette vision idéalisée peut repousser certains cartésiens introvertis, on se doit d’y méditer quelques instants. Si c’était juste vrai. Les introvertis, dont la pensée abstraire, est articulée par une fonction langagière supérieure* aux extravertis, sont tout de même pénalisés sur le plan de l’expression. Utilisant la mémoire à long terme, un circuit de récompense bizarre, ils sont étranges. Trop humbles et trop modestes ? Les introvertis ressemblent à des extraterrestres face aux vrais extravertis, dont il semble qu’ils raflent la mise sur tous les plans. On s’émeut de toute sorte de discrimination, mais pas de l’essentielle.

Pourtant, les introvertis sont partout

On connait les introvertis incontournables de l’industrie informatique. Toutes les grandes figures historiques, peu importe le domaine, étaient introverties. Comment a-t-on pu en arriver là aujourd’hui ?

Que s’est-il passé en quelques siècles, pour qu’on admire “un boys’ band” ou les entrepreneurs baratineurs hautains ? Du côté des femmes, pourquoi tant de bimbos écervelées roulent-elles en Benz ? Et nos chercheuses en métro ? Serions-nous sous hypnose collective ? La télévision nous a-t-elle transformés en zombies mangeurs de fast-food, adulant des sots dénudés, les gladiateurs modernes. En effet, si l’introversion est moins sensible aux codes mainstream, une exclusion de facto se produit sans effort, non sans effets.

Entreprendre vers sa liberté ?

On entreprend moins quand on est introverti. Entreprendre incarne un état d’esprit, c’est une notion de mouvement et d’initiative. Certainement motivée par des manques à combler, il faut chercher sa motivation ailleurs. Quand on est introverti, il y a cette différence en matière de rémunération gratifiante, que les stimulations dopaminergiques fournissent, permettant des élans. L’attrait du statut social, manque cruellement aux introvertis, dont certains peuvent juger négativement les marques.

Égalité mon œil

On discrimine les femmes, les homosexuels, les noirs et les métèques ! Personne n’évoque jamais l’introversion. L’introversion est-elle plus honteuse, cachant sa réalité ? Un QI de 140 (ou de 95) ne mérite-t-il pas les mêmes traitements que son égal ?

Est-ce que les parents expliquent aux enfants, qu’ils sont peut-être (un peu) différents ? Que ne pas faire équipe au foot n’est pas une faiblesse, et que les poupées roses et les robes de princesse, ne sont pas les signes d’une quelconque féminité ? Il y a peut-être un travail à faire sur les enfants. Toutefois, les introvertis, dont la carrière n’a pas décollé, ont peut-être ici, un début d’explication permettant d’avancer.

Avoir ciblé la mauvaise industrie

Les introvertis savent certainement ce à quoi il est fait allusion. Faire ce qu’on fait pour les mauvaises raisons, trop nombreuses pour en réduire le nombre. On sait qu’il faut beaucoup de courage pour se remettre en question.

On se rend compte qu’on a fait une erreur, ou que l’entreprise pour laquelle on travaille ne convient pas à ses besoins. Une carrière est comme un mariage, on peut passer à côté de sa vie, pour ne pas avoir su refuser, ou par refus de voir. Perdre son temps et son potentiel avec les mauvaises personnes, au mauvais endroit.

Rendre à l’introversion ses mérites

Au fil des siècles, petit à petit, on a perdu le don de l’introspection. On a dévalorisé la sagesse et la hauteur de la discrétion. Combien de dignités faut-il, pour ne pas céder à la médiocrité ? Prendre sa place de chef de meute, ça s’apprend. Se vendre sans dopamine ni adrénaline, ça peut se travailler.

Les introvertis créatifs peuvent se lancer dans l’autoentreprise et les autres dans l’entrepreneuriat tout court. Pourquoi pas ? Devenir patron, est une liberté, mais pas aussi gratifiante que de vivre dans le confort que les introvertis affectionnent particulièrement. Ouvrer pour la communauté introvertie inconsciente de toutes ces limites implicites. Contourner la contrainte de ce biais social puissant.

TheIntrovertSinger

Beukeboom, C. J., Tanis, M., & Vermeulen, I. E. (2013). The Language of Extraversion: Extraverted People Talk More Abstractly, Introverts Are More Concrete. Journal of Language and Social Psychology, 32(2), 191–201. https://doi.org/10.1177/0261927X12460844

Personality, IQ, and Lifetime Earnings : Miriam Gensowski

7 Reasons Why Introverts Make LESS Money Than Extroverts : Sydney thriftyintrovert.com

6 Illustrations That Show What It’s Like in an Introvert’s Head : Liz Fosslien and Mollie West/Susan Cain

Photo :  Andrea Piacquadio 

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol