Mauvaise Science ? đŸš© La Psychologie Positive

Pourquoi la positivité se révÚle-t-elle dangereuse, spécialement pour les introvertis ?

« Rien n’arrive par hasard, tout arrive pour le meilleur », La nĂ©gativitĂ© est dangereuse, encore et toujours plus de gratitude ; imaginer ses rĂȘves par visualisation et minimiser ses afflictions en sacrifiant tout et n’importe quoi sur l’autel du bon Ă©tat d’esprit : le fameux ‘mindset*. Comment ce nouveau biais sociĂ©tal positiviste perpĂštre-t-il le mĂ©fait d’induire lourdement en erreur ; et de lĂ©ser significativement celles et ceux notamment introvertis ; qui commettent l’erreur de l’utiliser en une pratique coutumiĂšre ? Scriptons-en ses nuisances.

*État d’esprit

Qu’est-ce que la psychologie positive ?

La paternitĂ© de cette branche en psychologie revient Ă  Martin Selligman, psychologue ayant Ă©tudiĂ©, peu Ă©thiquement en Ă©thologie, le comportement canin et l’apprentissage du dĂ©sespoir, causant, en effet, une dĂ©pression rĂ©actionnelle chez ces chiens ; dont il convient de rappeler l’abus dĂ©libĂ©rĂ©, car ces canidĂ©s involontaires, ne disposaient d’aucune issue. L’immoralitĂ© de cette expĂ©rimentation aurait ainsi donnĂ© naissance Ă  un courant valorisant le biais positiviste relativement occidental gratifiant le verre Ă  moitiĂ© plein plutĂŽt que demi vide. Les introvertis disposant d’une psychĂ© davantage rĂ©aliste donc, cĂŽtĂ© pessimiste, lesquelles perceptions apparaissant moins sensibles aux renforcements conditionnĂ©s. L’on Ă©prouve aussi sur ce site que les extravertis en revanche, cĂšdent plus volontiers aux conditionnements et, par consĂ©quent, semblent autant plus concernĂ©s par les positivismes en psychologie.

À Lire Aussi : La Honte Toxique d’Introverti En 21 Signes

PositivitĂ© toxique = gratitude pĂ©dante ?

À l’instar des injonctions contradictoires, exiger des personnes qu’ils omettent une forme de tangibilitĂ© en faveur d’un Ă©tat d’esprit rose fluorescent gĂ©nĂšre de multiples complications, et pas uniquement psychologiques. L’impact incommensurable des dĂ©lires positivistes, avarie littĂ©ralement toutes relations professionnelles, amicales et affectives d’un relent mensonger, ordonnant Ă  toutes et tous, introvertis compris, le port d’un masque optimiste, ininterrompu. Les introvertis peu liĂ©s au monde par les rĂ©compenses dopaminergiques demeurent nĂ©anmoins Ă  risque s’ils s’aventurent Ă  croire ; puisqu’il s’agit d’un dogme social ; que le ciel leur tombera sur la tĂȘte s’ils refusent obstinĂ©ment de s’extasier sur la moindre bĂ©vue en acclamant l’adversitĂ© en Ă©tat d’exaltation de grĂące. Un nouvel usage civilisationnel, que les introvertis rĂ©alistes dĂ©libĂšrent, non sans tergiverser, Ă©videmment. Le scepticisme typiquement introverti distingue les introvertis des autres, ambivertis notamment, sur leur aptitude flegmatique Ă  interroger ces mouvances pĂ©riodiques dissemblables de la foi spirituelle immatĂ©rielle.

La loi d’attraction quantique et le danger du moment prĂ©sent : psychose de dĂ©veloppement personnel et ses sources New Age

Ainsi, l’on enseigne aux inexpĂ©rimentĂ©s de tous ordres que leurs pensĂ©es gĂ©nĂšreraient leur rĂ©alitĂ© : une manne financiĂšre que trop de bonimenteurs exploitent bassement. Du bon sens que de permettre aux individus de jouir de l’instant, bien que ces mantras prĂ©sentiels invoquent plutĂŽt les foudres revanchardes qui punissent tout contrevenant Ă  ces lois anormales et absurdes. Les introvertis rĂ©guliĂšrement reprochĂ©s quant Ă  leur pessimisme sceptique inflexible n’ont pas pu Ă©chapper Ă  cette mode consistant Ă  narrer tout Ă©vĂ©nement d’un sens hermĂ©tique ; que les initiĂ©s dĂ©cryptent sur les rĂ©seaux sociaux Ă  grand renfort de documentaires et de confĂ©rences, lucratifs, proposant aux plus ingĂ©nus des cours particuliers particuliĂšrement rentables. Tableaux de visualisations paradisiaques, chĂšques Ă  multiples zĂ©ros et conditionnements Ă©pars achĂšvent un mouvement d’individus, peu introvertis, qui dĂ©lirent Ă  l’unisson en ventant les mĂ©rites des positivismes Ă  tous vents. Quant aux narcissiques, ils abusent de cette positivitĂ© pour enfumer leurs entourages en les contrĂŽlant subtilement : interdiction Ă  tout introverti monitorĂ© de se plaindre ou de demander des comptes… commode.

⚠ 12 PositivitĂ©s Toxiques Envers les Introvertis

À Lire Aussi : 12 Raisons : L’introverti N’aime Pas les Gens

đŸš© La positivitĂ© toxique promeut la pensĂ©e magique

Inutile de les Ă©numĂ©rer tellement les exemples abondants pleuvent, impulsant une providence Ă©manant des esprits les plus aptes Ă  pathologiquement accueillir tout Ă©vĂ©nement surgissant Ă  leur vie. C’est pourquoi, les introvertis, plus amoureux des rugositĂ©s existentielles, gagent catĂ©goriquement moins que les extravertis de se voir piĂ©gĂ© en cette secte de religieux fidĂšles Ă  cette superstition et Ă  ses manifestations ahuries.

đŸš© La positivitĂ© toxique est une forme de gaslighting

Largement employĂ©e et sur usitĂ©e des gourous en tout genre, auxquels on ajoute tout individu ayant une forme d’ascendance sur quiconque ; les politiques illustrent Ă  propos ces Ă©tats de chose ; que les positivitĂ©s systĂ©matiques imposent, aliĂ©nant aux introvertis leur unitĂ© et singularitĂ©. Les nombrilistes utilisent largement cette ficelle, comme nous l’explique le docteur Durvāsulā, psychologue spĂ©cialiste de ces personnalitĂ©s dites difficultueuses.

đŸš© La positivitĂ© toxique induit des dissonances cognitives rĂ©pĂ©tĂ©es

Comme le docteur Gabriele Oettingen l’explique dans son ouvrage proposant une lecture alternative de la psychologie positive ; cette psychologue allemande dĂ©crit exhaustivement les abus de ces pratiques positivistes que les introvertis en embarras aventurent autant que d’autres ; en y adhĂ©rant au hasard. La dissonance cognitive consiste Ă  transgresser une valeur en minimisant l’impact de ce choix. De ce fait, les positivitĂ©s toxiques impliquent des compensations spontanĂ©es et des mises en Ă©checs inĂ©vitables dĂ©crites ci-dessous, imprudences probablement accentuĂ©es chez les introvertis aux agencements psychiques spĂ©cifiques de leur personnalitĂ© secrĂšte.

À Lire Aussi : Introverti : La Confiance en Soi, Mythe ou RĂ©alitĂ© ?

đŸš© La positivitĂ© toxique culpabilise

Se comparant inĂ©vitablement et en opposition interne dissonante, l’introverti positiviste s’exige un tiraillement coupable vĂ©cu dans une anxiĂ©tĂ© palpable. Mal en soi et en compagnie, l’introverti qui se contraint Ă  « positiver » toute expĂ©rience par crĂ©dulitĂ© conduit l’impression incohĂ©rente irrĂ©pressible, culpabilisant les agissements, freinant une prise de dĂ©cision favorable ; puisque la diffĂ©rence entre honte et culpabilitĂ© rĂ©side en ce que la premiĂšre altĂšre l’ĂȘtre quand la seconde endommage le faire. Or, l’on Ă©prouve sur ce site que ces deux perceptions fautives de soi endommagent durablement les porteurs du tempĂ©rament introverti.

đŸš© La positivitĂ© toxique favorise la honte de soi

Touchant au cƓur des psychĂ©s introverties et de leurs estimes pourtant endurcies puisque non Ă©gotiques ; parce que encore et toujours indexĂ©es en rapport de leurs valeurs introverties et de leurs accomplissements singuliers ; la honte, de ce fait de soi, porte un coup fatal aux estimes d’introvertis peu ambivertis. Les introvertis contredisant leur nature sceptique en adoptant la philosophie magique positiviste encourent une altĂ©ration de confiance, ce baromĂštre interne sans lequel peu se procĂšde ni s’accomplit chez les introvertis marquĂ©s en tempĂ©rament.

đŸš© La positivitĂ© toxique entrave l’efficacitĂ©

Rationaliser un Ă©chec en fournissant une explication corruptrice, Ă  l’instar du fameux : « tout arrive pour une raison » afin d’en dĂ©nicher la fameuse bĂ©nĂ©diction cachĂ©e ? Induit une mĂ©garde diffĂ©rant la prise de dĂ©cision permettant de corriger une situation vĂ©cue comme dĂ©savantageuse, douloureuse, voire inacceptable de point de vue de l’introverti. L’introverti croit puis, en souffre puisque internement Ă©veillĂ©, et n’agit pas. Hormis dĂ©velopper un trouble somatique surtout chez l’introverti, rien de bon ne saurait dĂ©couler des positivismes toxiques.

À Lire aussi : Le Perfectionnisme Des Introvertis : Un remùde ?

đŸš© La positivitĂ© toxique rĂ©duit les possibilitĂ©s d’achĂšvements

D. Gabriele Oettingen l’a ainsi indiquĂ© dans son livre : opĂ©rer la pensĂ©e magique en romançant ses succĂšs futurs et ses objectifs ‘Ă©motionnellement’, par visualisation, rendrait le passage Ă  l’acte inefficient : puisque le contraste, entre la rĂ©alitĂ© de l’introverti qui rĂȘve de cheminements, par exemple, et sa situation rĂ©elle, stagnant dans un emploi mĂ©diocre, serait ainsi implicitement effacĂ©. Un cerveau introverti particuliĂšrement, qui pense avoir achevĂ© un succĂšs, n’y travaille pas autant qu’un autre, conscient du reste des marches Ă  gravir jusqu’Ă  sa victoire personnelle.

đŸš© La positivitĂ© toxique augmente l’anxiĂ©tĂ© et le stress

SpĂ©cialement et particuliĂšrement chez le porteur du tempĂ©rament introverti : les introvertis restent des individus ayant dĂ©ployĂ© force de ressources internes prĂȘtes Ă  servir ses intĂ©rĂȘts les plus singularisĂ©s. Annexer ses rĂ©flexions introspectives sur des indices exogĂšnes valorisĂ©s en croyances et, ne reposant sur aucun socle des savoirs si ce n’est un biais culturel Ă©loignĂ© des fatalismes orientaux plus complexes en rĂ©alitĂ© ; conduit des afflux rĂ©actionnels de cortisol, puisqu’un introverti se mentant Ă  soi, autodĂ©truit inexorablement son Moi, s’oxydant intĂ©rieurement.

đŸš© La positivitĂ© toxique supprime la colĂšre et la peur ainsi que les regrets indispensables

Une acrimonie, peu en importe les rouages et extensions, relĂšve du champ modĂ©rateur qu’un introverti emploie – comme tout un chacun – comme soupape de rĂ©solution. La suppression sauvage d’Ă©motion, aussi intense que rĂ©gulatrice que la colĂšre, implique d’aliĂ©ner les individus, spĂ©cialement introvertis, privĂ©s de ressorts collectifs rĂ©gulant l’humain, aux complexitĂ©s Ă©motionnelles amoindries en positivismes toxiques. Une suppression prĂ©judiciable puisque toute Ă©motion s’autorĂ©gule de facto : refoulĂ©e ou projetĂ©e. Les introvertis ne projettent pas, ils autoinjectent simplement un toxique, bientĂŽt poison.

À Lire Aussi : Introverti ? La Phobie Administrative En 12 Signes

đŸš© La positivitĂ© toxique induit une forme dissociative comportementale

Comment peut-il en advenir autrement ? Si l’introverti ne sait plus comment habiter son enveloppe charnelle, hostile parce que colonisĂ©e de pensĂ©es magiques antagonistes de soi, il se produit invariablement une dĂ©mobilisation, des baisses de vigilances, voire des rĂ©signations ; les idĂ©es positivistes impliquent une forme de passivitĂ© d’acceptation en perte de pouvoir. Ardu d’entrevoir une possibilitĂ© de contrĂŽle de soi et des Ă©vĂ©nements en ces termes obscurantistes : or, la normalisation prĂ©vient la prise de responsabilitĂ©, justifiant tout et n’importe quoi, dĂ©votement ou presque.

đŸš© La positivitĂ© toxique dĂ©forme le tangible

IncomprĂ©hensiblement, en ces temps des sciences parvenues aux miracles, la psychologie positive toxique encourage l’amĂ©nagement circonstanciel en fonction des dĂ©roulĂ©s dĂ©sirĂ©s : une mĂ©saventure ou Ă©chec professionnel ? Cela n’Ă©tait pas le bon poste ou objectif. Un dĂ©boire sentimental ? Pas la bonne personne, une meilleure opportunitĂ© arrive. Le train manquĂ© ? Une catastrophe Ă©vitĂ©e…. Une plaie contre les psychĂ©s introverties rĂ©clamant une objectivitĂ© sans laquelle rien ne s’envisage explicitement. Les introvertis qui adoptent le positivisme excessif se mentent, et ces derniers discrets se le remboursent au comptant.

đŸš© La positivitĂ© toxique abolit les ressources internes de sursaut de crise

Nul n’est censĂ© ignorer les revers de mĂ©dailles, si prestigieuse soit ces derniĂšres : tomber n’est rien si l’on s’est appris l’art de la chute en rebond. EntravĂ©es, les aptitudes Ă  se relever, tues en pseudo-science, initient notamment les introvertis, Ă  trouver une « bĂ©nĂ©diction cachĂ©e » lĂ  oĂč le diffĂ©rĂ© d’une rĂ©solution prendra, hĂ©las, des annĂ©es et mois gĂąchĂ©s Ă  admettre l’irrationnelle rationalitĂ©. Les introvertis qui s’aventurent Ă  dĂ©plorer courtoisement jusqu’Ă  dĂ©bordement claustrent leurs facultĂ©s de pĂ©rennitĂ©, mĂ©canismes et facultĂ©s, que la sĂ©lection naturelle a ƓuvrĂ© pour leurs rĂ©tablissements personnels d’introvertis menacĂ©s en survie. Les introvertis, s’appuyant grandement sur eux-mĂȘmes, nĂ©cessitent en consĂ©quence d’Ă©viter de saborder leur bord de boulets infructueux.

À Lire aussi : Comment SĂ©duire Une Femme Introvertie ?

đŸš© La positivitĂ© toxique annule le contraste entre la rĂ©alitĂ© et les buts

Comme plus haut dans cette publication, D. Gabriele Oettinger dĂ©termine ainsi dans son livre proposant de rĂ©Ă©valuer la psychologie positive Ă  la lumiĂšre des dĂ©gĂąts et autres approximations provoquĂ©es par ces choix cognitifs ; dĂ©plorables contre les psychĂ©s et plus encore contre le cerveau d’introverti. Des objectifs redĂ©finis en fonction des obstacles que prĂ©sentent chaque rĂ©ussite, des plus mineures aux autres, Ă  l’instar des rĂȘves que les introvertis chassent envers et contre toute entrave. Ces positivismes bien toxiques Ă  terme travestissent le rĂ©el, en des « fake it until you make it » envoyant un message erronĂ© au cerveau. RĂȘvasser ne suffit malheureusement pas, il convient Ă  tout introverti de travailler, dur et plus encore, puisqu’aucune visualisation ne permet les rĂ©alisations d’actions rĂ©itĂ©rĂ©es vers un but ultime. Soi. De lĂ  Ă  envisager que la psychologie (trop) positive endommage le Moi, il n’y a qu’un franchissement de pas.

TiS

20 Most Unethical Experiments in Psychology (20 expériences en psychologie les plus immorales) : Onlinepsychologydegree.info

Maier SF, Seligman ME. Learned helplessness at fifty: Insights from neuroscience. Psychol Rev. 2016 Jul;123(4):349-67. doi: 10.1037/rev0000033. PMID: 27337390; PMCID: PMC4920136.

Rethinking Positive Thinking: Inside the New Science of Motivation : Gabriele Oettingen

Hawkins, D. I. (1972). Reported Cognitive Dissonance and Anxiety: Some Additional Findings. Journal of Marketing, 36(3), 63–66. https://doi.org/10.1177/002224297203600312

Elnazer HY, Baldwin DS. Investigation of cortisol levels in patients with anxiety disorders: a structured review. Curr Top Behav Neurosci. 2014;18:191-216. doi: 10.1007/7854_2014_299. PMID: 24659553

Narcissists and Toxic Positivity – @DoctorRamani

Images, merci Ă  Pexels

error: Content is protected !!