Célibat Prolongé d’Introverti : 15 Motifs

CDI, le Célibat à Durée Indéterminée : pourquoi certains introvertis persistent-ils célibataires, volontairement ou non ?

Revoici que nous abordons ce thème hautement polémique qui divise sans régner pour autant que l’on sache. Ainsi, les introvertis concernés, répondant à une perception intériorisée, abandonnent peu de lest aux exo-influences, justement : et si le célibat indéfini de ces introvertis révèle une justification en soi. Explication du CDI.

Introvertis : divorce et séparation

Davantage traumatisés que les profils expansifs, relativement à leur influx nerveux continu, les introvertis aux vases clos dévastateurs, habitent une enveloppe charnelle contenant une somme d’informations et données complexes à faire coexister parce que les discrets ayant subi une expérience affective ou conjugale refroidissant, parviennent à une proximité asphyxiante avec l’échec. Une promiscuité vive, vécue péniblement et redoutant un scénario de répétition. Ainsi, certains introvertis s’installent dans un CDI par commodité, psychique d’abord puis, en effet, au second plan sans néanmoins que cet aspect en soit minoré, une réintégration de soi qu’une histoire affective a quelquefois altéré au point d’un retour blessant à une réalité déformée par une relation néfaste ou un épilogue remettant en question des fondements d’individualité, comme cela demeure fréquemment dommageable. Une personnalité introvertie viciée conjugalement reste une plaie que cautériser impose en retrait affectif réparateur. La trahison si polymorphe laisse des meurtrissures invisibles pourtant profondes, abyssales.

À Lire Aussi : Introverti Sans Amour  20 Raisons

Les introvertis et le célibat subi

Qu’il s’agisse d’une pauvreté en deniers ou en physiologie divergente, interne ou externe, visible ou imperceptible, les introvertis qui pâtissent d’un CDI enduré difficilement restent celles et ceux introvertis qui ne cherchent pas l’amour parce qu’une circonstance des hasards – les grands dieux véritables de nos existences – peu favorable envers la physionomie sociale en vogue, aboutissent sanctionnés humainement. Une injustice supplémentaire à toutes les autres que l’on devine avec peine si l’on ne se décèle pas soi-même confronté concrètement aux arbitrages injustes d’une société malade, agonisante. Ensuite, d’autres justifications expliquent aussi les célibats prolongés en CDI, à l’instar d’une parentalité solitaire que l’on ne souhaite pas bouleverser, d’une carrière anthropophage, d’une situation géographique peu éligible à la rencontre fortuite, aux responsabilités familiales pesantes, les aidants savent bien que leur condition isole d’une norme socialement excluante…

Les introvertis ayant choisi le CDI

Un choix déterminé par conjonctures favorables à l’introverti qui se trouve privilégié par une autonomie qu’aucun couple propose en réalité. Les interdépendances étant ce qu’elles sont, les bénéfices évidents au confort devinable laisse matériellement peu de déterminismes hasardeux détrôner une condition de vie confortablement établie sur des certitudes que les relations affectives déséquilibrent notamment si les partenaires potentiellement vacants semblent mal assortis aux besoins d’introvertis visés par le célibat prolongé et indéterminé. Les introvertis qui ont opté pour le célibat intentionnellement éprouvent que cette option les marginalise quelque peu socialement bien que cette condition de vie paraît de plus en plus courante à la lecture des statistiques portant sur les grandes agglomérations qui comportent un nombre important de logements occupés individuellement.

Célibat à Durée Indéterminée d’Introverti

Le CDI en 15 Explications Décalées

Une honte inassumée

Un passé lourd, une généalogie au passé pesant, un outrage inacceptable, un bagage ou statut social encombrant, un drame personnel direct ou non que l’introverti s’éprouve incapable de partager, à l’instar d’un secret de famille ou personnel qu’une indignité ne laissant aucun répit, tourmente. Une vie que l’introverti a peut-être décidé d’effacer cependant rien ne disparaît complètement, les confusions résiduelles d’un introverti consciencieux aboutissent à lui imposer une punition méritant d’être adressée spécifiquement si le célibat en CDI est enduré avec peine.

À Lire Aussi : Introverti : Repérer les 10 C*ns de Son Entourage

Une crainte, diversion opportune

Un avantage caché qu’un introverti omet volontairement ou inopinément, à l’instar d’une humiliation sublimée par contournement, que l’on décide d’éviter en ne confrontant aucune altérité au regard oblique, menace corrompant un équilibre claudicant qu’une pichenette ébranlerait. L’intimité ayant pour admirable fonction de redéfinir les personnalités enrôlées, engagement que certains introvertis abstiennent afin de ne pas en assumer les conséquences immédiates et quotidiennes, voire inquantifiables.

La routine avantageuse

Un ordinaire paralysant, millimétré, qu’un tiers mettrait en péril. Des journées en semaines de saisons lesquelles tournant en années qu’un introverti célibataire à durée indéterminée conditionne en enchaînements néanmoins conscients que ce temps qui avance inéluctablement ne vaudra pas rachat et que cette comptabilité défavorable en balance, acompte une solitude que les apparences voilent en des habitudes structurantes. Excessivement : c’est la dose qui est toxique, en tout.

Le soupçon relationnel

Un handicap sous-estimé notamment des normopensants que les conformismes bercent d’illusions en échecs répétés ou admis, conformément, confortablement. Une troupe conformiste que ces introvertis divergents refusent implicitement en marginalisant leur expérience au monde dans leur relation aux autres particulièrement, dont les conditionnels obstruent une introversion que l’authenticité détermine. Les ‘gris’ affectifs nuancés restent inaccessibles envers ces introvertis libres ou enfermés : c’est une question de point de vue.

À Lire Aussi : Célibat, Couple et Introversion : 20 Interrogations

L’isolement social

Que l’introverti subisse ou non sa condition solitaire, ne pas appartenir à une catégorie sociale évidente, comme le salariat incontestable ou bien à une profession présentielle ou encore une condition mentale ou physique ou encore géographique excluant l’introverti du plus grand nombre, exigeant de renoncer aux rencontres inespérées qui, il faut bien l’admettre, invitent à la multiplication des facteurs favorisant la rencontre affective.

Espérer l’autre idéal

Une chimère, qu’un bénéfice caché que dissimule une posture attentiste, qu’un introverti incontestable privilégie, qu’un idéalisme relationnel promeut avec pour spécificité de différer une rencontre vécue comme impropre, si l’introverti en question refuse de laisser sa chance à une floraison affective qu’en réalité la providence et les efforts que l’on y plante fait éclore et croître, au prorata des efforts fournis. Un lien construit, adulte en somme et imparfait, à l’image des concernés.

Le danger de l’altérité

Une confrontation désavantageuse que les introvertis conscients de leurs limites, ou bien à la conscience de soi altéré par une mésestime, aisément compréhensibles en une société pathologique, que l’hypersexualisation et les diktats notamment des apparences socialement dictées, attiédissant un introverti lucide qu’une collaboration loyale à de telles circonstances lui semble illusoire.

À Lire Aussi : 20 Signes Qu’Un Introverti Ne S’Accepte Pas

Le contrôle anxieux

Une compulsion que les environnements incertains caractéristiques des relations à durées déterminées repoussent, imposées en norme que les introvertis nécessitant stabilité décident d’éluder en renonçant aux micros satisfactions des attaches transitoires et aléatoires que l’inconfort solitaire abrite.

L’introversion exige une délicatesse que ces temps contemporains molestent.

L’attraction néfaste répétée

Il ne s’agit pas d’une crainte pure et simple de l’ex, s’avérant un épilogue calamiteux vastement oubliable, mais bien d’une tendance que d’aucuns pas spécifiquement introvertis tendent à reproduire, se retournant sur des profils particuliers et ressemblants. Ces pouvoirs attractifs relèvent d’un narratif interne que l’introverti inconscient de ses systématismes évite cependant, non sans sagesse ni intelligence. L’introverti qui en souffre trouve des réponses évidentes en consultant un professionnel en relation d’aide, éventuellement, en atavismes.

L’homogamie trompeuse des sites de rencontres

Une homogamie algorithmique que l’on définit comme l’attirance orientée vers des individus manifestant une persona analogue, cultivant des centres d’intérêts identiques ou équivalents, aux traits d’individualité ressemblants. Une erreur : l’on sait que les opposés ne s’attirent pas plus que les chimères en revanche, c’est le système de valeurs qui unit les couples solides. Apprécier les mets mexicains ou la musique cubaine ou encore le cubisme n’a jamais rendu amoureux ou heureux quiconque.

À Lire Aussi : Taboues ? Les Sexualités des Introvertis

L’intimité inquiète

Une crainte évidente incitée en martèlement sociétale d’exigences en injonctions contradictoires qu’un introverti, un tant soit peu réfléchi, se trouve piégé entre sa nécessité d’authenticité et ce besoin humain sûrement induit socialement, qu’une humanité bruyante et bavarde détermine en une dictature en performance sentimentale, voire sexuelle. L’on n’a jamais autant vendu de ces pilules bleues aux hommes affectueux sous stimulants.

Le tiédissement indécis

Des atermoiements inévitables que des circonstances internes typiquement introverties contribuent à promouvoir, que les environnements quels qu’ils soient, scellent fermement. Un champ des possibles réduisant au plus infime des infimes la probabilité de rencontres. Une impossibilité romantique qu’un véritable introverti distingue uniquement par le prisme intérieur semant un doute irréconciliable d’une réalité triviale, abusivement brutale.

L’attachement à la liberté

Un port aimantant les introvertis originaux à l’empêchement, engageant l’humain à l’autre, enchaînant à des conditions, circonscrivant un horizon que certains introvertis préfèrent aux enjeux relationnels cachés. Ces derniers jouant en défaveur de l’introverti qui se méfie des accroches menant aux impasses, passées ou d’avenir.

À Lire Aussi : Les Difficultés des Célibataires Introvertis

L’ombre parentale

Une parentèle ayant dépassé quelques limites infranchissables subjectivement ou parfaitement objectivement, ou encore, un mariage parental exemplaire sans embrouillement ajustant une barre trop haute à accéder. Des pressions observables et majorées chez les introvertis véritables lesquels abstiennent en faveur une neutralité assumée.

L’ex, méchant

Un classique cependant, rien n’y fait ni y change, les anciens partenaires d’introvertis restent la première cause d’évitement relationnel, un célibat à perpétuité ou à durée pré-indéterminée, CDI pourtant pas paraphé ni consenti, néanmoins, les introvertis qui se savent hantés par l’angoisse d’une réitération, risquent de se condamner en punitions desquelles ils ne sont en rien coupables ou blâmables : 50/50.

À Lire Aussi : Le Partenaire Rêvé d’Un Introverti ?

L’attachement toxique

Une évidence omise des humains qui esquivent consciencieusement de confronter leur typologie en attache. Les dépendances, interdépendances et autres codépendances ne sont pas viables par tous les introvertis qui endurent avec peine les fardeaux émotionnels greffés lors d’accolades dites affectives : et l’on éprouve, collectivement, que peu d’affection résulte des relations déclarées sentimentales, terminant leur course vers quelques pugilats que l’introverti expérimenté en continence décide d’éluder en choisissant un CDI. Le Célibat Déterminé et Irrévérencieux, ou bien l’autre, à durée pré-indéterminée, modulable.

TheIntrovert💎Singer

Images, merci à : Anna Shvets, Renan Lima, Burst, Jess Bailey Designs, MARK ELLIOTT, samer daboul, Ylanite Koppens, NEOSiAM 2021, Jonas Kakaroto, Nathalie De Boever,

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol