Introvertis Extravertis 🎭 Les 7 DiffĂ©rences ClĂ©s

Qu’en est-il vraiment de la personnalitĂ© introvertie : mirage pseudoscientifique ou fait tangible ?

Bien qu’obstinĂ©ment stigmatisĂ©e et mĂ©connue, assimilĂ©e Ă  tort Ă  la timiditĂ© et Ă  l’anxiĂ©tĂ© sociale, associĂ©e Ă  une minoritĂ© dĂ©faillante, voire maladive, l’introversion prĂ©sente rĂ©ellement des divergences neurales impossibles Ă  nier : voici donc un inventaire synthĂ©tisant ce que distingue un introverti des autres, c’est-Ă -dire les tempĂ©raments plus ambigus, comme l’ambiversion contiguĂ« et, son opposĂ©e, l’extraversion.

La neurobiologie de la personnalité

Les diverses et de plus en plus nombreuses Ă©tudes portant sur la diversitĂ© au sein des agencements neurologiques chez l’humain font la part belle aujourd’hui Ă  la multitude de physionomies existantes. Effectivement, si l’introversion apparaissait comme une coquetterie nĂ©gativement corrĂ©lĂ©e, les travaux publiĂ©s dĂ©montrent, au contraire, que cette derniĂšre, marquant l’introverti significativement, indique qu’il s’agit bien d’une nature innĂ©e ; prĂ©figurant une activitĂ© atypique relativement Ă  son antagonique en tempĂ©rament, l’extraversion (2004). La personnalitĂ© neurobiologique prĂ©dit les maladies mentales et, de la mĂȘme maniĂšre, permet d’attribuer certaines vĂ©ritĂ©s biochimiques Ă  des types de constitutions : l’on sait moins, par exemple, qu’un taux de sĂ©rotonine faible est corrĂ©lĂ© avec l’impulsivitĂ©, l’agressivitĂ© et… l’extroversion (Markus Kruesi – Serotonin and Humain Violence) ; en revanche, les introvertis haut en neuroticisme ou neurotisme selon le modĂšle des Big Five, semblent plus Ă  risque de dĂ©velopper un trouble liĂ© Ă  l’humeur, comme la dĂ©pression ou dysphorie. Cette maladie prĂ©valente chez les dames, aux consĂ©quences quelquefois lourdes, touche environ une personne sur 10 dans le parcours de vie et demeure moins prĂ©valente que les troubles liĂ©s Ă  l’anxiĂ©tĂ©, touchant le double, voire davantage d’individus des deux sexes.

Acetylcholine (ACh) La Voie des Introvertis

À Lire Aussi : 21 CaractĂ©ristiques des Introvertis SurdouĂ©s

« L’extraversion exprime abstraitement des idĂ©es imagĂ©es et concrĂštes. L’introversion expose des concepts Ă©noncĂ©s explicitement. Les extravertis mentent davantage, apprennent par imitation versus par observation : gĂ©nĂ©raux versus spĂ©cialistes. L’extraverti gĂ©nĂ©raliste procĂšde la MĂ©moire Ă  court terme (MCT), l’introverti analyste, emploie la MĂ©moire Ă  long terme (MLT), expliquant une prudence apparente. »

Des différences cognitives flagrantes

L’on a dĂ©jĂ  vu dans de nombreuses publications sur ce site, que les introvertis exĂ©cutent de nombreuses fonctions toute Ă  fait antagoniques des extravertis : le langage n’est aucunement employĂ© comme leurs opposĂ©s en tempĂ©rament extravertis : les extravertis se rĂ©gĂ©nĂšrent en parlant, mĂšnent peu de rĂ©flexion avant d’Ă©mettre un avis pensĂ© en figure matĂ©rielle Ă©voquĂ©e approximativement et tendent Ă  s’identifier Ă  leurs interlocuteurs par investigation orale notamment. Les introvertis, de leur cĂŽtĂ©, Ă©mettent peu de bavardage, privilĂ©giant une expression prĂ©cise issue d’une conceptualisation systĂ©matique, s’identifiant peu Ă  leurs interlocuteurs en favorisant l’Ă©change construit, composĂ© d’Ă©changes d’informations. Par ailleurs, l’on apprend aussi que les vrais introvertis manifestent une divergence concernant les fonctions exĂ©cutives, qui font dĂ©faut en certaines situations (Lieberman, 2001).

7 Divergences Neurobiologiques entre Introvertis et Extravertis

MatiĂšre grise et matiĂšre blanche : riche versus moyen

Contrairement aux extravertis, les introvertis sont porteurs d’un cerveau aux agencements plus complexes que leurs inverses en tempĂ©rament : la matiĂšre grise et la blanche analysĂ©es par morphomĂ©trie qu’une Ă©tude dĂ©montre nettement plus dĂ©veloppĂ©e dans certaines aires du cortex et du cortex prĂ©frontal des introvertis. La premiĂšre, grise, est impliquĂ©e dans la rĂ©gulation Ă©motionnelle, spĂ©cialement l’inhibition, l’aptitude Ă  l’introspection et les Ă©valuations, et le traitement socio-Ă©motionnel. La seconde, forme un cĂąblage sophistiquĂ© (axone/myĂ©line) reliant les neurones d’une rĂ©gion cĂ©rĂ©brale Ă  l’autre ; et participe des tissus du systĂšme nerveux dont on Ă©prouve l’emploi divergent chez les introvertis. Cette matiĂšre blanche, mature tardivement de 25 Ă  30 ans, se charge de restituer la data stockĂ©e dans la matiĂšre grise. En consĂ©quence, l’on pourrait ajouter que la neuroplasticitĂ© des introvertis dispose de davantage de matiĂšre de stockage et de redistribution.

À Lire Aussi : Mesdames Introverties, et Si On tentait le Gaming ?

GABA : niveau normal versus niveau maigre

Illustration : Sha

De la mĂȘme maniĂšre, les travaux Ă©ditĂ©s sur ces nouveaux thĂšmes, mesurent l’extraversion des sujets puis comparent ces donnĂ©es aux rĂ©sultats trouvĂ©s aux Ă©chantillonnĂ©s limitĂ©s en extraversion ; dont les conclusions proposent une relecture hypothĂ©tique soutenant une explication la confirmant ou l’infirmant. Voici comment les introvertis disposent de ces travaux scientifiques expliquant leur fonctionnement divergent. GABA – Acide Gamma-aminobutyrique a ainsi fait l’objet d’une Ă©tude ayant conclu sa faible quantitĂ© chez l’extraverti et sa quantitĂ© plus importante chez les participants introvertis : GABA est un neurotransmetteur rĂ©gulant les effets du glutamate dans le cortex qui promeut par consĂ©quent le calme, l’Ă©quilibre Ă©motionnel, l’humeur et Ă©videmment agit sur la capacitĂ© de rĂ©cupĂ©ration, le sommeil. Contre toute attente, l’activitĂ© nerveuse se rĂ©gulerait mieux chez l’introverti, prĂ©visiblement ; par exemple, l’on sait que les benzodiazĂ©pines sont souvent employĂ©es afin d’agir sur le rĂ©cepteur GABA, molĂ©cules anxiolytiques prescrites couramment aux sujets anxieux.

À Lire Aussi : Introverti : La Confiance en Soi, Mythe ou RĂ©alitĂ© ?

Systùme nerveux sympathique – parasympathique

Adrénaline/Noradrénaline versus Acétylcholine

Le systĂšme nerveux prĂ©fĂ©rĂ© des introvertis s’oppose autant. En effet, les introvertis emploient distinctement leurs ressources biochimiques par rapport aux tempĂ©raments expansifs qui s’appuient sur des neuromĂ©diateurs nettement plus offensifs/dĂ©fensifs. La lenteur du systĂšme nerveux parasympathique, pĂ©riphĂ©rique dit vĂ©gĂ©tatif s’emploie Ă  rĂ©guler les fonctions du rythme cardiaque, la digestion, les fonctions mĂ©taboliques, les contractions pupillaires et sphinctĂ©riennes, etc. Effectivement ; l’acĂ©tylcholine, de renom pour ses vertus notamment dans le maintien des fonctions vitales involontaires, cependant surtout pour les apprentissages particuliĂšrement concernant la mĂ©moire. Les extravertis sont davantage soumis au systĂšme nerveux sympathique, dont les neurotransmetteurs appartiennent Ă  une catĂ©gorie aux compĂ©tences antagoniques des introvertis. L’adrĂ©naline et la noradrĂ©naline, succinctement hormone et neurotransmetteur du stress, supervisent les rĂ©ponses rapides, adrĂ©nergiques, combat/fuite. Les introvertis de la sorte se dĂ©crivent volontiers comme hĂ©sitants, rĂ©flĂ©chis, rĂ©servĂ©s et fatigables, les extravertis de la mĂȘme maniĂšre se muent plutĂŽt avec vivacitĂ©, faconde, spontanĂ©itĂ© et allant.

À Lire Aussi : Les Introvertis Avec Troubles Invisibles

Cortex préfrontal ventromédien : inhibé versus désinhibé

Illustration : Sha

Une Ă©tude du volume 6 du journal “Cerebral Cortex“, associe le neuroticisme et l’extraversion structurellement et anatomiquement dans une variation constitutive du cortex prĂ©frontal, spĂ©cifiquement corrĂ©lĂ©e avec une sensibilitĂ© naturelle aux stimulus dits positifs, chez les sujets sains extravertis ; et une sensibilitĂ© aux stimuli dits nĂ©gatifs chez les Ă©chantillonnĂ©s faibles en extraversion (ModĂšle des Big 5) indiquant que les cerveaux observĂ©s par imagerie indiquent positivement que la constitution anatomique influence la personnalitĂ© et ses rĂ©actions aux stimulations Ă©motionnelle.

SystĂšme rĂ©ticulaire d’activation SRA : rĂ©actif versus modĂ©rĂ©

L’expĂ©rience dite du citron, salivaire, s’explique ainsi par une divergence avancĂ©e par Hans Eysenk et confirmĂ©e, concernant l’Ă©veil cortical ; l’afflux sanguin et nerveux typiques de l’introversion prĂ©cise l’hypersensibilitĂ© sensorielle des introvertis et leur faible rĂ©sistance aux stimulations et alors, de la sorte leurs sensitivitĂ©s diverses. L’extraversion par comparaison, davantage hyposensible, rĂ©pond moins sensiblement au test du citron. La salivation abondante indique une propension Ă  l’introversion s’expliquant par un SRA rĂ©actif versus modĂ©rĂ©. Le SRA qui rĂ©pond particuliĂšrement aux stimulus alimentaires ou sociaux, est un rĂ©seau neuronal responsable notamment de la conscience, veille/sommeil, portail vers les organes sensoriels. Les introvertis restent pĂ©nalisĂ©s socialement, leur grande sensibilitĂ© Ă©voque ainsi une particularitĂ© biologique loin des spĂ©culations psychophobes trop ordinairement allĂ©guĂ©es.

À Lire Aussi : Reconnaütre Un Introverti Sur internet En 11 signes

Glutamate : haute versus modérée

Cherchant Ă  confirmer une hypothĂšse accolant extraversion, positivitĂ© et glutamate (acide aminĂ©) dans le cortex prĂ©frontal, une Ă©tude a infirmĂ© ce postulat Ă  l’inverse. Par imagerie encore une fois, les sujets extravertis ont Ă©tĂ© dĂ©boutĂ©s en faveur des Ă©chantillonnĂ©s faibles en extraversion, les introvertis ont ainsi montrĂ© un taux Ă©levĂ© de concentration en glutamate au cortex prĂ©frontal dorsolatĂ©ral. Par consĂ©quent, cette spĂ©cificitĂ© indique ainsi qu’une prĂ©sence rĂ©duite de neurotransmission glutamatergique est une fonction de l’extraversion, de la mĂȘme maniĂšre, une concentration en glutamine/glutamate prĂ©dirait des aptitudes performantes aux apprentissages. L’introversion demeure positivement corrĂ©lĂ©e aux facultĂ©s d’assimilation particuliĂšrement dĂ©veloppĂ©es.

À Lire Aussi : Les Introvertis Passent-Ils Ă  CĂŽtĂ© de la Vie ?

Illustration : Sha

Acétylcholinergique versus Dopaminergique

Enfin, le fameux circuit de la rĂ©compense qui rĂ©munĂšre l’extraversion dĂ©pend de la dopamine, neurohormone dite de l’euphorie immĂ©diate – bien que son activitĂ© dans les compensations addictives ne soit aujourd’hui plus Ă  dĂ©montrer. Les introvertis, pour leur part, choisissent la voie acĂ©tylcholine inventive, que le systĂšme nerveux parasympathique abstient des flots dopaminergiques. Les introvertis sont facilement surstimulĂ©s en cas d’afflux en dopamine, ces discrets trop sensitifs en sont dĂ©rĂ©gulĂ©s ; rĂ©vĂ©lant le retrait systĂ©matique des introvertis des multiples comportements typiques des dopamine-dĂ©pendants : sexe, mensonge, consommation, mais Ă©galement l’entrain et l’allant des activitĂ©s collĂ©giales. Nos introvertis de leur cĂŽtĂ© s’enthousiasment pour le concept et sa crĂ©ativitĂ©.

TiS

Martin, E., 2014. Tips for Teaching: The Brain Game: Teaching Strategies for Introverted vs. Extroverted Students. Bulletin for the Study of Religion43(3), pp.39-46. 

Eysenck, S. B. G., & Eysenck, H. J. (1967). Salivary Response to Lemon Juice as a Measure of Introversion. Perceptual and Motor Skills, 24(3_suppl), 1047–1053. https://doi.org/10.2466/pms.1967.24.3c.1047

Khalil, R., 2016. Influence of extroversion and introversion on decision-making ability. International Journal of Research in Medical Sciences4(5), pp.1534-1538.

Canli T, Zhao Z, Desmond JE, Kang E, Gross J, Gabrieli JD. An fMRI study of personality influences on brain reactivity to emotional stimuli. Behav Neurosci. 2001 Feb;115(1):33-42. doi: 10.1037/0735-7044.115.1.33. PMID: 11256451.

Forsman LJ, de Manzano O, Karabanov A, 
Madison G, Ullén F. Differences in regional brain volume related to the 
extraversion-introversion dimension--a voxel based morphometry study. 
Neurosci Res. 2012 Jan;72(1):59-67. doi: 10.1016/j.neures.2011.10.001. 
Epub 2011 Oct 12. PMID: 22008612.

Individual Differences in Amygdala-Medial Prefrontal Anatomy Link Negative Affect, Impaired Social Functioning, and Polygenic Depression RiskAvram J. Holmes, Phil H. Lee, Marisa O. Hollinshead, Leah Bakst, Joshua L. Roffman, Jordan W. Smoller and Randy L. BucknerJournal of Neuroscience 12 December 2012, 32 (50) 18087-18100; DOI: https://doi.org/10.1523/JNEUROSCI.2531-12.2012

Lieberman, M. D., & Rosenthal, R. (2001). Why introverts can't always tell who likes them: Multitasking and nonverbal decoding. Journal of Personality and Social Psychology, 80(2), 294–310. https://doi.org/10.1037/0022-3514.80.2.294
Role of catecholamines (dopamine and norepinephrine) in prefrontal function. 


Xu, S., Peng, D., Jin, Z. et al. Personality and neurochemicals in the human brain: A preliminary study using1H MRS. Chin.Sci.Bull. 50, 2318–2322 (2005). https://doi.org/10.1007/BF03183742



Lei X, Yang T, Wu T. Functional neuroimaging of extraversion-introversion. Neurosci Bull. 2015 Dec;31(6):663-75. doi: 10.1007/s12264-015-1565-1. Epub 2015 Nov 9. PMID: 26552800; PMCID: PMC5563732.
Kumari V, ffytche DH, Williams SC, Gray JA. Personality predicts brain responses to cognitive demands. J Neurosci. 2004 Nov 24;24(47):10636-41. doi: 10.1523/JNEUROSCI.3206-04.2004. PMID: 15564579; PMCID: PMC6730115.
Goto N, Yoshimura R, Moriya J, Kakeda S, 
Hayashi K, Ueda N, Ikenouchi-Sugita A, Umene-Nakano W, Oonari N, Korogi 
Y, Nakamura J. Critical examination of a correlation between brain 
gamma-aminobutyric acid (GABA) concentrations and a personality trait of
 extroversion in healthy volunteers as measured by a 3 Tesla proton 
magnetic resonance spectroscopy study. Psychiatry Res. 2010 Apr 
30;182(1):53-7. doi: 10.1016/j.pscychresns.2009.11.002. Epub 2010 Mar 
12. PMID: 20227251.

CiteElissar Andari, Fabien C. Schneider, RaphaĂ«lle Mottolese, Philippe Vindras, Angela Sirigu, Oxytocin's Fingerprint in Personality Traits and Regional Brain Volume, Cerebral Cortex, Volume 24, Issue 2, February 2014, Pages 479–486, https://doi.org/10.1093/cercor/bhs328

Mindreading: The influence of introversion and extraversion
Angela King https://research.library.mun.ca/12185/1/Angela_King_thesis.pdf

Forsman LJ, de Manzano O, Karabanov A, Madison G, Ullén F. Differences in regional brain volume related to the extraversion-introversion dimension--a voxel based morphometry study. Neurosci Res. 2012 Jan;72(1):59-67. doi: 10.1016/j.neures.2011.10.001. Epub 2011 Oct 12. PMID: 22008612.

Grimm S, Schubert F, Jaedke M, Gallinat J, Bajbouj M. Prefrontal cortex glutamate and extraversion. Soc Cogn Affect Neurosci. 2012 Oct;7(7):811-8. doi: 10.1093/scan/nsr056. Epub 2011 Oct 20. PMID: 22016442; PMCID: PMC3475356.

Corcoran, D. W. J. (1964). The relation between introversion and salivation. The American Journal of Psychology, 77, 298-300.Eysenck, H. J. (1963). The biological basis of personality. Nature, 199, 1031-1034.Vorbach, L., & Bennett, K. (2020). Cortisol affords immediate action and alertness. In Shackelford, T.K., & Weekes‐Shackelford, V.A. (Eds.), Encyclopedia of Evolutionary Psychological Science. Springer, Cham. https://doi.org/10.1007/978-3-319-16999-6_1152-1





Images, merci Ă  Sha, Pexels et Pixabay

TheIntrovertSinger

Learn More →
error: Content is protected !!