Introvertis Démotivés ? 11 Feintes de Contournement

Pourquoi les introvertis sont-ils spécialement vulnérables au manque de motivation et comment compenser cette particularité désavantageuse ?

La motivation demeure l’un des thèmes récurrents causant aux porteurs du tempérament introverti, trop de déboires pour les énumérer ici. Des amours inachevés aux avortements professionnels en toutes sortes de déconvenues, les introvertis, assujettis par leur nature indécise, nécessitent de contourner occasionnellement cette discrétion comportementale qui met quelquefois en échec les aspirations d’introvertis empêchés biochimiquement. Revoilà quelques solutions accessibles.

Dopamine inopérante ? Ne pas nier sa démotivation

Le verrou dopaminergique ne concerne pas uniquement les neurodivergents présentant un trouble attentionnel avec ou sans hyperactivité ni impulsivité : l’une des conditions les mieux anciennement documentées en littérature dites psychiatrique, caractérisée par une réelle difficulté en matière de hiérarchisation des fonctions exécutives, en concentration sur des thèmes jugés démotivants, entre autres. Puisque l’on sait que les TDAH se concentrent très bien s’ils sont passionnés ou simplement intéressés par une tâche, foi de concernée à bien des égards… Les introvertis se rapprochent des profils en déficit attentionnel sans hyperactivité, oserait-on si l’on se le permettait sur ce site… Ainsi, les introvertis rencontrent un véritable défaut d’apport en dopamine motivationnelle, grande orchestratrice du circuit de récompense, surtout chez les expansifs. Cette neurohormone génère davantage d’excitation nocive chez les introvertis qu’une quelconque motivation, de la sorte, les introvertis sont de cette manière, invités à s’appuyer sur d’autres leviers motivationnels.

À Lire Aussi : Pourquoi Engager Un Introverti ?

Enquêter une cause sérieuse

La dépression reste le premier risque expliquant un vide motivationnel à l’instar des espoirs déchus, leurs mauvaises rencontres associées, les circonstances transitoires délicates de vie, les pertes et conditions psychiques comme la neurodiversité aux nombreuses comorbidités notoires dont la dépression réactionnelle, apparaissant en première condition déplorée. Même si consulter un psychiatre pour faire le point semble rebutant à priori, les bénéfices d’une telle décision sont également trop abondants pour en faire le chiffrage exhaustif : résolution de conflits internes confus, solutions médicamenteuses en période de transition épineuse, anxiété traitée sérieusement et explications simples et efficaces de nos mécanismes compensatoires, sans dramatisation. Parler, résout de multiples situations jugées irréversibles spécialement d’introvertis réalistes, voire, pessimistes. Se révéler, oui, mais pas en compagnie de n’importe qui.

Contourner la voie acétylcholinergique

Une voie neuronale acétylcholine que les introvertis préfèrent, à l’instar du système nerveux parasympathique aux lenteurs intestines, s’oblique en employant une méthode accessible et éprouvée puisque issue du bon sens : la béatitude. Autrement décrite, rire quotidiennement, organise une forme d’optimisme – à ne pas confondre avec les psychologies positives toxiques pour les introvertis authentiques – conscients que la chimie fragile des cognitions d’introvertis, réclame une attention exclusive. Une activité suscitant la gaieté : un film humoristique anxiolytique quotidien, un animal de compagnie même insolite, sautiller bêtement sur un vieux tube raffolé : toutes ces micro-actions favorisent le maintien d’une biochimie interne régulée chez les introvertis qui restent les grands défavorisés en matière d’optimisme naturel. Le réalisme ayant pour effet d’aggraver toute situation en persistance, jusqu’aux démotivations réactionnelles prévisiblement attendues.

Astuce Cardinale

Coupler toutes ses activités démotivantes avec une douceur psychique, selon ses goûts : ménage+podcast, sport+conférence, tristesse+musique, travail+repos compensatoire.

Introverti Démotivé ? 11 Ruses

À Lire Aussi : Le Corps et La Sensualité des Introvertis

Exploiter la sérotonine plutôt que la dopamine

Une précurseure de la sérotonine s’acquiert en complément aliment, la L-tyrosine disponible en complément alimentaire, que les introvertis peuvent également stimuler en se supplémentant en mélatonine, en magnésium et en vitamines du groupe B et D particulièrement. Les introvertis démotivés transitoirement ou non, restent notoirement touchés en matière ‘neuro-hormonale’, ces suppléments demeurent des moyens commodes de compenser une nature chimiquement réservée.

Repérer la fatigue morale introvertie

Un abattement éthique natif de déceptions en série, ou bien d’un réel sentiment d’inachèvement, risque, encore une fois, de dénaturer l’expression d’un introverti immobilisé biochimiquement. Un immobilisme confirmé quelquefois par les mauvaises rencontres qu’un introverti analysant factuellement les faits, nécessite d’estimer justement à la lumière factuelle, détaché. Si l’introverti s’éprouve déstabilisé en son système de valeurs, réévaluer ses priorités contribue largement à recouvrer un pan perdu de motivation.

À Lire Aussi : Le Salaire des Introvertis Est-Il Inférieur ?

Manger heureux

Les aliments favorisant l’entrain semblent multiples et simples à consommer. La sérotonine remplit une fonction vitale du système digestif. De la sorte, l’on attribue les troubles de la digestion liés aux stress à un défaut de sérotonine. Le colon irritable, la constipation ou au contraire, les diarrhées, s’expliquent ainsi avec clarté et l’introverti qui se sait atteint par des troubles digestifs peut, par conséquent, consommer régulièrement des amandes, de l’avocat, de l’ananas en particulier qui en contiendrait un dosage intéressant, ainsi que tous les glucides lents comme les flocons d’avoine, qui contribuent à la sécrétion de bonheur interne autoproduit.

Éviter la psychologie positive comme la peste bubonique

C’est une des particularités de ce site qui dénonce continuellement les mensonges des applications superstitieuses de concepts mal appliqués et administrés à tort à des introvertis, peu concernés par ces disciplines conçues en faveur des tempéraments dopaminergiques. La psycho, dite positive, s’avère toxique envers les introvertis qui se piègent en des pratiques inopérantes et inadaptées, leur générant davantage de stress et d’anxiété de rumination, tout autant prévisiblement.

À Lire Aussi : Comment les Introvertis Dépensent-Ils leur Argent ?

Être hyper imparfait

Embrasser ses ombres demeure une des techniques en psychologie négative qui semble nettement mieux adaptée à la complexité des porteurs du tempérament introverti que l’on ne saurait pas leurrer en des formules issues de méthodes plus magiques qu’empiriques. Les introvertis persistent, favorisés par l’éclosion d’une part de Soi que l’on exploite en sa faveur : jurer comme un charretier, échouer son perfectionnisme, cesser d’agir parfaitement, en bref, se muer en imperfection affectueuse. Introverti et (gentil) vilain, en deux/trois mots. Culpabilité fringante assurée !

Annihiler la carence d’espoir

Un manque ordinaire chez les introvertis réalistes aux tendances pessimistes en réaction, exagérément ciblés par une absence de vision d’avenir pour soi. Un véritable danger menant les introvertis chimiquement révoltés en des cycles sans évolution et des stagnations déprimantes. Des introvertis qui se constatent à régresser en leurs aspirations, nécessitent de revisiter leurs objectifs en fonction des évidences, si désagréables soient-elles. Puis, d’aménager convenablement leurs circonstances, en introvertis, moteurs lucides de leur cheminement.

À Lire Aussi : Ce Que les Autres Pensent des Introvertis ?

Analyser la procrastination anxieuse

Un état de fait dangereusement ordinaire chez les introvertis qui diffèrent par habitude, toute décision nécessitant d’être adressée promptement. L’anxiété réactionnelle probable entraîne des cercles aux vertus paralysantes que les introvertis usagers éprouvent régulièrement. Repousser les échéances reste une des meilleures manières de générer un stress induisant une biochimie en vague de norépinéphrine, médiatrice de méfaits en cortisol chronique, néfaste dès le court terme.

Affamer ses doutes

« Je suis nul, certain que je n’y arriverais jamais, ce n’est pas pour moi, les autres font mieux, pourquoi se compliquer l’existence, bla-bla-bla ? » Ces petites phrases assassines tuent la motivation et ses circuits de récompense dans l’œuf : d’où cette technique proposée logiquement des professionnels en santé mentale consistant à s’octroyer des réjouissances célébrant une prise de décision suivie d’action. Agir sans gamberger reste encore la meilleure manière de contourner la démotivation. L’action mène à la réalisation. Méditer des phrases positives en mantra… NON.

À Lire Aussi : Les Introvertis Ont-ils Besoin de Plus de Sommeil ?

Quitter leurs apôtres irrévocablement

Des faux amis largement traités en cet article de notre site que de nombreux introvertis lisent quotidiennement, puisque le défaut des introvertis reste de manquer de discernement relationnel, faute de pratique régulière. En revanche, développer des relations saines en quittant les Judas en faveur de relations bienveillantes cultivant un état d’esprit analogue à soi. Se confier sincèrement à un proche compatissant reste le meilleur remède aux démotivations structurelles et conjoncturelles.

Nourrir son enfant intérieur quotidiennement

Aimer : une médication accessible à tous les introvertis en défaut de motivation, coincés par leur circuit motivationnel sélectif. Honorer un ami, un amoureux et à ce titre, abandonner un partenariat dysfonctionnel saurait ainsi contribuer à des bonds en motivation permettant de franchir des étapes infranchissables mal accompagnés. Adorer une passion démesurément, un animal étrange ou pas qui autorise l’introverti à donner et de recevoir de l’affection gratuitement, inépuisablement. L’amour exprimé et accompli, apaise presque tout et transcende même la mort.

À Lire Aussi : Gérer la Gueule de Bois Introvertie En 5 Points

Ritualiser de l’auto-compassion journalière

Un rite en compagnie de soi, se matérialisant en récompense quotidienne, en agrément que l’introverti s’accorde inconditionnellement : à la relecture de ses circonstances, sous le jour du meilleur ami plutôt que du gendarme interne qui critique l’introverti, en écho de ce qu’un entourage peu compassionnel s’est permis d’émettre clandestinement. Une clandestinité, advenue aussitôt voix intérieure, détruisant l’estime de l’introverti qui mérite toute la tendresse des mondes et univers.

Bonus : marcher quotidiennement

La marche, à raison de 50 minutes trois fois par semaine sur des sujets cliniquement déprimés, résoudrait les formes d’anxiété inévitablement reliées aux dépressions, grandes instigatrices des démotivations, singulièrement chez les introvertis qui correspondent quasi biochimiquement aux dépressifs fonctionnels. La marche stimule l’ensemble de l’organisme, favorisant l’accès à la sérotonine-plénitudes, aux vertus inhibant les stress nombreux et angoisses réactionnelles, courants chez les introvertis, cibles d’immobilismes déprimants. On se gare plus loin, sort du métro une ou deux stations avant destination : huit semaines suffirait à changer l’humeur d’un introverti verrouillé en motivation.

TheIntrovertSinger

Understanding the Introvert Preference Heidi Eve-Cahoon, BSN, RN Published Online:May 01, 2003 https://doi.org/10.3928/0148-4834-20030501-03

Thomas Rammsayer, Petra Netter, Wolfgang H. Vogel, A neurochemical model underlying differences in reaction times between introverts and extraverts, Personality and Individual Differences, Volume 14, Issue 5,1993,Pages 701-712,ISSN 0191-8869,https://doi.org/10.1016/0191-8869(93)90118-M.

Ormsbee HS 3rd, Fondacaro JD. Action of serotonin on the gastrointestinal tract. Proc Soc Exp Biol Med. 1985 Mar;178(3):333-8. doi: 10.3181/00379727-178-42016. PMID: 3919396.

Bruta, K., Vanshika, Bhasin, K. et al. The role of serotonin and diet in the prevalence of irritable bowel syndrome: a systematic review. transl med commun 6, 1 (2021). https://doi.org/10.1186/s41231-020-00081-y

Craft LL, Perna FM. The Benefits of Exercise for the Clinically Depressed. Prim Care Companion J Clin Psychiatry. 2004;6(3):104-111. doi: 10.4088/pcc.v06n0301. PMID: 15361924; PMCID: PMC474733.

Park SD, Yu SH. The effects of Nordic and general walking on depression disorder patients’ depression, sleep, and body composition. J Phys Ther Sci. 2015 Aug;27(8):2481-5. doi: 10.1589/jpts.27.2481. Epub 2015 Aug 21. PMID: 26357429; PMCID: PMC4563295.

Images, merci à : Andrea Picquadio, Cottonbro, Anna Schvets, Tima Miroshnichenko, Pavel Danilyuk

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!