11 Attributs de l’Introverti Cible des Bullies

Quels sont les traits de personnalité remarquables dont disposent les introvertis visés par les harceleurs ?

On pourrait envisager que les introvertis victimes de ces offenseurs typiques qualifiés en anglais de « bully/bullies » sont faibles et mal affirmés ? En réalité, c’est plausiblement le contraire. Quelques recherches d’études menées parmi différents états en Europe et outre-atlantique invite à la réserve quant aux profils des victimes de ces prédateurs inconsistants. Portrait-robot.

Bullying (harcèlement) : la définition

Action de contraindre, blesser, humilier par intimidation répétée, violence physique ou psychique un individu considéré comme vulnérable : c’est cette notion qui intéresse et motive l’hypothèse concernant l’introversion dont de nombreuses études corrèle le tempérament introverti avec le ciblage de harcèlement.

Le terme anglais demeure plus illustratif que la nomenclature employée en France sous le terme harcèlement. Bully de bullying fait état d’une personnalité sur-agressive délibérément : le terme anglophone désigne avec plus de précision – le radical bull, taureau en français – la violence induite par ces individus aux égos hypotrophiques, le thème sous-jacent, en réalité.

À Lire Aussi : 16 Signes Que l’On Est Introverti et Traumatisé

Les 8 dimensions du bullying (harcèlement en ligne ou non)

Intentionnelle : l’acte d’agresser nécessite d’être intentionnel et réitéré en toute préméditation.

Agressive : la violence – psychique ou physique – est la constante sur laquelle s’appuie le bully.

Contrôlant : la contrainte exercée délimite continuellement le libre-arbitre de la cible.

Dominante : la coercition nécessite de soumettre arbitrairement la cible choisie.

Dégradante : par atteinte à la réputation, à la dignité et à l’intégrité de la personne ciblée.

Verbale : le dénigrement et la dépréciation se dit ou s’écrit ouvertement et publiquement.

Visible : Les atteintes physiques et psychiques sont constatables et mesurables.

Persistante : les actes de dégradation sont volontaires, répétitifs et récurrents.

Pourquoi moi ?

Un bully élit une cible au regard des traits désirables de sa proie (au risque suicidaire bien réel – Kaltiala, Riittakerttu & Rimpelä 1999) : cette dernière mettant face à ses limites et lacunes l’agresseur envieux des ressources notamment internes dont dispose l’introverti ainsi « targeté ». Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas les individus fragiles qui sont sélectionnés par ces prédateurs, mais bien les personnalités présentant des compétences notamment en résiliation, au-dépassant la norme. Une cible faible et peu endurante présente peu d’attrait. Être ou avoir été ciblé par ces lâches dépendants aux stimuli indique que l’on est un individu particulièrement solide psychiquement et émotionnellement. Bien que certaines victimes développent des suites défavorables, les introvertis qui ont dépassé cette épreuve ont en réalité identifié involontairement les carences secrètes d’un agresseur maladivement envieux de leurs prédispositions, talents et cognitions, voire de circonstances de vie. Tout ce qui brille n’est pas d’or et la popularité de surface des harceleurs n’est qu’une façade cache-misère.

À Lire Aussi : Les introvertis passent-ils à côté de la vie ?

Pourquoi eux ?

L’explication est simple, enfantine : ces individus ont évolué en des violences intrafamiliales, négligences et abandons, en des parentalités défectueuses et violentes et permissives. Natifs de géniteurs absents psychiquement et émotionnellement, ces bullies sont les fruits de symptômes sociétaux d’irresponsabilité collective s’agissant d’obligations familiales constructrices. Témoins non résilients de violences transgénérationnelles, descendants de familles négligentes dont le système de valeurs inopérant induit des compensations d’égos sous-développés. C’est la misère affective et psychique qu’ils contrebalancent qui engendre ces agresseurs envieux des introvertis résilients, puisque incapables cognitivement de transcender leurs conditions.

Les 11 qualités des introvertis déclenchant les bullies

1 Résilients et courageux

Cette prédisposition demeure un cadeau que peu d’introvertis – malheureusement ! Mesurent à sa juste valeur. La compétence résiliente reste une capacité largement partagée parmi les individus porteurs d’un quotient intellectuel supérieur au quotient ordinaire. Ainsi, les introvertis dotés d’un cortex préfrontal accru et d’une chimie spécifique à leur métabolisme disposent d’un arsenal inclinant abondamment à la résiliation d’événements traumatique : même si des symptômes demeurent, les introvertis sont aptes à employer leurs achoppements afin de les permuter en pédagogie et d’en extraire une compétence supplémentaire (quelquefois) involontairement.

2 Réfléchis et consistants

En opposition avec l’impulsivité et l’ingérence de la rage incontinente des bullies, les introvertis ciblés par ces déséquilibrés témoignent d’une tempérance et de prédictibilité exaspérante et commode envers ses individus précaires psychiquement. Une brutalité projetant une image dégradée d’eux-mêmes irrecevable dont ils transposent la matière sur l’introverti considéré approuvable parfois instinctivement. Le bully ne déclare en aucun cas sa jalousie ouvertement cependant son acharnement de colère indique une volonté d’atteindre des cognitions considérées comme enviables, en infériorisant sa cible.

À Lire Aussi : Introvertis : La Différence Entre Sympathie et Empathie ?

3 Indépendants et originaux

Selon une étude, introversion et indépendance préfigurent la position de défenseur outsider – Morten Birkeland Nielsen & Stein Knardahl (2015). Menée à l’intérieur d’un établissement scolaire, les chercheurs ont employé des outils mesurant la personnalité afin d’extraire les caractéristiques des agresseurs, des agressés et des redresseurs de torts. L’introverti solitaire peu sociable et courageux est, en effet, identifié comme endossant le rôle de régulateur, et c’est bien de cela qu’il s’agit. Les introvertis résilients sont assurément des individus capables de prendre position en faveur d’une victime aussi introvertie que lui, toutefois fragilisée en ces circonstances.

4 Talentueux ou érudits (ou les deux)

Un introverti, qu’il soit manuel ou non cultive des centres d’intérêt polis par les ans et le degré d’intensité qu’il y investit. Un introverti ciblé – on a tous à l’esprit une fiction mettant en scène l’introverti champion d’échecs victime d’un opulent abruti et rabaissé violemment par une horde d’incultes en meute conglomérée à des fins égotiques : on abaisse l’introverti puisqu’il choisit de se distinguer du groupe de fait, l’anticonformisme implicite du discret relativement aux cognitions moyennes partagées par les agresseurs est infériorisé afin de laisser la logique groupusculaire déshéritée continuer ses maigres affairements au nombre de 2 : reproduction et survie. Les bullies sont en réalité des individus frustrés dans leurs accomplissements, plafonnés.

À Lire Aussi : Guide du Flirt Destiné aux Introverties

5 Hypersensibles et perspicaces

En effet, l’empathie des introvertis est une constante et tous les introvertis ne détiennent pas cette capacité identiquement : les introvertis dits « Feelers » (‘ressenteurs’) selon le MBTI® exécutent une empathie émotionnelle par ailleurs, les introvertis dits « Thinkers » (penseurs) emploient une empathie cognitive. Cette compétence est opposée à l’empathie froide usée par les bullies qui l’utilisent à des fins d’obédience, manquant cruellement d’humanité.

6 Consciencieux et responsables

On sait que les personnalités retorses contournent les règles et rejettent toute autorité. La conscienciosité chère au modèle des « Big 5 » utilisé par les chercheurs qui ont, en effet, pu mettre en exergue les traits de personnalité des individus visés par ces opportunistes violents : introvertis et consciencieux, soit intègres à propos de ces victimes n’en sont peut-être pas intégralement. Certes, destinataires de ces agressions, les introvertis qui expérimentent le harcèlement montrent l’exemple d’une forme de résistance non violente pourtant déterminée, et bien que dévastés à bien des égards, un introverti résilient sort grandi d’une expérience traumatisante, tirant une leçon qu’il applique désormais et enseigne à son entourage ainsi qu’à l’agresseur lui-même, piégé en ses médiocrités reflétées par sa cible. Un maître.

À Lire Aussi : Guide : le Flirt des Hommes Introvertis

7 Empathiques cognitivement ou émotionnellement

Cette empathie froide qu’exécutent les bullies permet de renifler l’intelligence et la sensibilité, à l’instar du prédateur reniflant une proie. Les introvertis émotionnels préfèrent davantage l’emploi de leurs fonctions cognitives s’agissant du discernement et de la prise de décision par cette fameuse empathie émotionnelle, illustre et idéalisée à profusion sur les réseaux sociaux. Cependant, on évoque nettement moins l’empathie cognitive que les introvertis penseurs procèdent de la même manière en matière décisionnelle autant que d’apprentissages : ces prismes par lesquels les introvertis traitent et résonnent l’information dérèglent les agresseurs-harceleurs envieux des aptitudes naturelles de ces introvertis sensitifs ultra perceptifs.

8 Respectueux et structurés

Le bully ne respecte pas grand-chose ni lui-même. Un aspect de la psyché introvertie évoque la voie neuronale acétylcholine associée à un cortex-préfrontal plus développé que chez les extravertis : ce fonctionnement confère une hésitation et propension à analyser et réfléchir actes et paroles précautionneusement, ce que les harceleurs impulsifs indisposés par ces habiletés qu’ils renvoient aux introvertis comme une incompétence, abhorrent. Aujourd’hui, les introvertis ont compris qu’il n’en est rien et que leur atypie les avantage autant qu’elle contrarie les bullies incompétents à l’édification de leurs cognitions.

À Lire Aussi : 20 Signes : Introverti et Vraiment Heureux

9 Altruistes et sensitifs

Versus cruels et hyposensibles. Ce sont les facultés et pouvoirs des introvertis décriés en certaines circonstances évidentes comme la compétition ou la séduction, armes d’influences plébiscitées des bullies qui usent de facilités afin de fédérer des semblables à leurs sombres affairements. Un introverti équilibré a développé des aptitudes compassionnelles, le 3ᵉ degré de l’altruisme, supérieures à l’empathie et à la sympathie dont les harceleurs parfaitement insensibilisés y compris à leurs peines cherchent à amoindrir l’intégrité. Une atteinte à la dignité de l’introverti que la capacité de renouvellement et d’auto-validation, protège.

10 Cérébraux et intelligents

Une intelligence évaluable, mesurée et factuelle. On peut ainsi y opposer son absence puisque l’impulsivité prédit des capacités moindres relativement aux capacités cognitives. La probité dérange, particulièrement celles et ceux qui en pèchent, et ils sont prompts à amoindrir un attribut enviable, qu’humilier leur admet de s’accepter… en surface. Un bully éprouve la divergence de sa cible pleinement et précisément, la taisant à des fins de survivance de son égo amoché par des abus et négligences. Nul individu équilibré en amont s’abaisse à quérir d’humilier son prochain.

À Lire Aussi : Éviter les Gens : 50 Confessions d’Une Introvertie

11 Solitaires et indépendants

La logique des dépendances groupusculaires des bullies valorise la gloire séductrice que l’on remarque ; et une étude l’a révélé notamment chez des écolières dont la cheffe de meute portait la responsabilité des harcèlements sur des jeunes filles introverties et consciencieuses, sujettes à toutes les cupidités de ces élèves conscientes de leur infériorité, méchamment (Dytham, S. 2018). La permission d’autonomie émotionnelle et cognitive des introvertis indispose ardemment ces bullies prototypiques et malicieux : leur unique ressource brutale couplée à la cruauté convoite les circonstances de l’introverti inconscient de son privilège, se présumant carencé. Une erreur de jugement qui octroie à l’aveugle dépendant d’administrer un authentique clairvoyant.

TheIntrovertSinger

Morten Birkeland Nielsen & Stein Knardahl (2015) Is workplace bullying related to the personality traits of victims? A two-year prospective study, Work & Stress, 29:2, 128-149, DOI: 10.1080/02678373.2015.1032383

Kaltiala, Riittakerttu & Rimpelä, Matti & Marttunen, Mauri & Rimpela, Arja & Rantanen, Päivi. (1999). Bullying, depression, and suicidal ideation in Finnish adolescents: School survey. BMJ (Clinical research ed.). 319. 348-51. 10.1136/bmj.319.7206.348. 

Mathisen, G. E., Einarsen, S., & Mykletun, R. (2011). The relationship between supervisor personality, supervisors’ perceived stress and workplace bullying. Journal of Business Ethics, 99(4), 637–651. https://doi.org/10.1007/s10551-010-0674-z

Dytham, S. (2018). The role of popular girls in bullying and intimidating boys and other popular girls in secondary school. British Educational Research Journal, 44, 212-229.

Modèle des Big Five : Wikipédia

Illustrations : cottonbro, Liza Summer, George Milton, Andrea Piacquadio, Helena Lopes, Polina Sirotina

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!