12 Non-Résolutions Destinées Aux Introvertis

Les résolutions ne servent qu’à être inécoutées le 2 janvier. Si cette année l’on n’en prenait aucune ?

À quoi bon s’imposer des objectifs inatteignables et inutiles dès le premier jour d’une année purement symbolique ? L’on commence son année théorique le jour de son anniversaire de naissance, un bon calendrier personnel bien plus introspectif pour les discrets. Voici 12 non-résolutions introverties pour 2021.

La pensée magique de la nuit de la Saint-Sylvestre

L‘on nage en effet en plein délire collectif qui consiste à croire que la vie, ses problèmes, son enfance ou bien sa vie professionnelle et affective se muent en conte idéal en une nuit et quelques coupes de champagne (rosé c’est mieux).

Rien de cela ne se produit et les introvertis le savent bien. Combien d’introvertis se prêtent au jeu des fêtes de fin d’année sans réel entrain, peu dupes des non-changements qui ne s’opèrent pas par la loi d’attraction, une belle escroquerie s’il en est.

À Lire : Embrasser Son Introversion En Toutes Circonstances

Les discrets en quête de mieux

Bien que de nombreux articles portant sur les résolutions notamment en langue anglaise soient disponibles et spécialement rédigés à l’intention des introvertis, on lit des conseils bienveillants et tout à fait acceptables, surtout si l’on a encore et toujours envie de CHANGER.

Pour plaire à Tartempion ou à d’éternels insatisfaits qui entourent l’introverti lui reprochant sa nature et son empreinte génétique.

Devenir plus sociable, ouvert et moins ombrageux ; comme si une façade renversait réellement la qualité de vie. Et puis, de quels bonheurs les introvertis ont-ils besoin ? Doit-on s’aligner pour être heureux, la réponse siège dans la question.

12 non-résolutions adaptées au tempérament introverti

1 Observer son introversion

Tous les introvertis ne sont pas semblables, voire antagonistes. En observant la façon dont on décide, dont on emploie ses fonctions cognitives préférées, en passant le test MBTI® régulièrement, l’on peut apprendre à se cerner précisément.

Afin d’entretenir une belle relation avec sa fonction dominante introvertie et celle qui lui vient en aide toute la journée, la secondaire plus extravertie, l’on est sûr et certain de savoir qui se cache derrière ce flegme, s’aimer mieux implique de se connaître, et ceci est la première étape.

2 Valider sa divergence

L’introversion n’est pas une coquetterie, ou encore un trouble comportemental, mais une réalité génétique, l’on porte les gènes de l’introverti et l’on n’a peu ou prou rien à gagner en omettant qui l’on est profondément.

Si l’on connaît son fonctionnement cognitivement, l’on est capable d’embrasser cette diversité que l’on représente, et d’en incarner une version juste, authentique, sans exagération. Se rapprocher de soi passe par une individuation, une personnification singulière apaisée.

3 Cultiver sa singularité

Cela implique pour l’introverti de ne plus s’abandonner, jamais. Les discrets peuvent – sous les pressions sociales – porter des manteaux trop petits ou grands, c’est précisément ce que l’introverti se reproche, mais inconsciemment.

Ces mises à l’épreuve que l’on a dû dépasser pour en arriver à la case départ, tout reprendre, se connaître, s’apprécier justement, vivre avec soi et se déclarer publiquement que l’on est en mariage avec soi. Être remarquable, inattendu et non-conformiste n’a rien de mortifiant si l’on le choisit allègrement : le monde suivra.

À Lire : Est-Ce Que les Introvertis Aiment Autrement ?

4 L’année écoulée enseigne

Les pépites sont nombreuses, il faut tirer l’enseignement ayant le plus de signification à l’étape que l’on décide de franchir.

Si l’on démarre un compteur à zéro ce matin, cela donne une tonalité, celle des mois ou semaines à venir, le temps de mettre le cap sur l’objectif que l’on se fixe : réaliste. C’est ce qui permet de progresser véritablement.

5 Se comparer aux autres sans crainte

Il faut s’y mettre pour enfin s’en libérer : l’image n’est qu’un détail et si l’on n’embrasse pas la sienne l’on finit par perdre sa joie à chaque représentation idéalisée.

Se confronter à ce néant fait enfin accoucher de soi, ce moi profond qui se contrefiche des comparables, cependant qui attend que l’on lui lâche la bride pour grandir à sa façon, sans tuteur restrictif, librement.

La comparaison brutale offre de se libérer de chaines illusoires, rien n’est mieux ou moins, tout Est.

6 Trouver l’amour véritable

L’amour le vrai est en soi, cela tient en peu de mots, si simples en apparences pourtant inaccessibles si l’on ne se choisit pas d’être Pygmalion pour soi, de se choisir soi profondément comme unique mentor, père et mère, frère et sœur, ami et partenaire, surtout si l’on en a manqué.

L’on doit être cela pour soi, se faire pousser des ailes dans le dos, car bonne nouvelle : personne ne le fera jamais pour soi. Pas de chevalier sur son destrier ou de fée délivrant du sort. Tout cela dort en soi.

7 Embrasser son isolement sans complexe

Que l’on ait encore honte de soi est passable, mais se le reprocher en interne est parfaitement infructueux. Lorsque l’on commence à aimer sa solitude, l’on devient hermétique à des besoins greffés par ce que l’on est supposé être ou faire conformément à la législation en vigueur socialement.

Trouver sa tribu e implique de s’être trouvé soi en premier. Plus on tient la dragée haute aux injonctions, plus on se rapproche des personnes ayant exactement les mêmes aspirations. Le partage n’est plus très loin à ce stade.

8 Cultiver le talent-cadeau de son introversion

Livré sans mode d’emploi, les introvertis ne savent pas que le héros qui sommeille est juste là et s’impatiente, d’ailleurs il se manifeste régulièrement, néanmoins l’on est trop pessimiste à l’idée d’échouer.

La crainte du changement s’oppose à laisser éclore ce qui attend depuis toujours, cet héroïsme typique de l’introversion qui de tout temps, s’est distingué de ses pairs en laissant les flots intérieurs émerger ce qui est supposé l’être.

9 Se faire connaitre

Démarrer une campagne électorale avec soi, se convaincre que l’on n’est plus une imposture mal interprétée, uniquement authentiquement dans l’équilibre, bien avec soi et les autres. Exprimer son talent endormi, le cultiver et le faire savoir publiquement.

Être connu pour qui l’on est réellement, sans ajustement est nouveau pour les introvertis enfermés dans leur placard. En sortir et trouver des alliés comme soi, ils existent et eux aussi attendent de construire une famille, menue certes, parce que tous les introvertis ne se ressemblent pas.

10 Répondre à ses besoins en premier

Les introvertis flanqués de ce circuit de récompense inexistant peuvent en effet mésestimer leurs besoins fondamentaux, en cela tous les introvertis sont concernés. Pour différentes raisons selon ses préférences cognitives, toutefois l’introversion néglige de se donner égotique-ment préalablement.

Commencer par reconnaître ses besoins élémentaires conduit à se respecter davantage, à s’aimer vraiment parfois pour la première fois.

11 Trouver son super-pouvoir livré avec son introversion

Comme le talent à trouver, l’on doit mettre le doigt sur le pouvoir livré avec ce talent, quelquefois devant soi que l’on ne peut admettre de s’octroyer, tant l’on n’est pas conçu pour s’observer de la sorte.

Oui, il aurait fallu des mentors plus tôt, et si cela ne fut pas le cas, l’on doit se le donner, s’autoriser à montrer que l’on est un multipotentiel, ou un virtuose, c’est l’introversion qui exprime son objet, son dessein et sa raison d’être.

À Lire : 30 Vrais Problèmes D’Introvertis

12 Adopter la psychologie négative

Il est temps de se délester de cette psychologie positive étouffante et de garder sa nature en embrassant la psychologie allant de pair avec un système autovalidé.

Les introvertis savent que la dissonance cognitive qu’entraîne la vague des psychologies trop positives, enjolive et bride la conscience et créativité introvertie.

L’on sait que la confiance en soi est illusoire, que la positivité est spécialement le fruit d’un narcissisme sociétal toxique. L’on sait que les doutes et remises en questions factuelles sont largement mieux adaptés au fonctionnement introverti.

Quand on passe autant de temps à l’intérieur de soi, autant ne pas y distiller de mensonges.

TheIntrovertSinger

The positive psychology of negative thinking : Julie K Norem, Edward C Chang

The Negative Side of Positive Psychology : Barbara S. Held

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol