L’Expression Faciale Chez les Introvertis

27 émotions que les introvertis ne formulent pas comme les autres

Un introverti peu porté sur le thème des émotions dont je plaide coupable sans restriction, s’est régulièrement trouvé soupçonné, voire accusé des maux les plus vils sur le fondement suivant : le manque d’expressions faciales émotionnées. Loin d’être un cas isolé, les introvertis sont régulièrement pointés du doigt, diffamant ce visage impassible d’introverti peu expressif – et pourtant si vif intérieurement.

En ces temps agités, la quiétude interroge

« J’entrevois dans avenir éloigné des routes ouvertes à des recherches encore bien plus importantes. » C’est par ces mots que l’auteur de « L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle » – établissant le paradigme évolutionniste devenu théorie – Charles Darwin termine son ouvrage paru en 1872 « L’expression des émotions chez l’Homme et les animaux », un répertoire de 6 états émotionnels fondamentaux au sein du règne animal auquel rappelons-le, l’hominidé appartient : la joie ; la tristesse ; la surprise ; le dégoût ; la colère et la peur. 10 ans plus tôt en 1862, Duchenne de Boulogne – dont le célèbre « sourire Duchenne » impliquant les muscles buccaux et orbitaux – s’intéresse lui aussi à ce thème complexe : les émotions et leurs expressions. Bien qu’une étude de 2012 publiée par les Pnas – Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America – a depuis fait évoluer la compréhension des expressions faciales chez l’humain, notamment par son aspect culturel, on apprend ainsi que les orientaux n’interprètent pas comme les occidentaux les mimiques du visage.

6 états fondamentaux… 34 000 émotions

C’est un chiffre exorbitant en effet. Quel introverti sérieux n’a-t-il pas douté de sa capacité émotionnelle à la vue de toutes ces mimiques supposées indiquer ses statuts internes aux interlocuteurs concernés ou non. Si l’évolution explique comment l’humanité sélectionne ses sujets, on sait que cette capacité à interpréter un état émotionnel y occupe une fonction importante. Les larmes de sanglots par exemple sont une (presque*) exception humaine permettant de demander de l’aide, de susciter la compassion. S’agissant des émotions chiffrées à 34 000, que penser des introvertis qui eux éprouvent des difficultés à les déchiffrer plus ou moins marquées, selon leurs préférences cognitives ?

*Les Girafes, les ours, les mammifères marins, les singes, les élans, les éléphants, les chevreuils et… les chiens pleurent de chagrin.

Les introvertis et leurs personnalités

Le test MBTI® permet de déterminer quelles sont les préférences cognitives que l’on emploie avec plus d’aisance, par commodité, il faut en rappeler l’usage qui est en aucun cas prédictif du comportement : le MBTI® n’est pas un outil de divination. Les introvertis employant leur fonction dominante et auxiliaire pour percevoir et s’exprimer, ils tendent néanmoins à présenter en public leur seconde fonction. Un INFJ par exemple emploie largement l’harmonie par l’intermédiaire de Fe – les sentiments extravertis, et les INFP et INTP, l’intuition extravertie Ne – et les INTJ la pensée extravertie Te. On ne discerne leurs fonctions plus authentiques et émotionnelles qu’en situation intime. Voilà pourquoi on ne connaît jamais vraiment un introverti, car il faut avoir accès à des aspects qu’il ne dévoile que dans la plus stricte intimité.

Les introvertis médiocres en déchiffrage d’expression faciale ?

C’est ce qu’indique une étude majeure informant d’une disparité incontestable entre les compétences en déchiffrage d’expression faciale en faveur des extravertis. La conclusion des chercheurs est sans appel : les introvertis n’interprètent pas les expressions faciales à la hauteur des expansifs, nettement plus compétents en la matière. Est-ce qu’un début d’explication trouve enfin sa source dans cette étude qui pourrait ainsi proposer une hypothèse suggérant que l’introverti ayant peu de compétence en lecture non verbale, n’a pas autant développé les mimétismes et systématismes imitatifs ? Il faudrait ainsi que l’on recherche la compétence majorée à la place des implicites non verbaux, suggérée par cette étude désignant une meilleure connaissance des objets inanimés.

« Mais qu’est-ce qu’elle a ma gueule ? » (‘tu ne souris jamais’ et autres phrases usuellement adressées aux introvertis)

Un introverti n’a tout simplement pas exploité cette part du cerveau, aujourd’hui grâce à l’imagerie on sait observer certaines aires moins sollicitées chez les neurodivergents, qui pour certains, ne déchiffrent que les expressions les plus basiques avec difficultés (mon cas est épouvantable par exemple). Il est évident que l’introversion participe à la neurodiversité, notamment par son lien de filiation avec la douance et toutes les formes d’hypersensibilités. Si les introvertis sont trop régulièrement accusés du pire par anticipation parce que leurs visages demeurent impassibles, et qu’il leur faut apprendre par une démarche consciente à imiter leurs pairs, il est tout simplement possible qu’une émotion ne suscite tout simplement pas de nécessité expressive ni, d’interaction chez l’introverti. Et qu’encore une fois, on reproche leur atypie et leur personnalité arbitrairement.

À Lire Aussi : Quel Est le Langage Amoureux des Introvertis ?

27 émotions que l’introverti interprète intérieurement

La Romance

Courage, fuyons ! Un discret romantique l’est véridiquement, c’est pourquoi, avant d’aller plus loin et d’en dévoiler les penchants – vécus très intensément – l’introverti travaille dur afin de ne pas laisser son trouble à la vue de tous. Un chaos intérieur emmitouflé sous une insensibilité d’apparat. Une illusion que l’introverti ne démasque qu’en certaines circonstances, en pleine confiance. Les introvertis observent et analysent davantage qu’ils expriment. C’est une activité intense que dissimule ce masque d’impassibilité.

L’Admiration (affectation)

L’introverti n’admire en aucun cas un individu pour son statut social ou ce que fait usuellement l’objet de louanges. Un discret est touché par l’authenticité d’une démarche, sans que son auteur occupe une hiérarchie quelconque. Un introverti reconnaît l’autre sans idolâtrie. Un visage introverti demeure impassible, si ce n’est un sourire courtois vis-à-vis d’un préposé au nettoyage ou d’un président quelconque en exercice. Pas plus.

L’Adoration

Les yeux perdus dans le vague, l’introverti s’ennuierait-il en séance d’adoration ? Dans une certaine mesure, le discret s’enthousiasme spirituellement, en effet. Pourtant, cet aspect irrationnel du champ émotionnel suscite davantage de méfiance que l’assujettissement sous-entendu par l’action d’adorer. Indépendant d’esprit, un discret évite ces émotions autoinfligées trop intenses, afin de conserver son équilibre et énergie dédiés à un fonctionnement complexe. Donc, une face que rien ne perturbe, y compris devant un objet tant adoré. Il va faire quelque pas de danse au concert de machin-chose, cependant ce n’est pas l’introverti qui glapit devant la scène là-bas, assurément.

La Terreur

Une peur intensifiée par un facteur aggravant, voici ce que propose cette émotion. Un introverti vraiment terrifié s’appuie certainement sur son flegme afin de conserver le contrôle de la situation, le plus efficacement. On observe l’introverti calculant les risques, et cherchant à trouver une solution : un visage impassible dissimulant des calculs et issues plausibles (je viens de le vivre par l’incendie de mon immeuble, j’ai agi avec précision et sang froid bien qu’épouvantée). Un visage fermé. Pas plus.

La Douleur (empathique)

Soit un introverti feint des expressions apprises – puisque l’on lui a reproché une psychopathie fallacieuse – soit on observe invariablement une expression intériorisée, masquant encore et toujours des hypothèses tournées vers toutes les options. Un discret pense intensément, d’où ce drôle de regard délavé tout à fait caractéristique des véritables introvertis.

L’Intérêt étonné

Une surprise peut tout à fait se lire comme chez les autres plus expansifs, un bémol cependant : les introvertis agissent par convention sociale, et en mon humble qualité de sujet hautement introspectif, il faut bien admettre que feindre l’intrigue est plus simple que de livrer une expression neutre, pourtant exacte. Un peu de compassion pour les introvertis qui sont contraints et forcés d’adopter des expressions peu naturelles afin de ne pas subir les pires soupçons. Épuisant.

À Lire Aussi : Célibat, Couple et Introversion : 20 Interrogations

L’Envie

Un introverti dissimule davantage ses convoitises, pas par duplicité : une pâtisserie n’est pas un crime, au contraire – mais par pudeur. La démarche pudique est intrinsèquement introspective, que l’introverti peu partageur dissimule en conservant son amour-propre en toute dignité derrière un visage peu dominé par la dopamine, ne l’omettons pas.

Le Malaise

Un embarras que l’introverti masque par réflexe, peu habitué à étaler ses états d’âme au tout-venant. Un réflexe de conservation et de survie, gardant la tête et son esprit bien au frais, une condition que l’introverti combatif ne peut abandonner aux oscillations déséquilibrantes. Un système nerveux lent, ayant pour spécificité de réagir après les faits en persistant. Une face impassible, à quoi bon de toute façon ?

L’Ennui

On peut affirmer sans trop s’avancer qu’il s’agit presque de l’expression faciale ‘par défaut’ de l’introverti. Cet air caractéristique si situant à la frontière entre un début d’endormissement et un dédain mal dissimulé. Souvent préjugés hautains, les introvertis souffrent d’une réputation imméritée, car personne ne les connaît suffisamment en réalité.

L’Appréciation

Reconnaître une qualité, une compétence ou bien un objet dans sa forme congruente demeure tout autant un exercice relevant de la plus pure comédie. Peu enthousiastes par nature, les discrets hors centres d’intérêts, demeurent peu adeptes des marques d’affections publiques. Un introverti est généralement idéaliste et s’émeut plus volontiers pour une cause qu’envers une essence, si belle soit-elle. Une impassibilité se reflétant sur un visage toujours aussi égale à lui-même. Olympien.

La Nostalgie

Impossible d’envisager à quoi ressemblerait éventuellement une expression nostalgique, sans en analyser absolument tous les paramètres, auxquels il faut désormais retrancher la spontanéité, peu employée chez les introvertis. Un regret – ou bien remords ? – chez l’introverti, cela ne se perçoit pas, mais se vit. De l’agacement peut-être ? Une pointe, certainement, néanmoins rien de ce que l’on observe usuellement chez les normopensants.*

L’Excitation

Hors émois sexuels, un introverti excité se perçoit facilement si on le connaît convenablement, sinon, ce n’est pas évident encore une fois. Une tension que l’introverti fait – comme à son habitude – en sorte de dissimuler sous un éventuel trait d’humour ou de la désinvolture. Un introverti « introvertit » ses émotions et c’est une mise à nu que de les déployer publiquement : une tension visible par les plus proches, néanmoins peu par les autres.

La Satisfaction

Se démontre par une détente des attentes, si l’introverti s’est laissé allé à en manifester, ce qui est relativement courant s’il maîtrise la situation. Sinon, cela lui arrive rarement, car pessimisme rime avec introverti, on le sait. Le contentement demeure un état que l’introverti cultive déjà intimement, dans une expression faciale parfaitement neutralisée. Être satisfait, indique avant tout se sentir contenté, en toute quiétude.

Le Désir charnel

Se vit dans l’intimité du lien et pas en imitant les films licencieux, atterrants. Les discrets sont peu adeptes des manifestations tapageuses et vivent la sexualité en compagnie de leur esprit, le corps étant un véhicule commode, c’est loin des clichés que l’introverti manifeste son désir charnellement. Il se peut même que l’on soit surpris de l’absence totale de confusion d’un introverti en émois, puisque le discret a mûrement assimilé ce qui allait arriver. Il est prêt, serein ou non, cependant rien ne se lit sur son visage.

L’Émerveillement

À l’instar de l’adoration modérée chez les discrets, on voit nettement plus régulièrement le regard de l’introverti s’éclairer à la vue d’un animal, ou à l’écoute d’une conférence ou bien à la lecture d’un livre marquant ou encore d’un documentaire ayant illuminé l’introverti, dont une connaissance se trouve modifiée. Un introverti émerveillé dans l’intimité : soit il reste circonspect, soit il laisse éclater son petit enfant intérieur qui n’est jamais bien loin, et pas masqué du tout en ce qui le concerne. Réservé à un ou deux happy fews. Socialement, l’émerveillement se dilue habilement, méthodiquement au profit d’une réserve confortable.

Le Calme

La quiétude est un état habituel chez les introvertis et si une émotion est à l’origine de son état, c’est la sérénité que l’introverti appelle de ses vœux, sans en présenter les bienfaits ostensiblement. Un discret serein est tout simplement lui-même, bien dans ses sabots, à l’aise dans ses bottes, il a trouvé chaussure à son pied et personne ne le sait. Il ne l’exprime en aucun cas puisque cet état coi est l’unique admissible.

Le Soulagement

Un état émotionnel que sous-tend une situation sensible ou bien anxiogène. Un discret cache ses sentiments et intentions afin de ne pas en souffrir, pas par superstition, davantage afin de ne pas créer un état de vulnérabilité fragilisant. Un discret qui vient de passer à côté d’une catastrophe demeure anxieux longtemps. Et fait en sorte que cela ne se perçoive pas non plus. Les introvertis sont inégaux face aux aléas de la vie, pour la majorité.

À Lire Aussi : Les Chats et Leurs Humains Introvertis

La Colère

Un introverti peut tout à fait subir ses contre-réactions en différé et n’en faire les frais que plus tard. Un discret employant ses facultés analytiques différemment est susceptible de ne pas réagir du tout, dans un esprit de contrôle, et ne lâcher les chevaux qu’en seconde intention. Un introverti très en colère ne le montre pas non plus : sauf s’il y a une volonté de sa part de ne pas laisser passer une situation jugée injuste, en s’y opposant fermement, sous la forme d’une résistance articulée et argumentée. Les introvertis peuvent se rendre malade en refoulant des émotions toxiques sans les expier. Un visage fermé et un mouvement de replis peuvent tout à fait dissimuler un courroux qui devra être adressé à un moment ou un autre.

Le Dégoût

Une expression faciale que l’introverti peut tout à fait décider de masquer ou bien au contraire, d’en faire un étalage ostentatoire, si son système de valeurs est atteint. Un discret choisit de laisser paraître un état ou non s’il en a la capacité et il n’exprime qu’une volonté de retrait en s’éloignant. Un introverti est flegmatique et fait en sorte de ne laisser discerner que ce qui est présentable selon sa personnalité. Un discret laissant entrevoir son dégoût agit consciemment. Sinon, il ne laisse rien filtrer par confort, comme à sa coutume.

La Joie

Un discret, malgré les apparences, est un individu complet et souvent accompli intérieurement. Malgré les manques inhérents à la condition humaine, un discret contenté recevant une bonne nouvelle est rarement celle ou celui qui le manifeste bruyamment publiquement. Un résultat d’examen favorable ? Il s’agit pour l’introverti de viser la prochaine étape, sans insatisfaction ni autosatisfaction d’orgueil. Un discret est peu guidé par les carottes dopaminergiques. Le contentement est permanent comme l’humilité. On est discret ou on ne l’est pas.

La Tristesse

Un peu comme la joie, ce sont des états émotionnels que l’introverti côtoie en permanence, cependant il ne s’agit pas de coup d’éclat à la manière des plus expansifs. Un discret vit une existence interne riche sans pour autant chercher en éditer le champ émotionnel. Certains introvertis sont doués au déchiffrage facial des émotions, d’autres pas du tout, y sont aveugles. Bien qu’un introverti soit conscient de ce qu’il ressent, les notifier n’entre pas dans les compétences de nombreux introspectifs. Une vie intérieure si riche ne se galvaude pas en minauderies, au risque de divorcer de soi. Et ça, un introverti ne le supporterait en aucun cas. Alors : heureux, abattu, agacé ou bien blessé, un discret garde son expression favorite au visage : une neutralité dépassionnée abandonnant volontiers la fantaisie à ses amateurs inconséquents.

TheIntrovertSinger

Li J, Tian M, Fang H, Xu M, Li H, Liu J. Extraversion predicts individual differences in face recognition. Commun Integr Biol. 2010 Jul;3(4):295-8. doi: 10.4161/cib.3.4.12093. PMID: 20798810; PMCID: PMC2928302.

Facial expressions are not universalRachael E. Jack, Oliver G., B. Garrod, Hui Yu, Roberto Caldara, Philippe G. Schyns Proceedings of the National Academy of Sciences May 2012, 109 (19) 7241-7244; DOI: 10.1073/pnas.1200155109

Darwin aurait tort : l’expression faciale des émotions n’est pas universelle : www.futura-sciences.com

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol