Introvertis : Imiter les Extravertis ?

Pourquoi les introvertis ne devraient-ils pas tenter de rectifier leur sociabilité ?

Combien de fois mon entourage m’a-t-il poussée à me muer en stéréotype féminin sociable et pire, m’a-t-il suggérée une norme sur laquelle j’étais supposée m’aligner : cependant, est-il « normal » de se contraindre à muter en une autre ? Pourquoi ne propose-t-on que le « changement » en alternative de développement psychologique ? Doit-on vraiment changer pour atteindre le bonheur ? Et quel est-il cet état que l’on vend comme des barils de lessive aux ménagères égarées ? Il existe tant de gourous associés aux présomptueux qui proposent des solutions miracles développant le charisme de la soi-disant confiance en soi. Omettons ces fameux articles invalidants proposant « 10 astuces pour devenir plus sociable » dont le but demeure de générer une forme de dédain de soi culpabilisant. Non, les introvertis ne doivent pas opter pour un greffon de méninges toutes neuves – ça serait dommage, car nous serions perdants – et voici pourquoi !

« Je préfère être détesté pour ce que je suis, qu’aimé pour ce que je ne suis pas ».

George Simenon

Établir la norme Introvertie

Le petit d’Homme, inversement aux animaux, dépend des années durant de ses primosoignants et les endure longtemps ne serait-ce que pour supporter le poids de sa tête, démesurément dense par rapport à son corps. La survie du nouveau-né ne tient qu’au groupe puisque nous sommes des primates : ce mammifère hautement social dont l’activité est codée et agencée par précellences. Et la survie de l’espèce est intégralement assujettie à la fonction reproductrice centrale et prédominante chez l’humain. Il n’est donc pas extravagant qu’un primate solitaire soit défavorablement désigné. En occident, la norme extravertie demeure prototypique et les introvertis en quelque sorte – pas littéralement cependant métaphoriquement – sont susceptibles de préoccuper quant à la survie du groupe. Il convient d’en prendre conscience afin que les introvertis qui doutent de leur valeur se positionnent hors des sentiers battus et qu’ils éprouvent enfin de s’y trouver mieux que bien.

Les introvertis suradaptés se perdent inéluctablement

Pourquoi l’entourage bienveillant qui n’aspire qu’à un destin amélioré pour leur proche introverti s’autorise à livrer des conseils là où idéalement, personne d’autre que soi n’est compétent ? Certains professionnels du développement personnel peu avertis tiennent un discours impropre destiné aux introvertis, exigeant l’équivalent de se faire croître un membre inexistant ou bien tout simplement de modifier la couleur de ses yeux assistés d’un soupçon de pensée magique.

À Lire Aussi : Introvertis : 10 Mythes Sur la Confiance En Soi

Évoquons les détériorations irrémédiables de ces arrière-pensées presque mal intentionnées peut-être involontairement, bien que je sois intérieurement convaincue du contraire. Comment peut-on contester à ce point la nature même d’une évidence désormais scientifique ? Dont la conséquence fatidique demeure l’auto-rejet réactionnel inévitable. Pourquoi s’imposer une existence entière à se contraindre aux révocations ? À tenter de se rajuster, à l’instar d’une voiture abîmée qui ne présente aucune anomalie, toutefois qui ne roule pas ni ne s’allume. Quelle lumière peut-elle fuser sous une chape plombée étriquée ? Louvoyer sciemment sur cet océan faussetés absurdes afin de déceler son sanctuaire et appareiller des acolytes skippers de leurs embarcations, accomplissant leurs grands retours vers soi.

Changer la couleur de ses yeux : porter des lentilles pigmentées

En d’autres euphémismes : les introvertis naissent ainsi faits, ils sont confectionnés à l’opposé du fonctionnement extraverti. L’article consacrant une explication détaillée se trouve ici, puisqu’il demeure essentiel d’assimiler cette information constitutionnelle. Si la norme reste extravertie, c’est qu’il est probable que la sélection naturelle avantage la facilité et le surnombre – c’est ainsi. Il suffirait de croiser quelques données des démographies cognitives pour en apprécier la probabilité. Ainsi, les introvertis choisissent cognitivement une sexualité sélective et demeurent continuellement motivés par des mobiles internes et nettement moins par l’attention et ses ors, et des privilèges que l’argent fournit ou la bien la reconnaissance sociale dominatrice d’influences récoltées. Comment procède la cognition qui est révélée ? Et pas la personnalité qui fut construite quelquefois dans l’ombre des récents titulaires de cette nouvelle norme extravertie. Les femmes et hommes introvertis nécessitent des aménagements très pragmatiques qui leur sont particuliers. On éprouve de ce fait que l’introversion est intimement liée à la sensitivité, voire à hypersensibilité, l’hyperesthésie et évidemment au haut quotient intellectuel.

La diversité cognitive encore méprisée au XXIᵉ siècle

Les introvertis sont pluridimensionnels et diversifiés, on ne peut claquemurer personne au sein d’agencements de préférences cognitives, comme on décide un itinéraire de voyage : le cerveau fait au plus naturel et accommodant. Il existe des introvertis et des extravertis agiles et vifs. Et d’autres plus lents au sein des deux tempéraments. Des individus animés que l’on ne peut métamorphoser et dont le mapping cognitif leur est fermement particulier, à l’instar de l’humanité toute entière. Et puis tous les humains disposant d’une paire de jambes fonctionnelles ne font pas des sprinters de génie.

Il existe de nombreux dispositifs soutenant une quête de soi juste : le mapping cognitif est une procédure permettant de se discriminer affirmativement et de s’identifier à soi distinctement. Chaque humain dispose des deux tendances extra et introvertie, ainsi qu’une posologie pour chaque individu qui reste à explorer par les introvertis qui ne savent pas encore l’intérêt de cette démarche en autoanalyse.

À Lire Aussi : 25 Signes Que Je Suis Introverti

Ma personnalité dépend-elle de mon cerveau ? Gnothi seauton

Connais-toi toi-même ! Une personnalité dont l’expression tend vers l’introversion en fonction préférée se perçoit autrement, selon son tissu psychique qui comprend la somme infinie des renseignements qui le déterminent. Se connaître de mieux en mieux évoque le choix d’une paire de chaussures, ajustée et confortable comme une paire de souliers d’antan sur mesure, luxueuse d’aisance dont l’esthétisme coïncide absolument.

Veux-tu avoir une vie facile ? Reste toujours près du troupeau et oublie-toi en lui.

Friederich Nietzsche

On ne se rend pas à un rendez-vous formel ou bien on n’excursionne pas avec la même paire : c’est un ainsi que chaque introverti va agencer son mapping cérébral aux circonstances selon ses préférences cognitives ou facilités. Les intolérants aux talons se garderont d’en arborer 10 centimètres invitant une démarche empruntée d’inconforts, comme lorsque la personnalité devient trop fausse. Alors que l’on s’est admis fortement et intimement, le monde alentour se réforme : nul nécessité d’exhiber un costume mal coupé, ceci se perçoit lorsqu’une veste est taillée pour quelqu’un d’autre. Et on constate que chaque introverti s’honorant en conservant son intégrité se trouve respecté en retour.

La liberté se paie au prix fort, incalculable

Les introvertis devraient se contraindre à se protéger des propensions exogènes, et à se refuser d’initier le moindre changement de personnalité : cela demeure une atteinte grave dont on sous-estime grandement les effets dommageables à long terme. Les introvertis qui en souffrent héritent de la responsabilité de se discerner authentiquement et respectueusement. C’est pour ainsi dire prodigieux le respect de soi, posant des limites nettes, des séparations indépassables derrière lesquelles l’introverti s’épanouit, caparaçonné. Une dignité en armure, sans en aucun cas amoindrir les sévices infligés par la comparaison, ces cicatrices bien vivantes ne saignant plus néanmoins. Ainsi l’adultisme introverti consiste à se montrer authentiquement, à s’accepter vulnérable et à s’envisager exposé et ouvert aux contradictions, sans appréhension ou dissimulation.

Les introvertis qui examinent leur équilibre particulier tentent d’approfondir leur fonctionnement individuel à se positionner en omettant la suradaptation ou la comparaison, toutes deux toxiques envers l’introversion en tempérament. Le collectif humain subsiste composé d’individus dont chacun requiert sa fonction unique dans son emplacement et le respect qui lui est imputable inconditionnellement.

À Lire Aussi : Célibat, Couple et Introversion : 20 Interrogations

Pas de crédit aux marchands d’illusions

Foule de vidéos sur YouTube et d’articles appréciés présentent des conclusions inadaptées aux introvertis proposant des modes d’emploi infructueux, voire diffamatoires. Nulle offre de clefs ouvrant enfin les enceintes du plébiscite d’être finalement soi-même, d’honorer cet appétit indispensable pour la solitude de l’énergie rechargée en retrait, cette nécessité de vivre calmement, d’affectionner cette réserve naturelle typique de l’introversion et d’en mesurer toutes les étendues de ses contributions passées et présentes vers l’avenir. La validation apparente extravertie demeure la pire des entorses et la plus inconcevable envers les porteurs du tempérament introverti, qui ne se soulage qu’en justifiant ses comparaisons.

Et aux tentations d’intégration tyranniques psychotropes sans reliefs, ces sommations humaines en homologies impossibles et déraisonnables, ces alvéoles minuscules et exagérément amoindries pour y héberger le Libre-Arbitre, l’introverti cuirassé de ses cognitions divergentes s’en moque. Sine cura.

TheIntrovertSinger

Photo : Cameron Readius, Анастасия Беккер,  AdriennTobi 

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol