Solo Dating* Introverti : Rendez-vous galant avec soi

Si on conjuguait la rencontre au pronominal ? Voilà un petit précis d’amour de soi nécessaire, même pour l’introverti en couple

Le solo dating* est un concept tout droit arrivé d’outre-atlantique, cultivé à des fins moins innocentes qu’il y paraît : puisque charité bien ordonnée implique de s’accorder la priorité en toute circonstance, il se peut que s’accorder une parenthèse enchantée en compagnie de soi-même puisse servir de catalyseur aux conflits internes que d’aucuns tentent d’éviter infructueusement. Une exhortation invitant l’introverti au retour vers soi avantageant les autres, puisque plus on s’estime, mieux l’entourage est considéré. Lumière.

Gnothi Seauton1 : Platon nous avait pourtant prévenus

« Connais-toi toi-même. » Socrate l’introverti prescrivait à ses disciples qui l’étaient certainement tout autant, demeure une préconisation immuable, indémodable : un précepte désormais folklorique et que ce solo dating en apparence futile fait transparaître plus consistant. Appréhender ses limites, c’est de ce fait éprouver celles des autres, de nos égos en quête de validation que l’on ne s’accorde pourtant pas ou insuffisamment. L’introverti éprouve cette quête involontairement puisque conçu pour l’introspection cependant, s’appréhender justement induit d’octroyer l’attention nécessaire à une relation indemne à soi que l’on omet quelquefois en faveur de broutilles exogènes, plus ou moins graves ou gênantes.

Et si l’autre demeure un reflet de soi, se prendre par la main amoureusement procure d’accorder une marque de considération en faveur de l’individu introverti qui devrait tenir la dragée haute à l’univers tout entier : Soi. Une relation intime mal apprise, loin des pragmatismes domestiques et pourtant découlant du bon sens, parce qu’une relation authentique à soi ouvre grandes les portes de la plus belle histoire d’amour à laquelle l’humain rêve et aspire. Et, peut-être l’unique lien loyal que l’on puisse escompter sans se trouver déçu, car qui ne le fut pas grossièrement déjà ?

À Lire Aussi : Quel Est le Langage Amoureux des Introvertis ?

Tomber en amour pour soi (congratulations aux Québécois)

Un poncif pas si borné si on décide de ne pas se fier à la forme, mais de quitter la surface anodine du solo dating pour en extraire l’essence. On ne tombe pas amoureux, en aucun cas : on construit une relation, graduellement et courageusement afin d’éviter de grossir la statistique des échecs affectifs et familiaux, dont on peut rappeler les chiffres affolant des divorces, frôlant le mariage sur deux particulièrement dans certaines régions du monde occidental.

Pas de téléphone : c’est discourtois

S’emmener dîner romantiquement rebute, l’image que renvoie la solitude introvertie fait craindre la stigmatisation ou le ridicule, dont le génocide imaginaire fait éviter d’affronter des peurs archaïques (à peu près) ensevelies. La frénésie romantique, le couple valeur refuge demeure certes une manière commode de vivre une facette de nos personnalités, cependant, affronter un rendez-vous dont l’unique compagnie sera Soi reste suffisamment rare y compris chez les introvertis, afin que l’on s’interroge sur le thème de l’auto compassion, de la conscience de soi, de l’attention que l’on mérite, qu’on réclame continuellement et qu’on ne se donne pas. Enfin pas en priorité.

Cogito ergo sum2 : si je suis, j’y pense

Encore une platitude des maniaques des citations : la langue de Descartes, si typiquement française dans sa précision méthodiquement lapidaire, invite ainsi à revenir à l’auto assujettissement, une exacte prise de pouvoir sur les événements adjacents. On cultive nombre de qualités internes lors de son rendez-vous introverti en miroir, on quitte les brouhahas quotidiens vers une enclave dédiée au savoir-être soi-même, puisqu’on se perd inévitablement en l’autre et tous ces intrus. Ces distractions qui éloignent petit à petit l’authenticité introvertie des décisions que l’on prend régulièrement à contrecœur, parjurant et reniant toutes ces facettes constitutives de soi. Un compromis implique d’exposer l’intégrité que l’on joue à la roulette, investissant en l’autre, à perte fréquemment, en lieu et place d’une prédominance pronominale salutaire.

À Lire Aussi : MBTI© : Secourir les Introvertis En Amour

Se retrouver demande courage

En développement personnel, que les introvertis abordent régulièrement, on évoque continuellement une zone soi-disant confortable que l’on devrait quitter à des fins d’affirmation ou de croissance. Pourtant, s’il existe bien une aire princière, c’est celle que l’on devrait tous partager en tenant son meilleur ami introverti : (encore) soi. Dans les circonstances certainement usuelles où on n’a pas pris la dimension de sa personne, en tant qu’individu, il n’est jamais ni trop tôt ni assez tard pour commencer à se fréquenter assidûment. Des fiançailles introspectives que l’on prononce, une période clé d’agrément prénuptial. On enquête au sujet de soi, de son moi, on le séduit par des douceurs qu’on s’offre, sans nécessairement ruiner sa comptabilité.

À Lire Aussi : Guide : le Flirt des Hommes Introvertis

Un déjeuner très privé, réservé dans un établissement affable et intime, ou mieux, un dîner romantique en un lieu insolite, ou mieux bis : une nuit au sein d’un château fastueux à souhait, que l’on ne savoure qu’en compagnie de soi. Un bar de palace au petit matin, un pique-nique hédoniste constitué de ses mets favoris, à l’abri de la convoitise. On cultive un individualisme introverti favorable à circonscrire le superflu. Se soustraire n’est absolument pas l’objectif du solo dating. On ne va pas au concert ni au théâtre, cela serait trop commode et si commun, et puis les introvertis ne sont pas des expansifs en quête de stimulation. On s’oblige en invitant du vide, du mutisme convoquant ses pensées, y compris les moins acceptables et politiquement correctes. On débride son pur sang intérieur désentravé des limites groupusculaires.

Un affranchissement valorisant

Qu’on soit déjà un aficionado introverti du célibat ou, bien heureux en ménage, l’auto-galanterie, cette courtoisie autoadministrée indique que l’on tient en haute estime sa capacité d’indépendance, anecdote franchement valorisante. Une estime revigorée, une preuve d’affection qu’on se porte inconditionnellement. Cette aspiration que l’on ordonne à l’autre sans pour autant engager son moi profond à y consentir, libère d’un postulat apocryphe, ce malentendu bien humain dont la perfection mythique repose sur la propension à systématiser les dissonances de nos cognitions confuses. On se choisit, soi, l’introverti divergent, on incarne sa princesse enchanteresse, ou bien son seigneur apprivoisé, évitant ainsi de s’éterniser dans des filets charlatanesques.

À Lire Aussi : Guide du Flirt Destiné aux Introverties

Un gain d’énergie psychique et de temps considérable, un réalisme que les introvertis respectent, toutefois, il y d’autres avantages à pratiquer le solo dating : c’est autant une prise de risque, une remise en question de ses accoutumances, ces pseudo-obligations que l’on emploie commodément à des fins défenseuses, involontairement, singulièrement chez certains introvertis dont l’acronyme MBTI® termine par ‘J’.

On se protège des effrois de la solitude par réflexe conditionné : celle que l’on fuie quelquefois en cédant à la mesquinerie relationnelle, l’introverti se défausse de soi par conformisme : on évite de percevoir ses manques, ses échecs et ses ineffables mécontentements. Cette angoisse à diagnostiquer ses ombres, cette part de soi que l’on évince à coup de connexions, même à temps partiel. Cette crainte de ressentir la peur a pour fonction la survie de notre espèce, et cela n’est pas les psychologues évolutionnistes qui affirmeront le contraire. Les déraisons sont conçues pour êtres dépassées, surmontées, combattues avec force, elles sont des opportunités révélant la part héroïque qui sommeille en chaque introverti.

TheIntrovertSinger

Ça en revanche, non ! On consulte incessamment.

* Rencontre solitaire

1 Wikipédia : Gnothi seauton (en grec ancien Γνῶθι σεαυτόν / Gnỗthi seautόn, API : /ˈgnɔ̂ːˌ.tʰi se.au̯.tón/, traduit par Nosce te ipsum en latin) est une expression en grec ancien, signifiant : « Connais-toi toi-même. » C’est, selon le Charmide de Platon, le plus ancien des trois préceptes qui furent gravés à l’entrée du temple d’Apollon à Delphes. La Description de Delphes par Pausanias le Périégète en confirme l’existence.

2 La-Philosophie.com : Cette citation sur la conscience est extraite du Discours de la Méthode, œuvre-phare de la philosophie de René Descartes, dans laquelle il relate sa vie et la manière dont il a pu s’appuyer sur la certitude de son existence afin de fonder une nouvelle métaphysique.

Images : ROMAN ODINTSOVHelena Lopes, Elina Sazonova,  Cátia Matos, rebcenter moscow 

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!