L’introvertie Édith Gassion : Piaf

On ne devrait en aucun cas se fier aux apparences : étude de cas

On pourrait facilement commettre l’erreur d’assimiler Édith Piaf à une extravertie roublarde et fêtarde, alors qu’il n’en est simplement rien. Cette gigantesque artiste que l’on redevrait dévisager diversement : révélons ce que ce cheminement pourtant public de Madame – pour ce qui me concerne je choisis Dame – Piaf invite à percevoir par ce parcours de vie exemplaire en résilience de souffrances intimes, profondes… introverties. Jean Cocteau écrivait de Mademoiselle Piaf, qu’elle atomisait son âme en lingots sans calculer, il se peut que la Dame ne fut peut-être pas tant coutumière des sentiments qu’il y paraît. Portrait nuancé.

« Quand tu chantes, on dirait que tu arraches ton âme pour la dernière fois »

Jean Cocteau

Prélude

Mes parents se séparent, j’ai 10 ans, nous nous installons rue Jean Cocteau, au 7 : une banale famille monoparentale au moral bien entamé. J’entre bientôt à l’internat, alourdie d’ouvrages de mon désormais premier amour, Cocteau, dont je lis tout ce que l’univers contient à son sujet. Une adoration élémentaire qui me conduisit à Édith Gassion-Piaf, son égérie-muse, la perfection faite femme. Edith Piaf est née en décembre, moi aussi. Elle vécut rue de Belleville… moi aussi. Des origines berbères… moi aussi et mon ami-confident prénommé Jean, boxeur titré à l’instar de son grand amour, Marcel Cerdan, homonyme de sa petite fille défunte, Marcelle (Dupont 1933–1935). Une enfance catastrophique, c’est encore un point commun, si on ajoute à cela quelques anecdotes, dont un mois d’octobre (même la chanson ‘je ne regrette rien’ lui a été proposée le 5 octobre 1960) qui la poursuivit tout au long de sa vie, comme mon humble je, tout ceci constitue quelques sérendipités coriaces. Quant à la voix, bien que je sois chanteuse sans micro, je précise que je lui suis inférieure en tout. Je l’aime. Et ne galvaude pas les sentiments, d’ailleurs, il ne s’agit pas d’attendrissement chez Edith Piaf, mais du cursus exemplaire d’une introvertie (quasi) résiliente, dans tout ce que représentent ces chemins de vie dont se relever et survivre est déjà un exploit. À chacun sa Piaf. À (mon) Edith Piaf, ma Génie.

Dame Piaf SF, NF, NT ?

Selon la typologie d’inspiration jungienne, le MBTI® : les préférences cognitives de chacun, la systématisation du processus décisionnaire. Un Feeler plébiscite ses ressentis, un Thinker, ses raisonnements. Dame Piaf régentait ses partenaires et les quittait constamment en premier, elle s’attachait rarement, voire jamais. Edith Piaf conseillait des hommes (plus jeunes) et était une patronne autoritaire et exigeante. Dame Piaf, cette gigantesque artiste sélectionnait, faisait et défaisait des carrières en un souffle divin et certainement pas par caprice. Elle pensait. On est loin de la grisette que l’on dépeint partout ou de l’alcoolique dépendante vacillante et tragique. Pourtant, cette travailleuse acharnée passait un temps infini à répéter et à analyser chacune de ses performances… son regard effacé, contemplatif et sa plume prolixe demeurent des indices concordant vers une introversion certaine.

Le MBTI® et Mademoiselle Piaf

On ne peut pas ‘typer’ un individu, et encore moins en son absence, puisque chacun détermine son type personnellement selon les créatrices du MBTI® elles-mêmes. Et comment attribuer des préférences cognitives à une Dame dont la vie n’a épargné aucune épreuve à ses cognitions ? On ne sait pas si Édith Piaf était hypersensible ou non, hyperesthésique ou non, en revanche on sait qu’Édith était hyperlexique malgré sa déscolarisation précoce, et que Dame Piaf était raffinée et cultivée. L’introvertie Piaf, décrite comme constamment entourée, vivait pourtant seule, décidait seule, s’attachait peu et conditionnellement. Décrite comme despotique par certains, on la craignait autant que son entourage l’admirait. Édith Piaf avait la dent dure. L’introvertie Édith Piaf accomplissait des relations en compagnie de partenaires dont elle ne se laissait pas dicter la moindre décision. Dame Piaf était déjà – à une époque pas si lointaine durant laquelle les femmes ne votaient même pas – millionnaire, lançait et défaisait des carrières d’hommes et conseillait autant les femmes que ces messieurs. Jalouse ? Ses amies femmes étaient autant remarquables sur le plan de la plastique que du reste.

Source

À Lire Aussi : Les Introvertis Ne Dansent Pas Pour Ces 10 Raisons

Une Dame libre

Dame Piaf subsistait dans la simplicité, sans ostentation – ses loges de spectacles étaient invariablement dépouillées -, elle campait sur ses lieux de vie… et évoquait candidement l’amour sans expertise ni séduction. Ni attachement. Une ribambelle mixte (et de soupirants) lui permettait d’oublier, l’alcool aussi. Dame Piaf ne s’accrochait pas aux compagnons qui traversaient sa route, elle n’en avait pas besoin. Les chansons écrites sur-mesure pour Elle, sont des témoignages de ce que vivait intimement Dame Piaf : décrite ISFP, ou bien INFP, et bien que, en effet, Piaf ait souvent été associée à des ballades dites romantiques, sa carrière est loin d’être aussi simpliste. Nombre des titres qu’Édith sélectionnait rigoureusement – Dame Piaf était féroce professionnellement – étaient des pièces difficiles à interpréter, dont les degrés de compréhension variés s’adressaient à un public diversifié.

L’Égérie Réaliste : la vraie pauvreté n’est pas matérielle

Édith Piaf est une chanteuse réaliste, elle évoque de ce fait toutes les misères affectives et intimes grâce à sa postérité. Ainsi, Elle dépeint de tout son saoul, les turpitudes humaines en des nuances de noblesse. Edith Piaf n’est pas une ‘Feeler’, mais une authentique Penseuse, stratégique, organisée. On a confondu la vedette officielle, avec l’autre, secrète… Celle qui s’est sortie de la rue par le travail, par la passion du beau chant, travaillant jusqu’à l’épuisement la moindre mesure jusqu’à la perfection. Édith Piaf n’était pas une chanteuse frêle et romantique, non : Dame Gassion entreprenait toutes ses résolutions de main de maîtresse femme. On devait obéir à Mademoiselle Piaf. Dame Piaf ne décidait pas assistée de ses émotions, elle tranchait dans le vif et avançait en cavalière solitaire. Les psychotropes l’ont-ils tuée ? Non. Son enfance, ses consanguins, sa mère, oui. Du sabotage. Irréparable.

« Édith était à facettes et c’est ce qui constituait ses qualités (pour certains) et ses défauts (pour d’autres). »

Bernard Marchois

L’introvertie Piaf négligée

Une mère irresponsable abandonne Édith. Comment se remettre d’un abandon aussi lourd et irrécouvrable ? Cette mère lui réclamera de l’attention, de l’argent ordinairement, comme nombre de ses accointances du reste : son sac à main ouvert contenait des liasses en libre accès. Édith Piaf vivait entourée de pique-assiette, avantageant de ne pas outre-penser ses débuts de vie inexcusables : Dame Piaf ne fit pas enterrer sa mère à ses côtés. Elle n’a pas pardonné.

L’introvertie Piaf maltraitée

Délaissée à deux grands-mères dont une irresponsable et sale et l’autre tenancière de maison close : en résulte une inflammation ophtalmologique, une kératite aiguë qui aveugla l’infante Édith, cette reine en devenir, durant plusieurs années. Introvertie et intelligente, Édith pas encore Piaf commençait à jouer les rossignols. Par un 15 aout miraculeux chez sainte Thérèse de Lisieux, notre Édith Piaf recouvre la vue miraculeusement ou non, peu importe. En résulta une dévotion, seule et unique attache que l’introvertie Édith toléra, celle des mondes suivants, des incarnations répétées et des vies éternelles, à l’instar de nombreux penseurs mystiques.

L’introvertie Piaf précoce

Autrice d’une centaine de chansons : peu scolarisée, Dame Édith demeure une des plus délicates plumes de France. Sa voix ainsi travaillée à même la rue, la tête baissée, exagérant son infortune en chantant, ayant compris que son pain n’en serait que plus consistant. Invoquons que Dame Piaf chantait sans amplification : en plus de ses cordes vocales surnaturelles, ses capacités vocales et son timbre étaient en évidence le fruit d’une disposition physiologique peu commune : un masque haut et une denture extraordinaire lui prédestinaient ce bijou acoustique unique. Inégalable.

Source

L’introvertie Piaf insubordonnée

Insensible aux hiérarchies sociales, allergiques au luxe et aux apparats, elle n’a jamais cédé aux ors friqués du show-business, pourtant grande vedette, si ce n’est la plus grande interprète et chanteuse du siècle. Édith Piaf, l’introvertie, démontre qu’elle cherchait peu l’harmonie dans ses relations et la diplomatie n’occupait absolument pas le premier plan de ses préoccupations.

L’introvertie Piaf décomplexée

Édith Piaf n’a jamais joué le rôle de la star capricieuse que l’on connait chez les vedettes plus émotionnelles et sensorielles : Dame Piaf vivait avec candeur les sentiments, ne s’amusant en aucun cas à singer les stéréotypes à la mode de son temps. Au contraire, Édith Piaf ne faisait pas grand cas de ses finances, cette savante du désespoir se préoccupait peu des on-dit et autres qu’en dira-t-on. Son chant lui prenait toute la place et le peu d’espace que lui abdiquait sa passion dévorante pour les vocalises était destiné à découvrir un lien réparant ses primodéfaillants, en vain.

L’introvertie Piaf avant-gardiste

Vivant une liberté que peu de femme aujourd’hui encore éprouvent, invoquons que Dame Piaf est née au siècle dernier, en 1915, émancipée dès l’adolescence, défiante, et à la manière des oiseaux migrateurs, affranchie. Télédiffusant des carrières de futures personnalités, formant des compositeurs femmes et hommes confondus, dénicheuse de futurs talents, inutile de les énumérer : dames et messieurs ont su bénéficier des générosités d’Édith Piaf, Pygmalione.

L’introvertie Piaf surdouée

Une intellectuelle, cultivée, raffinée, une vocaliste géniale, écrivant ce que décrivaient ses sentiments extravertis en inférieur : selon moi, Edith Piaf l’INTP, ayant surinvesti sa fonction inférieure dans une boucle compensatoire (l’article ci-dessous cite cette dynamique) cette féministe avant l’heure vivait au grand jour ses passions. Self-made-woman et plume émérite, parce que tout le monde chante ses tubes : Dame Piaf les composait parfaitement consciente que son œuvre intemporelle lui survivrait à jamais. Edith Piaf est sous-estimée dans ses actions sociales (plus de 400 000 individus ont suivi son cortège, en 1962 !), elle a pourtant depuis toujours incarné une figure révolutionnaire, loin des clichés attribuables aux types plus sentimentaux. Édith Piaf a fait l’éducation de nombre de ses amoureux, sans l’avoir elle-même été… quel panache !

À Lire Aussi : Les 8 Introvertis du MBTI® Réagissant au Stress

L’introvertie Piaf dépendante aux psychotropes

Indubitablement, et qui ne l’est pas ? Une accoutumance polymorphe, elle buvait très jeune, une habitude impossible à contrôler et banalement répandue dans ce contexte précis. Et puis ce drame : un couple généreux concède charitablement sa place d’avion à l’homme qu’Édith aime vraiment, lui-même cédant à la supplique empressée de sa bien-aimée qui se languissait de lui à New-York, il mourut tragiquement. Trop de peine, de remords, de regrets, quand bien même Dame Piaf, cette anti-Diva chantait en dissonance cognitive ne rien regretter, on peut en douter naturellement.

L’introvertie Piaf mystique

Rosicrucienne attendant de se réincarner : Edith Piaf l’hermétique, vivait avec les morts, souvent, en compagnie des esprits, assidûment. Partie trop tôt, elle aurait fêté son 48ᵉ anniversaire deux mois plus tard, Dame Piaf s’intéressait à l’au-delà, aux fantômes, elle-même hantée par un passé lourd, indigeste. Les Rose-Croix s’adjoignent à la sagesse, à la philosophie : comme Spinoza, ou bien à l’instar de la poétesse américaine Ella Wheeler Wilcox, Dame Piaf est demeurée rosicrucienne, creusant les mystères de la vie. « N’aie plus de passion qui te font mal, n’aie plus de désir, il faut mériter sa mort, accroche-toi aux branches, laisse-toi aller quand tu es fatiguée, ne vois que les gens qui te réconfortent spirituellement »… des extraits de son journal, ceux d’une femme d’esprit qui savait ce qu’elle ne voulait plus. Sans crainte de partir, Dame Piaf sereine s’est endormie.

L’introvertie Piaf anti-conformiste

Des hommes jeunes ? Pas tant que ça en réalité, Dame Piaf blessée par la vie, qui pique à vif ceux qu’elle choisit arbitrairement : des abandons trop nombreux et sa petite fille décédée l’ont construite, Elle, la chanteuse des pauvres, la voix des petits. Seule, sa fidèle amie et assistante durant près plus d’un quart de siècle Danielle Bonel ne la reconnaissait pas dans ce pastiche blockbuster, le film ‘La môme’ : une mauvaise caricature, éloignée de notre Édith à nous, celle qui chante les douleurs comme personne… De nombreux ouvrages opportunistes ont profité de l’aura de Dame Édith Piaf.

« Si je ne chante pas, je meurs ».

Édith Gassion-Piaf

L’introvertie Piaf musicienne hors classe : tous ses enregistrements de studio avec orchestre en une prise délibérément magistrale

Édith Piaf anxieuse après un récital, disséquant sa prestation.
Source

On tend à limiter Édith Piaf à sa voix… En évidence, Dame Piaf n’avait rien à envier aux plus illustres musiciens, elle jouait brillamment de sa voix, un instrument peaufiné à la dur, affiné par d’abondantes collaborations prestigieuses et des apprentissages diversifiés. L’introvertie Piaf n’est pas ‘qu’une’ voix, davantage une arrangeuse dont le déchiffrage inimitable si singulier laisse entrevoir les heures de travail acharné, dont les témoins privilégiés n’ont eu cesse de confirmer. Les œuvres de Dame Piaf n’étaient pas le fruit d’une pensée magique, mais de répétitions interminables, d’un entêtement et d’un perfectionnisme que les non-connaisseurs peinent à admettre. Edith Piaf s’est tuée au travail, et s’est achevée en fuyant les démons de ceux qui l’ont abîmée.

À Lire Aussi : Les Introvertis Solitaires ou Esseulés

L’introvertie Piaf solitaire

« […] Je me demande si ce n’est pas la souffrance qui donne de la valeur aux choses, je crois qu’il faut payer de larmes un véritable bonheur ».

Édith Gassion-Piaf

Tant qu’Édith n’avait pas prononcé le moindre mot au réveil, son assistante était tenue au silence. Cette penseuse retirée, Dame Piaf l’introvertie qui jouait les papillons sociaux, était une femme mystérieuse et contenue dans l’intimité, respectée et honorée par ses plus proches collaborateurs. Par tous. Et contradictoirement aux clichés véhiculés au sujet de la vie pseudo-bohème de notre Anti-Diva nationale. D’ailleurs, son second mariage (encore en octobre), elle manqua de l’annuler… Saint-Jean-Cap-Ferrat huppé, trop de célébrations et d’excès, mais surtout un cancer qui se généralisait traîtreusement : des derniers jours, effacée, sur les hauteurs de Grasse, davantage isolée. Écoutant Brel évidemment (introverti aussi). Dommage : Jacques Brel lui avait écrit une chanson en compagnie du compositeur Charles Dumont… dommage.

TheIntrovert🐦︎Singer

La Vraie Piaf – Témoignages et portraits inédits : Bernard Marchois, Charles Dumont (Préfacier)

Les derniers jours d’Édith Piaf : Documentaire réalisé par Philippe Pichon

Edith Piaf, la voix qui montait jusqu’au ciel : Documentaire réalisé par Armand Isnard

Marcel Cerdan : Wikipédia

Les divines images d’Édith Piaf sont extraites du blog d’Adrianf

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!