Les Introvertis Solitaires ou Esseulés

Les introvertis sont naturellement enclins à rechercher la quiétude d’une vie loin de l’agitation. Entretenant peu leur tissu relationnel, la possibilité d’en souffrir à long terme est envisageable. Qu’en est-il vraiment, les introvertis sont-ils épanouis en solitude ou souffrent-ils d’isolement ?

Le célibat de masse comme explication ?

La pandémie de divorce n’épargne plus personne. La capitale française compte environ 1 000 000 de célibataires, dont de nombreux introvertis, puisqu’ils comptent pour un tiers dans la population générale.

En France, on apprend régulièrement que la province serait touchée aussi par une vague d’individus choisissant ou subissant une existence sans conjoint.

On lit également une littérature abondante sur les troubles causés par la solitude prolongée. Qu’ils soient mentaux ou plus gênants quand on ne s’astreint pas une hygiène de vie saine, ils sont les effets secondaires des solitudes permanentes, et ces symptômes sont de ce fait la conséquence de la perception de sa situation.

Solitaire ou Esseulé ?

Si nous commencions par faire la différence entre se sentir seul et l’être. Car il se peut que pour les introvertis, la solitude n’ait absolument pas le même sens. La différence est considérable : La solitude décrit factuellement deux états très distincts, on peut en souffrir ou au contraire, progresser. Un esseulé souffre de ne pas parvenir établir des relations satisfaisantes. Un solitaire cultive un état d’esprit, choisissant volontairement d’investir son énergie en retrait.

Se sentir seul accompagné.

Les chiffres effarants des maladies mentales causées par la solitude dans le couple, en famille, dans une activité professionnelle ou situation familiale que l’on ne supporte pas.

La solitude à deux, est certainement la plus inconcevable à identifier, dont la toxicité est indescriptible, nécessitant d’être considérée avec sérieux.

Les introvertis qui vivent une situation insatisfaisante, personnelle ou professionnelle présentent des risques de solitude chronique en compagnie de son lot de dégâts collatéraux.

Les Introvertis esseulés.

L’introversion prédispose à la solitude prolongée, c’est un fait. Un introverti risque de ne pas réaliser qu’il délaisse cet aspect vital pour chacun, en négligeant ses besoins émotionnels.

Vivre seul ne signifie pas pour autant que l’on soit ou se sente isolé, par contre omettre qu’un humain doit impérativement cultiver des liens affectifs présente un obstacle pour la santé mentale.

Les introvertis qui se sont choisis en embrassant leur tempérament, sont dans une démarche de croissance personnelle immunisant contre la dissonance issue de désirs mal cernés. Si on se pose la question, 6 signes qu’un introverti souffre de solitude est à découvrir ici.

Le défaut le plus répandu de notre type de formation et d’éducation : personne n’apprend, personne n’aspire, personne n’enseigne… à supporter la solitude.
Friedrich Nietzsche

Esseulés par comparaison.

Toutes les normes présentent une forme d’exclusion à toutes celles et ceux qui choisissent de s’en éloigner. On nous oblige et inflige des modèles illusoires, non seulement impossible à atteindre, mais inexistants. On induit le goût de relations durables quand on sait qu’il n’est question que d’exceptions.

On ne peut pas tous vivre une vie de famille et professionnelle idéale, et c’est ce sentiment d’échec fictif qui blesse la majorité des introvertis, dont l’existence faite d’essais ratés affecte la perception d’eux-mêmes.

Les couples en photographie devant des maisons témoins des publicités, vendent un prototype imaginaire issu de l’esprit de markéteurs divorcés comme tout le monde, et probablement peu introvertis.

La qualité versus quantité.

Les besoins relationnels des introvertis sont aussi divergents que leurs esprits hyperactifs, dont rappeler l’atypie remet en perspective la notion de solitude. Un introverti n’a pas les compétences pour entretenir des relations multiples ou autrement définies, superficielles.

L’introverti nourrit peu de liens, mais ils sont authentiques et profonds, avec des personnalités enrichissantes. Sélectifs, les introvertis sont satisfaits dans la simplicité d’une proximité complice intellectuellement rassasiante.

Les Introvertis solitaires.

Se conformer aux normes sociales n’a jamais été une priorité pour l’introverti. Les introspectifs qui se comprennent et se connaissent bien, ont largement essuyé toutes les objections de leur entourage et fait le point sur leurs envies et manques. Les introvertis solitaires ont appris à accepter leur tempérament en l’embrassant pleinement.

Ils ne poursuivent pas les accointances amicales, sentimentales ou familiales accaparantes ou exigeantes, ils apprécient et comblent leurs besoins quotidiens solitaires, où ils puisent leur vitalité, leur joie et leur inspiration.

Introversion, QI et solitude.

Les Introvertis au QI élevé seraient mieux armés socialement. Selon une étude publiée par Roeper Review expliquant que les enfants doués sont rarement impliqués dans des amitiés avec des pairs, mais avec des individus plus âgés.

L‘hypothèse selon laquelle les hauts quotients intellectuels se sentent drainés et distraits de leurs objectifs par le groupe, et confirmée par un autre article publié cette fois par The British Psychological Society, confirmant une préférence nette pour la solitude chez les hauts potentiels intellectuels.

Les introvertis se sentent incompris.

Pourtant la solitude induit un état de stress permanent aux ‘normopensants’, mais peut-être que les introvertis sont eux, soumis à des tensions liées à l’hyperstimulation.

En effet, vivre sans relations sociales affecte la santé mentale, cependant les introvertis souffrent d’une solitude induite par l’absence de relations profondes, de conversations édifiantes, et de liens authentiques.

Les introvertis se sentent fréquemment seuls entourés. Malheureusement, aucune atmosphère conviviale ne comble véritablement les besoins des discrets.

La solitude ne vient pas de l’absence de gens autour de nous, mais de notre incapacité à communiquer les choses qui nous semblent importantes. Carl Gustav Jung

Le besoin d’autonomie des introvertis et la recherche d’équilibre.

Les introvertis se trouvent fréquemment piégés par leur nature réservée, cette indépendance finit par piéger les discrets dans une boucle solitaire, aboutissant une à sentiment d’isolement.

Tisser des liens ne sert à rien, s’ils sont vains et voués à occasionner plus de pertes que de contentements, le vide de certaines relations fait plus de mal que toutes les solitudes.

Quand on a compris qui on est vraiment et que l‘on s’est accepté inconditionnellement, on décharge les autres de cette tâche, et on gravit les marche de la sagesse, accompagné ou non… pourtant on sait que son meilleur ami est moins éloigné qu’on l’imagine. En soi.

TheIntrovertSinger

Friendship patterns in highly intelligent children : www.davidsongifted.org

Country roads, take me home… to my friends: How intelligence, population density, and friendship affect modern happiness : The British Psychological Society

Introverts, are you stuck in a loneliness loop ? : Jenn Granneman – Introvert, Dear

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!