Introvertis : 8 traits attirant les personnes toxiques

Pourquoi certains introvertis sont-ils des cibles vulnérables ?

De nombreux introvertis ont eu à démasquer les intentions d’un proche, dont l’agenda n’avait rien prévu d’autre que de l’entraver, à des fins égoïstes. Il y a deux raisons simples à cela : les introvertis se laissent piéger par la subjectivité de leur perception et par leurs indécisions à confronter l’évidence.

Cependant, les introvertis possèdent un cerveau conçu pour étudier et décomposer toutes sortes d’enjeux complexes, y compris affectifs. Ces penseurs sont entrainés à discerner et discriminer les comportements pour s’éloigner de ce qu’ils jugent inappropriés. Ces personnalités discrètes qui préfèrent amplement leur propre compagnie à la médiocrité d’un lien superficiel sont supposées être armées et immunisées contre la tromperie. Pourtant, comment se fait-il que ces fins analystes se trouvent piégés dans des impasses relationnelles ?

Quel introverti ne s’est pas découvert coincé dans une relation à sens unique ? Qu’elle soit sentimentale ou simplement amicale, se trouver exploité sentimentalement est blessant. Au travail ou en famille, les discrets sont susceptibles d’encaisser l’inacceptable. On sait que les introvertis doutent et évitent les confrontations. Ce sont des espaces dans lesquels se glissent les personnalités difficiles pour combler leurs manquements. Les abus émotionnels sont plus fréquents qu’on l’imagine, pour les raisons qui suivent.

Être libre, c’est savoir dire non. Jean-Paul Sartre

I – Les introvertis doutent.

Une personne récemment divorcée ou séparée désabusée, définirait avec cynisme le Syndrome de Stockholm comme le mariage : connaître de l’affect envers son bourreau, et cela s’applique à toute forme d’engagement. Les relations que les introvertis subissent sont basées sur une déformation de leur perception, car les discrets peuvent mettre du temps à se détacher d’une croyance.

II – Les frontières des introvertis sont floues.

Parce que les personnalités difficiles assimilent à de la faiblesse, l’absence de manifestation tapageuse, les discrets fuyants les affrontements par confort peuvent laisser longtemps une situation pourrir, sans pour autant avoir donné leur consentement, tout en étant parfaitement conscient que le problème doit être adressé.

C’est parce que l’introverti accorde le bénéfice du doute trop souvent, que l’autre ne prend pas conscience de ses erreurs.

C‘est la dissonance cognitive (Leon Festinger), ou bien des contradictions générant la confusion, que les individus toxiques emploient et sur lesquels ils s’appuient. Un introverti sait qu’une manipulation a lieu, mais continue d’interagir avec le tricheur, ou plus simplement, à se compromettre par tolérance, en rationalisant par auto-persuasion.

III – Les introvertis sont incompris.

Cela rend les discrets attaquables parmi les prédateurs, qui emploient leur empathie froidement. Nous savons que se sentir différent ou en décalage renforce une perception d’inadéquation de soi. On est nettement plus vulnérable quand tout à coup, un individu possédant un arsenal d’attitudes valorisantes, miroite les qualités de l’introverti, qui se sent reconnu par l’autre. Malheureusement, toute la relation qui suit n’est qu’une série d’invalidations.

IV – Les introvertis résolvent les problèmes.

Les discrets sont tous porteurs d’une caractéristique essentielle : l’introspection. Associée au doute, la culpabilité admet toute sorte de remise en question, une aubaine pour les personnalités difficiles et opportuniste, un véritable don du ciel. Les introvertis ne projettent pas, au contraire, ils intériorisent toutes les données, avec pour particularité de tenter de solutionner les complications. Cette aptitude ou habitude sert de baguette aux personnes toxiques rompus à l’art de créer du chaos autour d’eux.

V – Les Introvertis écoutent profondément.

Cette compétence typiquement introvertie offre aux personnalités toxiques des opportunités d’influence considérables. En effet, ayant cultivé l’habitude de concentrer son attention sur l’autre, en ouverture totale, le discret se met dans la disposition compromettante d’une éponge ultra absorbante. Dans le meilleur des cas, on demeure au stade d’une oreille compatissante et cela reste dangereux intérieurement, mais dans un scénario plus sombre, on se retrouve bloqué à l’étape suivante.

L’égaré demande son chemin, l’affolé demande l’heure, la minute, l’année, le mendiant l’aumône, le condamné grâce. Certains ne demandent rien. Jacques Prévert

VI – Les introvertis évitent les conflits.

Comme d’autres évitent les microbes. Cela se traduit chez certains introspectifs par de l’évitement, d’autres sont passifs jusqu’à l’atteinte de leurs limites, mais les discrets dans leur ensemble n’ont pas cultivé le goût pour les confrontations et les affrontements. Les introvertis sont susceptibles de laisser une situation s’envenimant et s’aggravant par commodité, dont les personnalités toxiques profitent pour s’autoriser des libertés liberticides.

VII – Les introvertis “empathisent” ou sympathisent.

Cela dépend de ses fonctions cognitives, dont on découvre les rôles dans cet article. Les introvertis sont tous soumis à la subjectivité, mais certains plus que d’autres, dans les deux cas, les discrets se mettent à des degrés différents dans une grande promiscuité émotionnelle ou affective, ou encore intellectuelle, qui ouvre la porte à des abus, des franchissements de limites, difficilement décelables dans ces conditions.


« Je me dois à moi-même ; plus je suis isolée, moins j’ai d’amis et de soutiens, plus je dois me respecter.” Charlotte Brontë, Jane Eyre

VIII- Les introvertis exigent (trop) peu.

Non seulement les introvertis sont très autonomes et autosuffisants, mais ils réclament peu d’attention, et c’est certainement un des aspects les plus fragilisant en matière relationnelle. Les introvertis qui posent peu de limites ou contraintes à un entourage nuisible, qui l’interprète comme une faiblesse et une absence d’estime de soi. Les rapports de force et la rivalité sont les bases de nombreuses relations, et les discrets en sont les témoins étrangers, ils se respectent en refusant de s’y associer. Il faut beaucoup de soleil pour qu’apparaisse l’ombre, comme les introvertis confondent leur lumière avec une luciole.

TheIntrovertSinger.

TheIntrovertSinger

Learn More →
العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!