Les Introvertis Rencontrent Ces 13 Bullies Au Travail

Qui sont ces tyrans du quotidien que les introvertis connaissent trop bien ?

Nous en avons tous connus un ou plusieurs, de ces personnalités métamorphosant une journée de travail en long calvaire insupportable. Jusqu’au jour du conflit, ouvert ou non, l’introverti rase les murs en évitant comme la peste bubonique, de croiser le regard désœuvré d’un bully ordinaire. Portrait sur papier glaçant.

Les introvertis, des cibles commodes ?

Encore une fois, oui et non. Peut-être qu’en arrivant au sein d’une entreprise, l’introverti – s’il est bien dans sa peau – met en effet sa belle assurance – bien dissimulée en effet – au rebut.

Cependant, si un discret se trouve aux prises avec l’un de ces individus mal calibrés, son tempérament demeure une échappatoire efficace :

Perméable, l’introverti conserve de nombreuses cartes dans ses manches, dont il fait un usage modéré, avantageant de surprendre un adversaire qui ne s’attendait pas à voir surgir la véritable personnalité de l’introverti.

Un discret en bonne santé mentale est redoutable voire têtu. Gare à celui qui mal y pense. Ils sont désormais prévenus.

À Lire : Introvertis : 8 traits attirant les personnes toxiques

13 bullies que l’introverti croise professionnellement

1 Le psychopathe

Il peut être modérément offensif physiquement, en revanche le bully psychopathique est narcissique et cruel. L’introverti le croise parfois en supérieur hiérarchique ou bien confrère, intrusif et sinueux, ses actions sont délibérées.

Exploitant les vulnérabilités, en fin prédateur, cet individu sait crocher les pieds de ses collaborateurs finement. Le bully psychopathe est un dictateur sans émotion, il exploite les ressources à sa disposition égoïstement.

Les psychopathes n’aiment pas les introvertis, ils sont trop méfiants, difficilement influençables et manipulables, malgré les apparences.

2 Le hurleur

Un individu ayant d’immenses difficultés à contenir son impulsivité, projetant leur mal-être vocalement, au moindre accro.

Ce bully cherche à instaurer des rapports de forces avec chaque coéquipier, irascible. Les introvertis moins impressionnables, néanmoins davantage hyperesthésiques, sont immanquablement surstimulés par la présence de ce collaborateur mal embouché et menaçant oralement.

Un discret se sent indisposé par les joutes verbales du criard mal embouché ; le hurleur est menacé de se trouver face à un introverti imposant sa voix à l’octave, un jour de grande lassitude psychique.

3 Le gourou

Le séducteur incommodant, sachant tout, fréquemment capable dans son activité néanmoins faillible, et c’est précisément ce que les gourous craignent le plus : leur vulnérabilité divulguée.

Le verbe haut, la chemise impeccable, ces individus sont inévitablement associés aux traits narcissiques somatiques, aisément identifiables.

L’introverti insensible à la minauderie demeure une cible pour cet individu pétri de croyances sur les discrets, cherchant à se fournir narcissiquement. Vainement.

4 Le copy-cat

La collègue qui imite, ou le collaborateur curieux n’ayant aucuns scrupules : ces individus paraphrasent, plagient et s’approprient le travail des autres sans aucune gêne.

Ces individus savent mentir et peuvent entraver l’introverti hébété par tant de culot et si peu de déontologie, manifestés par ces personnalités creuses, repérant chez les discrets, de quoi alimenter et contrefaire, temporairement.

Un discret met rapidement les points sur les i, à ces voleurs soumis à leurs complexes, spécialement celui d’infériorité.

À Lire : Assister les Introvertis Dans Une Relation Toxique

5 Le critiqueur

Couramment de mauvaise foi, un individu adulateur de la dépréciation au point d’en affliger l’entourage professionnel. Une espèce de perfectionniste par contumace, exigeant des collaborateurs une rigidité psychologique l’accommodant complaisamment.

Un introverti équilibré ne se sent pas en danger face à cet aboyeur. Confortablement installé dans sa caravane qui passe son chemin, laissant le roquet s’époumoner pitoyablement.

6 Le libidineux

Il y en a immanquablement un.e, cette personnalité limite, fait en sorte d’érotiser toute interaction. Un introverti pratique rarement la promiscuité, particulièrement au travail. Indifférent, le discret fait en sorte de ne pas donner le change.

Bien qu’il soit évident que ces individus mal régulés, transforment leur lieu de travail en terrain de jeux sexuels inappropriés. Les limites sont peu laborieuses à poser pour l’introverti, agacé par la trivialité inconvenante dans un contexte professionnel.

7 Le faux-cul

Le poignard à la main, plantant dans le dos à la première occasion : déloyal pour tous, abaissant, l’hypocrite sait que l’on l’a démasqué, toutefois continuant de jouer ce rôle ingrat, changeant de camp, alimentant des conversations impropres aux dépens des autres.

Un discret sait confondre un faux-cul à la minute à laquelle ils sont à proximité – l’introversion exige de se former à l’expertise du langage non verbal – et fait en sorte de ne lui confier qu’une information erronée, afin d’en avoir l’esprit net.

8 L’excluant

À l’instar de l’hypocrite, celui qui évince fait en sorte de prendre des décisions produisant l’exclusion implicite d’un collaborateur.

La jouissance de ce type de sadique est issue de sa stratégie de diviseur/régnant, cimentant des alliés au détriment d’un individu.

Si un introverti se trouve aux prises avec ce type de personnalité, et cela est probable puisque l’on est divergent, en faire la lumière et l’exposer publiquement flegmatiquement, est une clé. En revanche le silence est à prohiber précautionneusement.

9 Le déléguant

Celui qui décèle des aubaines partout, sympathique toutefois flemmard, déchargeant sa charge de travail sur un élu habilement :

Il flatte l’égo, dithyrambique et louangeur, sachant jouer les camarades pour trainer à la pause déjeuner ou à la pause café, en délestant ses obligations sur sa victime.

Un introverti peut tout à fait se trouver bloqué par un individu peu menaçant au commencement, terminant excédé par la nature sans-gêne du déchargeur. Idem, l’introverti qui remet les pendules à l’heure, s’économise du temps.

10 Le saboteur

Bien connu des introvertis qui ont travaillé dans un environnement compétitif, les démolisseurs sont extrêmement déterminés et vindicatifs, capables du pire pour obtenir ce que l’introverti – ou un autre collègue – possède :

Cela peut être une aptitude ou un poste, que le saboteur fait en sorte de briguer, sans aucune éthique.

Ces nuisibles planifient que l’on échoue, brouillant les voies menant à eux, lorsqu’ils atteignent un de leurs objectifs sinistres. Ils sont capables d’incriminer à leur place. Un discret méfiant en vaut 2.

11 L’histrionique

Qu’il s’agisse d’une femme ou d’un homme, l’histrion fait en sorte qu’on le remarque et que toute l’attention lui retourne.

Aussi bruyant que le hurleur, cultivant la jovialité afin de nourrir un égo atrophique, encore une fois.

Évidemment, les personnalités cherchant à monopoliser l’entourage professionnel, sont frustrées par les introvertis, qui ignorent mécaniquement ces manifestations, inconfortables cognitivement. Chou blanc.

12 Le fayot

L’inéluctable dans une structure professionnelle, reste le lèche-bottes.

Passant d’une paire à l’autre, et peu sélectifs, ces faux ambitieux sont en réalité des insécurisés, moins nocifs que les narcissiques, bien que ces personnalités retorses emploient régulièrement la flatterie pour obtenir leurs aspirations.

Un introverti peut se sentir irrité par ces tempéraments extravertis, sans appétence pour les relations de surface, dont les bavardages mondains laissent le discret spécialement indifférent.

13 Le Beauf option plouc

Des blagues dont on ne se rappelle déjà plus, des tenues douteuses, et des goûts du même ordre, le beauf option plouc cumule les mandats :

Rarement apprécié des introvertis, toutefois moins funeste et toxique que certains autres bullies, ce néanmoins agresseur dépasse souvent des limites. Notamment en matière de courtoisie élémentaire, dont certains jours incommodes, le plouc finit par importuner un discret généralement arrangeant.

À Lire : Introverti : La Confiance en Soi, Mythe ou Réalité ?

Bonus hors catégorie : le gossipeur

Indiscutablement, l’agressivité de ces individus et la nocivité de leurs comportements ne sont plus à présenter :

On apprend une rumeur à propos de soi ou d’un collaborateur dont on est éventuellement proche.

Des déformations de propos, des spéculations, des bruits de couloir inélégants, portant sur des éléments de vie fréquemment privée.

Ces personnalités font peu cas des dégâts qu’ils causent, ruinant des réputations, comme bon quelquefois leur semble. Cela peut aller loin, si l’on identifie la source tardivement.

Un discret peut confronter ces indiscrétions, en employant sa capacité à se soustraire émotionnellement, afin d’exposer un ragot et son auteur publiquement.

TheIntrovertSinger

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!