La Fatigue Sociale des Introvertis En 12 Signes

Comment repérer qu’un introverti est épuisé socialement et psychologiquement ?

C’est un des maux typique lié au tempérament introverti. Les introvertis doivent limiter ou contrôler leur énergie avec plus de vigilance que les autres, et cela n’est malheureusement pas toujours possible. Quels sont les signaux laissant présager que l’on est en train de franchir un niveau de fatigue sociale psychiquement gérable ?

Les introvertis vivent tous avec la crainte de l’épuisement social.

Nous ne sommes pas égaux, et ce leurre dont on nous rebat les neurones n’a plus sens aujourd’hui, puisque nous sommes capables collectivement – ou espérons que nous le soyons – de considérer l’équité plutôt qu’une égalité théorique, et que des individualités demandent à sortir de leur placard afin de prendre leur place, à leur façon, au sein d’une société uniformisante et monochrome.

Nos cerveaux ne sont pas conçus identiquement, les combinaisons génétiques sont innombrables, et bien que le séquençage du génome humain n’est plus une entrave, on continue de nous faire croire que nous sommes des clones remplaçables, sans envisager un seul instant que l’on puisse tout simplement léser significativement un individu singulier, comme un oiseau que l’on prive de ses ailes, ou bien en jugeant un poisson à sa capacité à grimper aux arbres, pour paraphraser un célèbre physicien.

Les plus concernés sont les introvertis débordés.

Le discret interagit tout le temps, forcé de contrarier sa nature pour finir par perdre le peu de capital psychique, énergétique et physique subsistant, à la faveur de trop de stimulations et d’activités socialement drainantes ou psychiquement préoccupantes. Une balance déséquilibrée entre les rentrées et sorties, fabrique des débits énergétiques et aucun crédit disponible pour encore une fois compenser un équilibre naturellement sensitif.

Les plus fragiles chez les introvertis sont celles et ceux ayant un terrain, une césure laissant échapper son énergie : un vide psychique absorbe une chimie interne sensible. Un discret ayant de lourdes responsabilités familiales, un ou des enfants ayant des besoins spécifiques ou des introvertis occupant une fonction de soignant. Ou bien traversant une étape cruciale de vie ou encore des obstacles générant un stress, devenu chronique. Ou bien aussi un introverti occupant une fonction dont les pressions deviennent insupportables, et évidemment les introvertis souffrant d’une pathologie ou divergence qu’il faut contrebalancer, aboutissant à un épuisement inévitable.

Lire aussi : Gérer la Gueule de Bois Introvertie En 5 Points

Les 12 pertes des épuisés sociaux introvertis.

1 – Perte de joie.

Irritabilité. C’est une voix habituellement posée qui devient soudainement plus métallique, un ton cassant et abrupt. Un introverti fatigué devient sec et s’impatiente nettement plus rapidement. On le voit s’agiter sans raison, en apparence bien sûr, car intérieurement, le discret est déjà en train de se rendre compte qu’il a trop tiré sur l’élastique, et qu’il va bientôt claquer très fort.

2 – Perte de concentration

L’hyper focalisation des introvertis est tout à fait légendaire, et cette perte dans les cognitions on le sait est alarmante : l’introverti épuisé doit désormais faire des efforts là où usuellement il n’en fournit aucun. Une conversation agace, et devient rapidement un brouhaha dont on ne capte pas une bribe. Les tâches deviennent de longues et pénibles besognes, les journées n’en finissent pas de s’allonger tant le défaut d’efficacité fait perdre du temps.

3 – Perte d’attention.

Un black-out mental, une extinction cérébrale inopinée, comme une cataplexie, une anesthésie générale sans intraveineuse. L’introverti épuisé est absent : regarde, mais ne voit pas, entend, mais n’écoute pas, parlant, mais ne s’exprimant pas. Une voiture roulant au point mort dans une descente, et l’on sait que l’on descend rarement en s’élevant. Et si par hasard le discret lit ou regarde un document ou film, on ne fait qu’observer apathiquement des lignes défilantes, un écran clignotant, tétanisé, hypnotisé.

4 – Perte de mémoire

Première vraie difficulté embarrassante : on fait deux fois la même chose, posons plusieurs fois la même question, ou tourne en rond sans savoir quelle fut la première intention. C’est une perte délicate pour l’introverti qui s’appuie à 100 % sur son cerveau et ses capacités habituellement, et là c’est un peu comme se promener tout nu dans la rue, fâcheux et fautif.

5 – Perte de plaisir

Le goût des choses, on le perd quand on est fatigué : si on aime vraiment marcher à la pause déjeuner, on ne le fait plus. Un introverti fatigué socialement cherche à éviter tout contact pour conserver de quoi finir ses journées, ses semaines et le mois à venir. Un repas sans saveur ou la vie en gris, quand on est psychiquement éprouvé, tout ce qui est source de plaisir devient presque énervant.

6 – Perte de sommeil.

Voilà les cycles circadiens qui viennent aussi éveiller des soupçons : soit on dort vraiment trop et se lever devient insupportable, soit on ne dort pas vraiment, on se réveille trop tôt et dans les deux cas, on n’est plus tout à fait soi-même physiquement : des traits tirés, une mine à faire peur, le regard est sombre et l’introverti automate perd des repères, déboussolé.

Lire aussi : L’Hyperstimulation Chez l’Introverti En 18 Signes

7 – Perte d’optimisme.

Des sautes d’humeurs incompréhensibles, un roller coaster émotionnel éprouvant. Les introvertis sont connus pour leur pessimisme, mais cela est plus ennuyeux quand il est vraiment épuisé socialement : c’est le sens qui disparaît, avec les envies. La perte d’optimisme par fatigue est essentiellement attribuable à l’absence de carburant. Ce n’est pas l’esprit critique usuel que l’on manifeste, mais un abattement de découragement.

8 – Perte de souplesse.

Pour certains c’est un dos qui coince, et là plus le choix que de prendre soin de soi et de s’arrêter. L’arrêt maladie, c’est exactement ça. Si l’on souffre déjà d’une condition elle s’accentue, si l’on présente une différence, elle devient centrale. Le corps fait mal comme il ne digère plus normalement, le transit est affecté autant que l’humeur, et pas simplement parce que l’on est anéanti. Parce que le risque de blessure est évident lorsque l’on perd une partie de ses facultés mentales. Conduire en transe, cuisiner assoupi : on remplit ses obligations avec témérité.

9 – Perte d’agilité mentale.

La concentration devient compliquée, c’est une manifestation habituelle du surmenage. On perd en facultés cognitives, non seulement dans les tâches complexes, mais aussi à la réalisation des gestes du quotidien, comme garer son véhicule, prévoir et organiser le domestique, préserver des routines efficaces. On oublie ce que l’on vient de lire, et un discret habitué à se reposer sur ces facilités intellectuelles perd ses repères, fragilisé et anxieux. On est en retard, inefficace, hors de soi.

10 – Perte de désir.

La sexualité est affectée en premier quand on est fatigué, la perte de libido, c’est aussi l’énergie poussant à faire l’effort de se présenter à son avantage, de susciter ou permettre le désir, y compris de vivre. La fameuse pulsion de vie, impulse dynamique, un courant électrique court-circuité chez l’introverti cherchant son courant alternatif, ou un générateur.

Lire aussi : La Sexualité des Introvertis En 10 Points

11 – Perte de sociabilité.

Quel introverti ne fuit-il pas les interactions au quotidien ? On les voit négliger leur téléphone déjà habituellement, mais quand l’introverti est vraiment épuisé socialement, il perd le reste de ses facultés sociales, redoutant le moindre contact : ni les SMS ou mails font l’objet de l’attention de l’introverti qui ignore délibérément toutes sollicitations avec irritation.

12 – Perte de fluidité verbale.

Bafouiller est assez usuel chez les introvertis et chercher ses mots n’est pas du tout inhabituel pour un discret. Pourtant un introverti épuisé perd le fil de ses pensées, et les articuler distinctement se complique significativement, l’introverti est imprécis dans ses choix de mots, commet des erreurs et confusions. Se taire est un besoin impérieux que l’introverti manifeste avec exaspération ou lassitude, selon l’interlocuteur.

TheIntrovertSinger

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!