Être Parent Quand On Est Introverti

Comment l’introversion affecte-t-elle la parentalité ?

On devient parent à la minute où cela tombe sur soi et c’est un privilège que d’élever l’esprit et la conscience d’un enfant, être témoin de son évolution, d’en apprécier son individualité, l’expression de sa singularité, et de bénéficier de la primauté de son processus d’éclosion. Toutefois est-on réellement un ‘parent introverti’ ?

C’est une drôle de question. Cependant à la lecture des articles disponibles sur l’internet, j’avoue avoir des difficultés à témoigner de la sympathie pour ceux traitant “d’introversion parentale”. La parentalité est une fonction innée qu’on acquiert en la découvrant. C’est paradoxal. Néanmoins pas tant que ça.

Comme tous les « événements » liés à la reproduction, il n’y a strictement rien de nouveau sous le soleil. On perpétue l’espèce en y mettant toute sorte de petits cœurs, en espérant que ça masque la (traditionnelle) banalité de la vie.

Une parenthèse enchantée.

Les introvertis sont pluriels et ne peuvent pas se fondre sous l’appellation introvertie sans y poser quelques différentiations essentielles. Une maman introvertie est avant tout une femme ayant de nouvelles priorités : son ou ses enfants. Son introversion lui fournit soudainement un supplément de calme et d’endurance, plutôt avantageux, jusqu’à ce que ce que les passages des très petites années du tout petit, devenu plus autonome, laissent plus de champ à sa maman, désormais mère à vie.

Des introvertis parents hyper responsables.

On n’a jamais été aussi bien soignés et en sécurité qu’aujourd’hui, malgré les discours anxiogènes médiatiques (en Europe occidentale). Les introvertis sont des individus responsables, et la parentalité est un engagement, dont on sait la pesanteur. Il s’ajoute de nombreuses obligations sociales liées à la parentalité. L’introversion à ce moment de sa vie devient une alliée, une différence profitable sous-jacente. On retrouve son introversion lors des épuisements réguliers, mais c’est cette compétence introspective qui rend la parentalité introvertie unique, et très apaisante pour les enfants.

La maturité des parents introvertis.

Il n’y a rien de plus important que la relation à son enfant, la priorité des priorités fait trouver des ampères là où on ignorait en posséder. On pousse ses limites, on va aussi loin que ce petit adulte en devenir décide d’envoyer son parent introverti. Les introvertis ne reproduisent pas, ils avancent.

Savoir d’où on vient.

Ne pas jouer un rôle, l’enfant détecte les masques, c’est sa fonction. C’est aussi permettre à son enfant de connaître l’introversion de son parent. C’est donc apprendre à découvrir la diversité de tempéraments, et reconnaitre le sien.

Comment utilise-t-on son cerveau ? Dans quel ordre et comment le champ émotionnel interfère-t-il dans les relations qu’on a eues avec ses parents, avec sa famille, dont il est le dernier maillon fort ? On n’est pas un électron libre, on vient mettre un enfant dans un bourbier linéaire, la lignée du sang, des atavismes à rompre consciemment, sans animosité.

Élaborer ses circonstances.

Dans sa famille de naissance, quels abandons et quels ajustements nous ont-ils été légués ou confisqués ? Que transmet-on à son petit d’Homme ? Ce sont des choix fondamentaux, cette petite personne si singulière avec ses caractéristiques qu’on observe dès sa naissance, et avant, in utero. La parentalité pour un introverti, c’est une aventure intérieure, un voyage étourdissant, durant lequel on découvre les secrets de la vie. On voit devant soi la vérité la brute et piquante, on découvre la crainte et le courage, et rien de ce qu’on croit savoir ne se confirme.

L’atout des parents introspectifs.

Il y en a un, et pas des moindres : l’introspection. Un introverti est le parent le plus respectueux qui soit. Il ne projette jamais. Il reflète, sympathise, et reformule. Sans couvrir de honte son petit. L’introversion est patiente et férue de parentalité légitime. Les introvertis savent mesurer l’ampleur de cette mission, faire grandir l’autonomie et l’indépendance d’esprit, chez un être pour lequel l’amour qu’on éprouve, se manifeste par un respect infini.

Des parents au cerveau introverti.

Les enfants d’introvertis sont chanceux. Ils ont l’espace et le temps de grandir avec au moins un parent au cerveau étonnant. Cela se traduit par une parentalité atypique, évidemment. Une mère introvertie entretient une véritable complicité intellectuelle entre elle et son enfant. Une distance véritable respectant son originalité, cette contradiction équilibrante, est la base d’une relation parentale introvertie.

Les enfants d’aujourd’hui sont passionnants.

C’est un peu le cadeau de la parentalité introvertie, on entend partout des discours alarmants sur l’éducation moins stricte et les plaintes habituelles des « mal dans leur tête »… la réalité est nettement plus heureuse, même pour un parent pessimiste introverti. Les enfants ont accès à toutes les informations culturelles possibles et imaginables. «Je suis la maman d’une encyclopédie vivante, passant et puisant toute son énergie à se cultiver ». Les introvertis savent ou apprennent à révéler la personnalité unique de leur enfant.

Le parent introverti est un don.

Un vrai cadeau pour cet adulte en devenir. Les introvertis sont des parents ayant des limites. Sait-on que des frontières saines sont ce qui manque à toute relation ? Les limites, quand elles sont explicites, sécurisent l’enfant d’un parent introverti. L’enfant sait qu’il est en confiance, validé et respecté quoiqu’il arrive. Les enfants de parents introvertis vivent psychiquement à l’abri. Les mamans introverties sont des amazones du cortex, des mères fortes et fidèles à leur serment d’ériger un adulte complet.

Les parents introvertis stimulent.

Ce sont des mentors par excellence. Ils ne demandent rien et donnent tout. Les introvertis sont très introspectifs, il suffit d’observer un introverti pour comprendre que son esprit lui appartient et qu’il ne se considère nul pouvoir sur autrui, et encore moins sur son enfant. Les revers relationnels sont impossibles, quand l’enfant d’un introverti sait que sa place lui est assurée. Que rien ne change jamais dans son accueil, la consistance d’un parent introverti fait paratonnerre. Contre l’instabilité des fausses libertés.

Les parents introvertis protègent.

Les introvertis rejettent la médiocrité et ne se l’accordent pas. La parentalité des introvertis n’est au fond que la manifestation de leur personnalité, parce que les introvertis ne lient pas forcément leurs émotions et leurs vies affectives avec leur mission parentale. L’affection est inconditionnelle chez les introvertis, rappelée à chaque étape de développement, lors des échecs encore plus. Les introvertis ayant un circuit de récompense lent et gracieux, les parents introvertis ne se couvrent jamais de lauriers des achèvements de leur enfant. Un parent introverti ne s’est pas offert un accessoire en devenant parent. Le parent introverti trouve dans la parentalité une opportunité de croissance, et ne s’en prive pas.

Les enfants sont nos enseignants.

Les parents introvertis ne vont ni aux réunions de parents d’élèves, ou sorties et fêtes, la fleur au fusil. Ils le font comme leurs devoirs, sans se poser de question, ce sont des redevances dont on a rêvé et les introvertis s’en souviennent à chaque instant. L’amour (le respect) déplace des montagnes. Les enfants sont nos maîtres, les introvertis dont l’introspection trouve enfin une tâche à sa mesure, un casse-tête extraordinaire, un tremplin d’apprentissage : on apprend tant de soi à voir son enfant évoluer, forcés d’avancer aux mêmes tempi.

Ce privilège, les introvertis le mesurent avec précision. C’est avec gratitude que le parent introverti remercie son enfant de lui avoir fait le don d’entrer dans sa vie, rendant hommage à son intelligence.

TheIntrovertSinger

http://theintrovertsinger.com/2019/12/25/quelles-sont-les-idees-recues-sur-les-enfants-introvertis/
العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!