Être Introverti et Souffrir de Dépression

La dépression des introvertis sans tabou

On en parle peu, pourtant de nombreux introvertis vivent des périodes d’isolement mental que l’on connaît sous le terme dépression. Bien qu’aujourd’hui des mains tendues soient accessibles, faire la démarche de reconnaître son état demande un effort compliqué à mettre en œuvre.

« Les personnes silencieuses ont les esprits les plus bruyants. »

Stephen Hawking

Je viens de passer un test relativement anodin en ligne concernant mes blocages inconscients. Le résultat indiquait qu’un perfectionnisme destructeur m’aurait empêché de m’accomplir, bien que ce test n’ait pas de valeur scientifique, je l’ai trouvé suffisamment intéressant pour faire le parallèle entre l’inconscient et ces manifestations majeures que les introvertis connaissent trop bien : la rumination, l’anxiété, le stress, la mauvaise estime de soi, et le perfectionnisme.

La dépression est l’incapacité à construire un avenir.

Rollo May

Quel introverti n’a pas vécu un épisode de grande fatigue psychique, qui s’est traduite par de longues absences de son self habituel ? Ce sont des phases durant lesquelles l’introverti change, et bien que l’on puisse sortir grandi d’une longue période de tristesse inexpliquée, on n’en sort pas indemne.

Le découragement est la mort morale.


Sosthène de La Rochefoucauld-Doudeauville

La rumination des introvertis favorise la dépression

On sait que la personnalité est largement héritable et donc innée. On distingue les dépressions notamment par celles qui font l’objet d’une conséquence après un choc, les états réactionnels et les états chroniques, comme la dépression souriante que l’on retrouve dans cet article consacré à la dépression de haut niveau qui n’empêche pas de fonctionner, passant fréquemment inaperçue, augmentant le risque d’un épisode asthénique plus profond. Les introvertis naissent conduits par leur tempérament, ils font partie des populations à risque, de nombreuses études ont démontré qu’un névrosisme accru favorise l’apparition de troubles de type dépressif.

La tristesse n’est rien d’autre qu’un mur qui s’élève entre deux jardins.

Khalil Gibran

Le risque de dépression chez l’introverti

C’est évidemment le chemin acétylcholine, combiné à un système nerveux plus tranquille qui expliquent les réserves des introvertis, si on associe cette atypie évidente à un esprit hyperactif, on détermine facilement cette concordance. On ne peut pas se sentir libre avec de telles prédispositions sans en avoir fait l’expérience, personne ne prévient un introverti qu’il vit avec cette épée de Damoclès par-dessus la tête. L’anxiété chronique de l’introverti et son pessimisme habituel n’aident pas à trouver des échappatoires efficaces lors de ses épisodes de ruminations incessantes.

Je ne cherche pas à connaître les réponses, je cherche à comprendre les questions.

Confucius

La prédisposition des introvertis

Cet article publié par le psychiatre David Janowsky de l’université de Californie, auteur et co-auteurs de dizaines d’articles traitant de sujets connexes à la dépression, qui fait le lien entre la personnalité sous-jacente et certaines pathologies et souffrances mentales. Ces articles nombreux soulignent que certaines personnalités comportent un terrain à risque. Les introvertis savent qu’ils filtrent avec inquiétude les événements, dont ils interprètent les issues avec critique. Ce sont ces caractéristiques typiquement introverties qui favorisent l’apparition d’états dépressifs plus ou moins sévères.

On ne meurt pas d’ennui, mais on peut mourir d’angoisse.

Ivan Tourgueniev

Les introvertis s’interdissent de ressentir leurs émotions

Combien d’émotions par jour un introverti réprime-t-il ? C’est un stock infini de sanglots maintenus. « Si je me laisse aller maintenant, mes larmes ne cesseront plus de couler ». Quel introverti ne surmonte-t-il pas le pire aidé de ce mantra ? Un introverti se confie avec beaucoup d’hésitation, souvent le discret vit ses problèmes dans une grande solitude affective et sociale. Garder la tête haute fait courber les épaules petit à petit. Les introvertis adoptent un flegme apparent permettant de garder une distance certaine entre soi, les autres et son champ émotionnel, et on empêche ce chaos intérieur que l’on refrène par contrôle. L’explosion contenue des introvertis nécessite d’être adressée et la dépression s’installe.

Sonder son inquiétude, c’est l’exaspérer.

Robert Sabatier

Être trop sélectif socialement isole

L’anxiété sociale fait hésiter longuement avant de trouver les ressources personnelles pour se laisser empoigner la vie, sans “avant et arrière- pensées”. Apprécier le moment sans angoisse, les futurs et passés ne cessent de faire obstacle à la réalité. Les introvertis sont pénalisés par cette récurrence qui isole trop. L’introverti a besoin des autres comme tout le monde, mais sans les dispositions permettant de trouver des relations profondes afin de ressentir ce sentiment d’appartenance dont nous ressentons tous le besoin. Ce ne sont pas les mondanités qui font qu’un discret se sent à sa place, cela lui est terriblement insuffisant. L’introverti a besoin de profondeur et de sens partagés.

La tristesse : un appétit qu’aucun malheur ne rassasie.

Emil Michel Cioran

Traiter trop d’informations fait mal

On sait que les introvertis sont des éponges sensorielles, et si le cortex préfrontal plus dense des introvertis et leur amygdale sensible, y sont forcément pour quelque chose, on ne peut pas nier qu’emmagasiner tous les stimulus d’une situation en les ressassant ne favorise pas une santé mentale stable. Il faut être introverti pour comprendre que leurs esprits sont d’incontrôlables machine à traiter tout événement, analyser, décortiquer, sentir, entendre et comprendre trop, sans savoir comment décrocher conduit à des réactions chimiques, dont certaines provoquent la dépression. L’abattement est une conséquence chimique sophistiquée provoquant ‘une anesthésie’ permettant de se défendre, de subsister. La dépression est une maladie potentiellement létale, qu’il faut combattre avec courage, parce qu’il s’agit de se retrouver comme avant, entier. Et cela demande une grande force de caractère.

On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.

Albert camus

Remporter son combat contre la dépression

La dépression est une bataille, pas une guerre. On peut la combattre en reconnaissant son caractère avec attention, parce qu’elle vient questionner, un traumatisme, une interrogation liée à l’identité, ou au sens perdu, comme lorsqu’on perd sa boussole. Quand on retrouve son chemin, la dépression s’en va. J’en suis sortie victorieuse par Ko. L’introverti fait partie d’un tiers d’une population de plus de 7 milliards d’individus, cette terre nourrit, loge et cultive autant d’introvertis qui vivent une épreuve parfaitement analogue. Aujourd’hui, un autre introverti quelque part rencontre exactement la même situation que soi, un lutteur qui livre bataille et gagne sa guerre.

TheIntrovertSinger

Qui contacter en cas de dépression ou d’état dépressif ? Les numéros d’appel à l’aide : www.la-depression.org

Janowsky DS. Introversion and extroversion: implications for depression and suicidality. Curr Psychiatry Rep. 2001 Dec;3(6):444-50. doi: 10.1007/s11920-001-0037-7. PMID: 11707157.

Conquer Depression & Anxiety as an Introvert : MedCircle.com – Dr Ramani

The Truth about Introvert Anxiety and Depression : Introvertspring.com

Recent studies have proven that introverts have a high probability of having depression symptoms. : Learning-mind.com

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!