Dictionnaires : Stigmatisation Des Introvertis ?

Est-il possible de renoncer à pathologiser la différence ?

Il est des sociétés technologiquement avancées dont les individualismes conformistes, occultent l’essentiel : la diversité. Pourquoi est-elle tant valorisée quant aux ethnies, en écartant aux oubliettes les seules et authentiques différences, bien au-delà des évidences dermatologiques ? La divergence cognitive à laquelle on peut également assimiler la neurodiversité.

“La responsabilité morale est la structure essentielle, première de la subjectivité”

EMMANUEL LEVINAS

Extraverti par défaut.

Comme sur son Pc ou laptop, on vit dans des programmes par défaut, les “default settings” : lors d’une visite chez le médecin récemment, j’ai posé par maladresse une question sur un tiers dont il était question, un autre éminent médecin, mentor de celui que je consultais, accompli dans sa mission, et selon ses dires, manifestement humble et modéré. Quand il m’évoquait le penchant pour la philosophie de cet aîné et maître, je l’interrogeais sur sa possible introversion : une réponse rejetant ma suggestion spontanément et catégoriquement m’a stupéfiée quelques minutes. L’introversion est perçue comme une carence, ou une anomalie… et l’introverti comme un humain cassé.

TheIntrovertSinger.com propose sa définition :

Fatigue prématurée lors des interactions sociales, ayant besoin de retraites solitaires au calme pour se sentir bien, intériorise et traite avec subjectivité toute interaction ou donnée.

Du latin « Introversus », signifiant vers l’intérieur, selon le sempiternel Larousse. L’introversion signifie être attentif à sa vie intérieure, à son monde interne plutôt qu’au monde extérieur. Antonyme Extraversion Tendance à se replier sur soi-même. (S’oppose à extraversion.)

Dictionnaire Reverso : « repli sur soi et antisocial, exclusivement tourné vers soi ».

Synonymo.fr, et toutes les bases de données de synonymes livrent des équivalences si surprenantes et presque comiques, que l’on peine à retenir un fou rire à chaque lecture… simplement cela serait plus simple s’il ne subsistait pas un sentiment d’injustice à chaque fois : Autistique (les autistes peuvent être extravertis ndrl), introversif, renfermé, replié, schizothyme.

Sans évoquer la constante timidité assimilée à l’introversion. C’est une triste réalité : on met dans une case minuscule celles et ceux qui se démarquent du groupe dans sa représentation la plus simpliste : après tout, le plus grand nombre se plaît dans une masse informe, ayant pour valeur d’exemple, et l’on met au ban tout ce qui, au fond, normalise : l’exception. Cependant, un tiers de la population semble beaucoup pour jouer un rôle exceptionnel. Les introvertis sont nombreux, tout le monde en connaît plusieurs, et pour nombre d’entre eux, ils n’ont que peu conscience de leur atypie.

« Les êtres existent en relation certes, mais à partir de soi et non pas à partir de la totalité. »

EMMANUEL LÉVINAS

L’image de l’introversion.

On peut se demander pourquoi cette vision de l’introversion ? Qu’est-ce qu’a pu bien rendre si infréquentable une personnalité moins déchiffrable que les majorités, et l’adjectif « énigmatique » n’est absolument pas le terme approprié ici. L’introverti ne joue pas un rôle, mais transcrit subjectivement, en plus d’avoir besoin de moins d’interactions que ses pairs. C’est aussi une plus grande sensibilité à l’excitation, et sans exagérer du tout, on peut aussi faire le constat inverse et invoquer une hyposensibilité chez les autres, puisqu’il s’agit de point de vue : que l’on soit d’un côté ou de l’autre, on est hyper ou hypo. Malgré leur sensibilité, les introvertis sont aussi moins perméables ou influençables paradoxalement, cela est de ce fait un aspect à prendre en compte.

“L’intuition fondamentale de la moralité consiste peut-être à s’apercevoir que je ne suis pas l’égal d’autrui”

EMMANUEL LEVINAS

La mauvaise réputation de l’introversion.

J’en évoque quelques racines ou explication dans un billet, ici. Comme concernant toute phobie, c’est en premier celle de l’inconnu que l’on sait décrire avec précision aujourd’hui, en est indubitablement l’explication : si on craint les noirs, une semaine en Afrique Subsaharienne dans une famille plutôt généreuse, et c’en est terminé, cela fonctionne aussi pour toute autre xénophobie. Il existe d’autres obscurantismes contre des manifestations humaines diverses : la trisomie (mémorable) l’autisme (remarquable) ou le handicap visible (admirable) ou invisible (épatant), les maladies mentales (légendaires), les mal dans leurs peaux (fascinants), les cheveux rouges, les gros et maigres et les grands et petits. Dommage que l’on continue d’assimiler autant d’aspects ordinaires de l’humanité à des dissemblances.

« Toutes les causes sont mûres pour être entendues. »

Emmanuel Lévinas

Introverphobes, psychophobes : même problème ?

En effet, pour un individu à tendance extravertie, se trouver devant un visage impassible peut désorienter. On ne décode pas l’introverti avec autant d’aisance que les courtoisies l’exigent. Toutefois, collectivement, l’introversion ne présente aucun stigmate en dehors d’un flegme discret, et n’a jamais été scientifiquement identifiée comme pathologique ou même problématique : au contraire, toutes les études que l’on découvre aujourd’hui, tardivement en France hélas, indiquent clairement que l’introversion est une compétence. Une divergence purement cognitive, entraînant des comportements à peine différents : moins de bars le samedi soir, pas de boites de nuit, avec un sérieux penchant pour la culture, les chats et les métaphysiciens.

« L’absolument autre, c’est autrui. Il ne fait pas nombre avec moi. La collectivité où je dis « tu » ou « nous » n’est pas un pluriel de « je ». »

Emmanuel Lévinas

Nous les introvertis avons le droit d’être connus et de renoncer à nous estomper.

L’introversion est aujourd’hui illustrée scientifiquement : il n’y a plus aucun doute ni aucun préjugé qui peut ombrager la Reine des disciplines, la Science. Inutile de revenir sur tout ce qui éloigne l’introverti de l’extraverti physiologiquement et conséquemment psychiquement ou physiquement, des articles sont disponibles ici. Ou bien cette lettre ouverte destinée à tous, à soi, sa famille et à tous ceux qui s’approprient les préconçus de ceux n’ayant pas fait l’effort de tendre une main vers l’autre, celui qui ne me ressemble pas, cependant mon frère.

 “Le statut même de l’humain implique la fraternité et l’idée du genre humain”

Emmanuel Levinas

Les extravertis et les introvertis : plus de ressemblances que de dissemblances.

Toute l’humanité est identique, cela ne plaît pas, certes, mais c’est si simplement et dérisoirement vrai. Nous sommes analogues dans l’humanité et pas juste cousins éloignés. La même embarcation pour tous, nous respirons le même air, endeuillons et naissons d’une seule et unique façon ; souffrons et indignons d’une seule voix pour les mêmes revendications : les dignités. Qu’importent les différences, quel humain peut s’enorgueillir d’être unique quand 7 milliards d’individus lui sont similaires en tout exactement. Une paire de chaussures griffées, ou une bonne nouvelle pour que l’on se pense à l’abri. Pourtant la vie n’a de cesse de rappeler à ceux qu’ils s’élèvent par-dessus l’autre des leçons de discernement et de bon sens… car c’est peut-être ça l’unique problème : on n’apprend pas à penser, à critiquer, à observer ses élans sans les contredire convenablement. Aucune bataille ni combat ne remplace jamais celle des idées (toutes). Et maintenant ô Frère, si on pensait ?

TheIntrovertSinger

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol