Covid-19 : Les Introvertis Et le Port du Masque

La voix des introvertis : de nombreux mouvements s’opposent à la décision arbitraire imposant de porter un masque chirurgical. Et nous ?

Les introvertis sont assurément les mieux armés psychiquement contre les paniques collectives, induisant un besoin d’activismes solidaires contestataires. Combien de mouvements invitent-ils à la désobéissance civile en ce moment ? Qu’en est-il des discrets ?

Des mouvements contestataires et des études catégoriques – notamment outre atlantique – montrent que : les hommes sont plus réticents que les femmes au port du masque systématique.

Des parents d’enfants en bas âge s’inquiètent des pertes cognitives attribuées au port du masque des nurses, dont l’expression voilée du visage inhiberait les progrès d’évolution en collectivité.

Une étude ajoute un élément troublant, indiquant que les personnalités sociopathiques tendent à s’en exonérer. Sociopathes ou extravertis ?

Cet article est inspiré d’un échange avec une journaliste introvertie Intj, enquêtant sur ce thème.

La maladie Covid-19 change le monde et le scinde en deux

Il faut bien reconnaître que toute cette affaire, dramatique pour un nombre de familles effarant, ouvre grandes les portes de débats auxquels il est impossible de répondre présentement.

Certains s’élèvent considérant le port du masque ineffectif, excepté envers le public concerné : les personnes fragiles et les cas contacts. Quand d’autres suivent scrupuleusement les recommandations, contribuant à leur façon, en appliquant le principe de précaution.

Les introvertis dans la cité

Ils sont en effet les mieux équipés chimiquement pour résister aux discours catastrophistes, et à la déception de la pandémie et des conséquences au quotidien.

Les introvertis sont nombreux à redouter un retour à la promiscuité et, sans se réjouir évidemment, profitent de cette période de grand changement pour rebondir, ou repenser leurs priorités.

Les discrets sont peu affectés par le port du masque : quelques témoignages ne suffisent pas à soutenir statistiquement cette assertion.

Toutefois, en tant qu’introvertie recueillant les propos d’autres discrets, compilant également les témoignages sur les forums dédiés aux introvertis, l’on constate que la communauté ne se sent pas dépossédée, au contraire.

À Lire : Astuces : Un Shopping Adapté Aux Introvertis

Le port du masque obligatoire et les introvertis en 13 points

Les introvertis sont sûrs d’eux

Des sondages révèlent que l’une des raisons invoquées par les individus refusant le port du masque, est en effet un sentiment de faiblesse, ou bien une perte de contrôle, chez les hommes assurément.

Il est probable qu’un introverti ne s’identifie pas à des circonstances sur lesquelles il n’a aucune prise, en se concentrant sur soi et de la signification d’une crise sanitaire autant majeure.

Ne se sentant pas castrés métaphoriquement

On s’est aperçu outre-atlantique que les hommes se sentent amputés de leur libre-arbitre et affaiblis par un masque sur le visage, signe de soumission et de prise de pouvoir sur eux.

Leur refus est assimilé à une rébellion virile, une résistance offrant une forme de contrôle sur les événements.

Les introvertis savent certainement que personne ne cherche à leur sectionner le zizi, même allégoriquement. Et ils ont bien raison.

Ne craignant pas CE changement

Contre toute attente, le port du masque est en effet un élément nouveau à intégrer à un mode de vie inédit.

En Asie, sortir masqué fait partie du quotidien, tandis qu’en France particulièrement, l’on souhaite continuer à prendre son café-clope en terrasse et aller déjeuner au couscous-pizza du coin…

Sauf que ce paradigme doit faire l’objet d’un deuil (temporaire ?) vis-à-vis duquel les introvertis n’éprouvent pas d’achoppements majeurs à accepter. Avantage aux discrets.

S’adaptant mieux aux inconvénients

Qu’ils soient majeurs, comme ne pas comprendre un mot de la caissière ou du dentiste (vécu) : il faut reconnaître que les introvertis sont peu pénalisés par la restriction en interactions sociales, hors premier cercle.

Les expansifs semblent démesurément affectés, s’ils ne captent pas les expressions de la boulangère. Pourtant, on perçoit bien le haut du visage très démonstratif (que les introvertis redoutent épisodiquement).

Stoïques face aux inconsistances des décisionnaires

Les introvertis comprennent que rien ni personne n’est parfait, qu’une crise sanitaire telle que celle que le collectif subit, fait partie des anomalies existentielles.

Et qu’un paramètre supplémentaire demande d’être adressé, dramatiquement pour certains, hélas. Le masque fait partie d’un tout que contester contribue à une perte d’énergie et de temps.

À Lire : Pourquoi Mon Introverti Semble Agité Dernièrement ?

Profitant d’un anonymat bien mérité

Cela pourrait choquer, il faut en avoir conscience, puisque la toile de fond est un drame sanitaire : cependant les introvertis s’ajoutent une capuche et des lunettes et sortent, casque sur la tête, avec l’impression d’être dans leur salon.

Un vrai confort, les jours – fréquents – exigeants au discret de faire profil bas, épuisé. Un bon masque, et sortir leur est moins pénible. Une divergence reste avant tout une richesse, pas une opposition.

Solidaires des affaiblis… et des bien-portants affligés

Si l’on en juge des sondages parus sur ce thème, les individus refusant le masque sont largement moins solidaires des malades et des personnes âgées, que des bien-portants.

Et cela n’est absolument pas problématique, chacun son point de vue, toutefois, les introvertis témoignent de la sympathie aux affaiblis, et pas à ceux opprimés symboliquement.

Les vrais, les malades, et leurs soignants. Et puis des victimes collatérales, tant qu’à faire.

S’affranchissant du besoin d’appartenance

L’on pourrait évidemment envisager qu’au sein de certaines communautés, porter le masque est signe de défaillance, comme l’on le constate aux USA avec les communautés blanches conservatrices, latinos et afro-américaines.

Dont les habitants évitent le port du masque, probablement par crainte et afin de s’aligner sur le système de valeurs associé à son refus.

Les discrets, eux, fonctionnent hors système dopaminergique. Ils sont donc immunisés contre l’alignement moutonnier.

Ne souffrant pas de ne pas montrer leurs visages

Au contraire, une étude menée par la chercheuse Inna Fishman révèle que les introvertis réagissent de la même manière à la vue d’un visage ou d’un objet, de ce fait, l’on sait que les discrets décorent moins leurs intérieurs avec des reproductions anthropomorphiques.

En effet, ne pas voir la face des gens intégralement n’est pas particulièrement inconfortable, voire l’inverse.

En seconde tâche les introvertis déchiffrent moins les intentions, du coup, ça repose un peu… tristement si l’on évoque le revers de cette médaille.

Ne se sentant pas affaiblis ni moutonnier

Au contraire, récupérant en confort cognitif, les introvertis sont tout à coup à égalité en matière d’interaction et se sentent moins – en tout cas par déduction – anxieux ou perturbés par le discours non verbal couvert par le masque.

L‘on voit que le langage corporel est modifié par ce nouvel élément, favorable aussi aux discrets. Un petit bien dans un grand mal.

Sont flexibles intellectuellement

Ils ont l’habitude, les discrets, de ruminer le sens d’une phrase insinuante ou d’un comportement non verbal. Et en effet, les introvertis sont donc rompus en plasticité mentale en matière de communication, car le collectif a perdu les repères traditionnels en interaction.

Déterminer une intention est plus que jamais utile et favorable aux discrets.

Ne se sentant pas particulièrement soumis

Il en faut beaucoup pour tirer un discret de sa réserve et pour qu’il s’identifie à des projections égotiques. L’on sait que l’introverti ne se construit qu’en interne, sans nécessité de validation ou d’invalidation de l’entourage.

Concernés par le collectif abattu, et c’est les grands paradoxes de la subjectivité introvertie, aboutissant à une responsabilité individuelle nettement plus élaborée.

… ni mal respectés

Une production d’un imaginaire dont l’égo s’appuie sur les validations externes, inconnues des introvertis, n’ayant pas d’affinité avec des concepts dualistes, fondés sur des considérations peu sophistiquées.

Un discret qui se respecte, s’immunise contre des craintes égocentrées, issues d’une estime construite sur des croyances ésotériques.

À Lire : Souffrance : La Covid-19 et Les Introvertis

Soulagés de ne pas attirer l’attention sur eux

Crise ou enseignement ? Comme on le répète souvent dans le monde du développement personnel, tout obstacle présente une ouverture croissante, sans régression.

Si l’on considère que porter un masque est un outil de contrôle des masses, l’introverti décide préférablement, l’employer comme un outil de confort quotidien.

Avantageant de ne pas sourire des soirs aux matins, de cheminer anonymement, et de passer incognito. Urbi et orbi.

L’autre jour, au moment de sortir, j’ai oublié de mettre un masque. Eh bien, je me suis sentie dépouillée.

TheIntrovertSinger

Capraro, V., & Barcelo, H. (2020, May 11). The effect of messaging and gender on intentions to wear a face covering to slow down COVID-19 transmission. https://doi.org/10.31234/osf.io/tg7vz

Fishman, Inna & Ng, Rowena & Bellugi, Ursula. (2011). Do extraverts process social stimuli differently from introverts? Cognitive neuroscience. 2. 67-73. 10.1080/17588928.2010.527434.

Blagov, P. S. (2020). Adaptive and Dark Personality in the COVID-19 Pandemic: Predicting Health-Behavior Endorsement and the Appeal of Public-Health Messages. Social Psychological and Personality Science. https://doi.org/10.1177/1948550620936439

Anti-maskers explain themselves : Vox.com

Americans’ Face Mask Usage Varies Greatly by Demographics : News.gallup.com

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!