Les Introvertis Sont-Ils Inquiets de Sortir ?

Est-ce que les introvertis sont angoissés quand ils sont invités à une soirée ?

Oui, la majorité des introvertis sont déjà agités à l’idée d’une invitation, dès qu’il l’a acceptée. Le contraste et tellement flagrant quand on connaît les extravertis et leurs besoins relationnels et quasi-dépendance au mouvement, les introvertis qui sont épuisés longtemps à l’avance et font souvent beaucoup d’efforts pour éviter de s’infliger un embarras inutilement.

C’est souvent le souci des introvertis, le désintérêt et le manque d’appétit pour l’inconnu, d’excitation pour l’aventure, mais ça ne signifie pas que tous les introvertis sont stressés à l’idée de voir du monde sans se sentir obligés à faire la fête, et ça c’est le problème.

Ils n’en ont juste pas envie, c’est que l’image de tous ces visages inconnus souriants suffit à faire fuir le plus inspiré d’entre nous, quant à se pousser pour faire des rencontres sentimentales.

Ce sont les extravertis qui sont doués pour ça, chez les discrets c’est plus complexe, il y a une possible absence de réels manques à combler peut-être, au fond les introvertis sont complets, majeurs et vaccinés contre la lassitude.

Une folie toute douce…

Si les extravertis trouvent autant de plaisir à fréquenter des lieux de rencontres, il est possible que ça soit aussi parce que le monde intérieur qu’ils habitent est dépeuplé😈.

Cependant, pour l’introverti qui n’a pas assez de 24 minuscules heures, pour nourrir ses passions, qui sont loin des préoccupations telluriennes de nos cousins germains, apprécier la validité supérieure d’une soirée autour d’une bière même pas fraîche ne fait plus rêver nos petites glandes à neurotransmetteurs depuis les désillusions préadolescentes.

Participer au bal masqué

D’ailleurs sortir seul pour certains introvertis motivés par leurs centres d’intérêt est loin d’être compliqué, c’est la compagnie qui fait retourner l’introverti dans sa tanière, tenir des conversations ou tout simplement sourire et prendre l’apparence de ce qu’on n’est pas.

Ceci est une courtoisie qui n’a pas de réelle valeur ajoutée et fatiguant pour le fonctionnement d’un introverti qui peut considérer que les demandes de perfections sociales lui sont pénibles et hypocrites. Avoir l’air heureux à tout prix à étaler ses succès avec des moyens aussi étranges que la marque de sa montre ou de ses chaussures, on a démotivé un introverti un peu idéaliste pour moins que ça.

Sortir de sa zone de confort

C’est une expression consacrée sur le web très à la mode, qui perd un peu de son impact à force, et ne signifie plus grand-chose. Toutefois, comme on demande invariablement aux introvertis de soigner leur introversion, et c’est une injonction à peine voilée en réalité un devoir auquel se soumettre, car la norme extravertie est imposée pour tous.

Ce moule qui fait qu’on sourit bêtement tout le temps quand on rencontre une personne avec laquelle nous sommes supposés nous comporter poliment, en lui montrant nos belles dents bien astiquées pour avoir l’air encore une fois en bonne santé, même si on se meurt d’angoisse et d’anxiété dedans, dehors les introvertis doivent entretenir une image décente pour ces fragiles lois sociales.

Pas faits pour faire la fête

Il y a aussi la raison centrale que les introvertis connaissent de mieux en mieux grâce à internet et à la ‘psychoéducation’, le fonctionnement qu’emploie notre cerveau qui au fond ressemblerait presque à s’y méprendre à celui d’un schéma dépressif, la dopamine agit inversement et nous fatigue, car nous utilisons un chemin plus complexe, et l’acétylcholine n’est pas exactement un tour de fêtard.

Alors si on contrarie un peu nos méninges, le résultat est souvent neutre, on en ressort ni mieux ni moins bien, et c’est ça le problème. On n’a rien ‘appris’ ni vraiment été ‘distrait’ durant cette parenthèse dont le commandement sous-entendu de ressentir le frisson le plus drôle de notre vie fait un flop.

Des attentes irréalistes

Eh oui, il est possible aussi qu’on ait eu des attentes, introverties certes donc ça signifie modestes, en fonction de nos capacités à s’extasier pour un visage avenant, à la minute où on ne pensait pas à notre tocade geek de la veille.

Cet étalage de joie non partagée par nos humbles personnes, parce que ce n’est pas parce qu’on ne s’amuse pas, que l’introverti méprise ceux qui s’éclatent comme jamais et qui vont en raconter des tartines à leurs absents, mais c’est sur un mode culpabilisant que l’introverti passe ce moment de récréation raté, à se demander ce qui cloche dans son cerveau, décidément trop compliqué en se reprochant tout son passé de fêtes ratées par le menu. Il y a mieux pour s’amuser.

Le goût des autres

Ne pas savoir avec qui on va se retrouver en promiscuité, ne pas être préparés est aussi une source d’angoisse pour les introvertis, qui doivent non seulement modifier leur apparence habituelle et leurs habitudes ce qui est loin d’être hyper réjouissant.

Possiblement manger une nourriture approximative, ne pas connaître ni n’avoir la capacité de prévoir donc de maîtriser tous ces paramètres, alors oui si c’est un week-end conférence ou festival où on va enfin ‘nerder’ avec d’autres nerds. En revanche, improviser est démotivant au possible et pré-fatiguant pré-repoussant jusqu’au post-soulagement, il suffit d’imaginer la fin pour que le moyen revienne, c’est un peu ça l’introversion, vivre un monde à l’envers.

Questions qui saoulent

Qu’on se retrouve avec le cercle restreint ou avec des accointances on doit tous subir, et c’est inévitable à un moment où un autre, une sorte d’examen qui permet au groupe de mettre l’introverti bien sage dans sa petite boite avec sa petite étiquette.

C’est la société qui va décider si l’étiquette sera valorisante ou vaguement méprisante, et il faudra répondre à des questions qui sont plus soporifiques qu’un quart de benzodiazépine, le paradoxe de l’amusement codifié, c’est qu’il faut montrer patte blanche et CV, des introvertis qu’on va étiqueter timides ou bizarres ou idiots, puis remiser sur l’étagère du rayon dédié. Pas de mensonges entre nous : « Je reste chez moi demain matin j’ai piscine ».

Auto-validation et complétude

Avec internet, le sentiment d’avoir une vie mondaine est une illusion bien réelle. C’est tellement étonnant de lire les commentaires d’inconnus introvertis sur Reddit ou Quora, qui sont absolument plaisants, pleins d’esprit et tellement lucides, mon cerveau de ‘réservée’ pathologique en est tout animé.

Tous les introvertis ne participent pas aux forums et c’est dommage, nous devrions tous nous y mettre pour faire avancer la cause des introvertis, qui est parfaitement inconnue ou plutôt mal reconnue dans beaucoup de cultures, en retard compte tenu des progrès technologiques qui nous permettent de sortir de notre retraite dorée, nous sommes strictement opposés au narcissisme socialement admis, et cette absence totale d’orgueil mal placé nous cantonne à un rôle trop mineur pour nos accords si majeurs. Jouons à l’unisson la mélodie du bonheur introverti, pas en boite de nuit.

TheIntrovertSinger

العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol