Comment les introvertis et hypersensibles tombent-ils sous emprise ?

Quel est ce
processus redoutable d’annexion émotionnelle ?

Se retrouver coincés entre honte et culpabilité, les introvertis et hypersensibles sont des cibles de qualités pour toute sorte de déséquilibres relationnels, dont il faudrait nous prémunir en comprenant le système dynamique dans lequel tous liens dysfonctionnels s’épanouissent, à l’insu des introvertis et hypersensibles, qui sont des proies de grande qualité.

Caviar ou œufs de lompe.

D’aucuns disent que ce sont les proies faciles à attraper, qui sont les mets favoris lors de ces prises de pouvoir toxiques, la réalité est bien plus complexe et sombre. Plus le mets est rare, plus il est précieux et cher à son consommateur, qui met toute son énergie à ferrer le bon cheval, si possible un pur sang bien sauvage qui a échappé aux prédateurs, jusqu’au jour où.

Les stéréotypes vont bon train en la matière, puisqu’il est n’est pas inhabituel de lire toutes sortes d’histoires sordides de thérapeutes dramaturges bien intentionnés, qui montent des business florissants sur des vérités douteuses, pour encore une fois ‘prédater’ des personnes, qui ont des hésitations, quant à la nature et réalité de certains des liens qu’ils entretiennent, passés ou présents. Les coachs du Nouveau Monde passent leurs journées à ressasser publiquement des schémas angoissants, pour le bien de leurs communautés, même si parfois la réalité est omise pour que les petites affaires de ces sauveurs, qui sont eux les pêcheurs de victimes, soient au beau fixe. C’est dans une ambiance un peu bizarre, digne d’un mouvement sectaire, que des gourous vont s’approprier des opportunités malignes, carrière juteuse et prometteuse à bien des égards.

De nombreux experts en la matière.

Si on garde un esprit critique, et c’est nettement moins vendeur, on se rend compte que ces héros autoproclamés emploient tous la même technique de harponnage existentiel, parasitant les pensées du chercheur de vérité introverti ou hypersensible, qui passe d’un lieu hostile à un autre pas plus ragoutant. Il y a des personnes sincères et bien dans leurs peaux ou compétentes, et des cliniciens dont c’est le métier, et décrire la façon dont ils s’y prennent tous serait trop long et soporifique. Les introvertis hypersensibles y sont très exposés par leur fonctionnement atypique, ils sont en première ligne, en s’exposant par leur curiosité et nature introspective, à des infos dont la stratégie est mercantile, anxiogène et addictive, en plus d’employer des ressorts culpabilisants. C’est la base.

L’indice de fertilité.

Le processus se met en place invariablement de la même façon, il peut y avoir un précédent familial, qu’on appelle ‘terrain’, qui peut avoir existé, mais ce n’est pas systématique, malgré ce qui se dit, beaucoup d’introvertis hypersensibles, ces gros poissons très prisés, ont vécu une enfance saine dans un environnement bienveillant. Les autres arrivent avec un petit avantage pour les amateurs de chair fraiche, qui permet à la colle de prendre plus rapidement, mais pour en être assurés, il faudrait une statistique, et il n’y en a pas. Souvent les survivants sont des gens qui avaient du succès, et doués dans ce qu’ils faisaient avec ce petit quelque chose en plus, un don couvert d’humilité ou de modestie peu importe. On ne tire pas de jus d’un fruit asséché, c’est ce que les introvertis et hypersensibles doivent garder à l’esprit, quand on se retrouve dans un déséquilibre, c’est qu’il y a quelque chose à ébranler. Le trophée n’en est que plus attractif.

La famille en cause ?

Dans les constellations familiales, il y a toujours quand on gratte un peu, quelques maux tus. Si on cherche la petite bête, on finit toujours par la trouver, et il y a encore une fois des profits illégitimes et intarissables à pathologiser l’ordinaire, n’est-ce pas ? Rhétorique ou pas, on peut pragmatiquement se poser cette question. On sait que dans le quart monde où règnent violences et injustices, la survie dépend de la capacité à se reconfigurer à zéro chaque matin, et que dans les pays développés, c’est le presque contraire.

On peut avoir eu un rôle survalorisé dans sa famille, on sera une imposture vaguement narcissique honteuse le reste de sa vie. On peut avoir été transparent ou porteurs de tous les symptômes, peu importe, dans toute famille, c’est comme ça, et on se construit avec une jambe plus courte ou un membre lésé, on répare en se reproduisant, si possible avec une personne dont les blessures sont de natures complémentaires, pour ne pas trop reproduire, justement. Toute la chaîne humaine tient dans ces quelques mots.

Comment se retrouve-t-on piégé ?

Ça peut être un emploi, une relation amicale, un passe-temps ou une religion new age ou pas, peu importe, tout commence comme ça, une belle histoire, un conte de fées moisi, le commencement d’un cauchemar en engrenage. Au début on peut encore se sauver en courant, d’où cet article, car si un introverti hypersensible se reconnaît, il ne faut pas attendre pour tout remettre en question, et sauter du navire des enfers, il y a des bouées pas loin, il faut nager un peu, voici un cours de natation en eaux troubles :

Il faut d’abord signaler qu’il y a une hiérarchie dans le ‘harem’ symbolique, j’entends par harem, un nombre de proies disponibles, et qu’il y a des proies de premier choix, des sources primales, prisées, et les secondes, moins chères ou moins génératrices d’endorphines pour le pêcheur consommateur, qui passera d’une source primale à une autre secondaire, et que ce ne sont que des objets interchangeables.

Rien de personnel, ou presque, juste de la projection. Que cela soit en famille, au boulot, en amitié ou en sentiments, on peut être l’esturgeon ou la truite, ça dépend. Les pêcheurs sont partout, maman, sœur, copain, voisin, gardien d’immeuble, inférieur hiérarchique. Ils emploient tous la même technique, il faudrait l’identifier une bonne fois pour toutes, pour s’en écœurer définitivement, les introvertis hypersensibles retrouveront ici un scénario qu’ils connaissent trop bien, il se peut qu’on ait vécu plusieurs épisodes traumatiques, et oublions les charlatans qui vous accuseront de codépendance, et donc de renversement culpabilisant, omettant la vérité statistique malheureuse du facteur chance, et de la brutalité du statut de victime consentante masochiste, bien pratique pour générer de la dépendance.

Lune de fiel.

Love bombing en anglais, mais il est plutôt question d’un conditionnement de l’introverti et hypersensible, avec une belle espérance-carotte, un désir secret ou non, qui sera utilisé comme promesse ou punition, c’est tellement bête quand on s’en aperçoit. L’introverti hypersensible qui cherchera à comprendre logiquement va rationaliser, cette opération impatiemment attendue par le pêcheur, qui travaille la terre fertile en un riche potager, pour nourrir son narcissisme évidé. On est exposé petit à petit à des contre-vérités, des comportements qui ne font pas sens, qui préparent le terreau où la mauvaise graine sera plantée. Un conditionnement insidieux et désorientant, où on va alterner le chaud et le froid en permanence, de renforcements négatifs et positifs, qui vont enfin tracer un espace de jeu au pêcheur, qui entretient une haine inconsciente profonde de lui-même. Tant que le poisson n’est pas ferré, le conditionnement continuera, jusqu’au point où la marionnette introvertie et hypersensible est enfin prête à incarner son rôle d’objet de projection, et là, c’est le drame.

Grooming ou désensibilisation

L’introverti hypersensible est préparé, comme un gibier prêt à être consommé, le dressage de l’étape précédente terminé, le poisson introverti aura pour mission de changer de personnalité, en se sur-adaptant en permanence aux demandes du pêcheur, le poisson devra lisser ses écailles, et se muer en une sorte d’ectoplasme, bombardé de demandes d’ajustements. Le pêcheur va conseiller en déformant la réalité objective, ‘objectifiant’ le poisson introverti hypersensible, qui ira jusqu’à la négation de soi, pour entrer dans une toute petite boite, dans laquelle l’introverti hypersensible ne doit pas bouger, l’objectif d’inconfort impose des mouvements où les châtiments vont enfin s’opérer, au plus grand plaisir du pêcheur qui commence à s’ennuyer un peu. Attention, si le poisson est trop facile à hameçonner, le pêcheur s’arrange à cette étape pour que quelques épices viennent relever la fadeur de ce plat, un trophée doit être gagné dans la prédation, cela signifie que des efforts considérables lui permettront une jouissance plus savoureuse.

Flying monkeys, les alliés, les moutons ouvreurs de portes.

Interchangeables, l’enfumage et les alliés, le pêcheur dont la technique est éprouvée depuis l’enfance, rompus à leur fonctionnement manipulateur qui est structurel, on va sélectionner des profils corruptibles en se posant en victime, qui vont constituer des collaborateurs efficients, permettant des renforcements de conditionnements, ultras efficaces, ces informateurs travaillent d’arrache-pied, à déstabiliser le poisson introverti hypersensible, à le rendre chèvre mauvaise nageuse, en déstructurant son environnement, isolant la proie. Poisson introverti hypersensible sans ressources affectives, coupé de soi, à la merci d’un entourage invalidant et stressant, hautement anxiogène et traumatique. Le poisson est dépendant et enfermé.

Gaslighing.

Tout est sens dessus dessous, rien ne fait sens et l’objectif atteint de faire perdre tout repère au poisson introverti et hypersensible, dont l’intuition fonctionne à l’envers, les signaux confus ont raison de sa raison. Le poisson introverti hypersensible croit voir des fantômes, on lui ment tout le temps, la dissonance cognitive au point culminant de ce cercle sans vertu, de scénarios sordides en explications morbides, le poisson n’est plus qu’un objet qui doit composer avec des mensonges, des doutes, l’introverti se remet en question en permanence, n’a plus de quoi former un raisonnement logique, tout est conçu pour que les portes de sortie, pourtant juste sous le nez, soient cachées sous la fumée toxique.

La campagne de
dénigrement.

Dans un plaisir difficilement dissimulable, le narcissique va ternir définitivement la réputation du poisson introverti hypersensible, auprès de son entourage, et de l’introverti lui-même. L’entreprise de dénigrement commence par les étapes précédentes puis concrètement, toute la vie du poisson introverti hypersensible passée au crible du prisme du pêcheur, qui va ripoliner (repeindre) tout le mur et casser les fondations de l’introverti hypersensible, qui ne sait pas si la personne dans ce miroir n’est pas un reflet inconnu. Inconnu puisque l’introverti hypersensible est le reflet de son bourreau. Le poisson qui vit une existence de hamster sur sa roue de laboratoire à courir indéfiniment, épuisé et traumatisé, perdu dans un enchevêtrement calomniateur, où l’introverti a perdu sa raison. La nourriture moins appétissante, puisqu’à terre dépendante et vulnérable, présente moins d’intérêt pour le narcissique, qui est en train d’en ferrer un autre… Poisson.

Viré et… Repars à zéro !

Discard and… replay ! Le pêcheur narcissique pêche vers d’autres horizons, mais cette phase est continue, puisque quand le poisson introverti hypersensible en stress traumatique permanent, se voit programmé pour un autre épisode, quand la nouvelle source narcissique actuelle sera tarie. C’est le moment propice pour trouver le chemin de sortie, et fermer cette porte définitivement. Clore ce chapitre misérable pour voguer vers d’autres cieux, en trouvant sa voie loin des pêcheurs à la ligne empoisonnée, qu’ils se la fourrent où je pense.

TheIntrovertSinger

Sous- Titres disponibles.

TheIntrovertSinger

Learn More →
العربية简体中文NederlandsEnglishFrançaisDeutschItalianoPortuguêsРусскийEspañol
error: Content is protected !!